Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Célébration des 30 ans de la CDE à Kayes : Le public découvre le rêve des enfants à travers des dessins gravés sur le mur du Stade Bassi Coulibaly

Kayes, 21 novembre (AMAP) A l’instar de la capitale et des autres régions du Mali, Kayes a célébré le 20 novembre 2019 le 30è anniversaire de la Convention des droits de l’enfant (CDE). La cérémonie a été marquée par le vernissage du mur du Stade Bassi Coulibaly qui s’est déroulée sous la présidence de Bernard Coulibaly, préfet de Kayes, et de nombreux invités.

Sur le « mur bleu » du Stade Bassy Coulibaly, on peut apprécier les dessins qui reflètent le rêve des enfants pour notre pays. Ces œuvres ont été produites par des Enfants « Equation Nomades » lors d’un atelier d’OxyJeunes qui s’est tenue à Koulikoro en août 2019. Parmi ces dessinateurs, figure Modibo Sissoko, 15 ans et élève en 8è année à l’Ecole de Diakalleul, près de Kayes. L’un des ses dessins expriment son attachement à la devise du Mali « Un Peuple – Un But – Une Foi » et son souhait de voir des toilettes séparées (hommes et femmes dans les écoles ». Des images qui ont été appréciées par le préfet Bernard Coulibaly.

Après les discours et les prestations d’artistes, cet enfant a expliqué aux officiels le sens de ces œuvres. Le public a eu droit à un sketch invitant les parents à maintenir leurs filles à l’école et à lutter contre le mariage précoce, un phénomène fréquent dans la région.

Adoptée en 1989, ratifiée par notre pays en 1990, cette Convention est le premier texte international qui a reconnu explicitement les enfants en tant que porteurs de droits. En la ratifiant, le Mali s’est engagé formellement à respecter et promouvoir tous les droits énoncés dans la Convention.

Malgré les progrès accomplis, force est de reconnaitre que le chemin reste encore long. En effet : un enfant sur 10 meurt toujours avant d’atteindre son cinquième anniversaire.Beaucoup d’enfants en âge scolaire ne sont pas toujours scolarisés. Un enfant sur 4 souffre de malnutrition chronique, une fille sur deux se marie avant d’avoir atteint 18 ans et les violations graves à l’encontre des enfants dans les zones d’orpaillage demeurent.

Lors de la présente cérémonie, Amadou Samaké, chef de Bureau zone par intérim de l’Unicef de Kayes, a estimé que c’est le moment de renouveler leurs engagements, sous le leadership des décideurs dans une région digne de ses enfants afin de s’assurer que chaque fille et chaque garçon jouissent pleinement de ses droits.

« Mais je resterai toujours convaincue que les vrais experts de l’enfance resteront toujours les enfants eux-mêmes. C’est pourquoi, en reconnaissance de l’importance critique d’impliquer systématiquement les enfants dans toutes les affaires qui les concernent, nous avons une tradition mondiale à l’UNICEF de donner les commandes aux enfants le 20 novembre », a souligné chef de zone par intérim de l’Unicef.

Amadou Samaké a rappelé qu’en 2018, les enfants ont pris les commandes des réseaux sociaux de l’UNICEF-Mali et ont publié des messages à leur place. Dans d’autres pays, des enfants ont pris les commandes en présentant le journal télévisé le 20 novembre, ou en animant une session parlementaire. En 2017 à New York (Etats-Unis d’Amérique), les enfants étaient également au devant de la scène à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Pour le président par intérim du Parlement des enfants de la région de Kayes, Abdoulaye Makoro Diabaté, le Mali a fait des progrès dans l’application de la CDE. Abdoulaye Makoro Sissoko qui est également un enfant journaliste grâce au partenariat entre l’AMAP et l’UNICEF, a attiré l’attention du public sur la persistance de certains problèmes, comme le mariage précoce.

« Vous êtes la plus grande richesse de la région. Merci de nous avoir partagé votre vision du Mali de demain, de votre Mali sur le mur bleu. Je suis convaincue qu’avec votre force, vos idées, vos inspirations, et avec le leadership du Gouverneur et le soutien de tous les partenaires, nous pourrons atteindre l’objectif commun », a-t-espéré. Il s’agit, selon lui, de bâtir un Mali où chaque fille et chaque garçon est enregistré à la naissance, bénéfie d’une vaccination et d’un allaitement maternel, d’une education, d’une protection contre toutes formes de violence. L’objectif visé zst aussi de voir ces enfants garçon en parfaite santé, devenir un adulte qui peut contribuer positivement à l’avenir de la région.

Cette célébration se poursuivra la semaine prochaine par une table-ronde avec les autorités regionales qui sera animée par les enfants journalistes.

BMS/MD (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct