Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

CEDEAO : les sanctions contre le Mali au centre d’un sommet des dirigeants de la région à Niamey

Le chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou, président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a présidé ce lundi à Niamey la cérémonie officielle d’ouverture de la 57éme session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de cette organisation régionale, axée particulièrement sur les sanctions prises contre le Mali depuis le coup d’Etat du 18 août dernier contre le gouvernement d’Ibrahim Boubacar Keita, a constaté sur place Xinhua.

Pour rappel, par rapport à cette situation politique et sécuritaire au Mali, les dirigeants ouest-africains ont pris des sanctions contre les putschistes à travers trois sommets tenus précédemment par visioconférence.

« Au cours de ces sommets, nous avions réaffirmé notre détermination pour l’application stricte de notre protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance qui stipule que toute accession au pouvoir doit se faire à travers des élections libres, honnêtes, et transparentes et que tout changement anticonstitutionnel est interdit de même que tout mode non démocratique d’accession ou de maintien au pouvoir3, a rappelé Mahamadou Issoufou dans son discours d’ouverture de la conférence.

De même, la CEDEAO a « demandé à la junte militaire de regagner les casernes afin que l’armée puisse se concentrer sur sa mission traditionnelle, en l’occurrence la guerre contre le terrorisme et le crime organisé,(ainsi que) la mise en place d’une transition, d’une durée de 12 mois maximum, dirigée par des civils », a-t-il poursuivi.

Selon M. Issoufou, Le Mali « a plus que jamais besoin de stabilité pour que les aspirations fortes du peuple Malien à la sécurité, au développement soient pleinement satisfaites. Il est du devoir de notre communauté d’assister les Maliens en vue d’un rétablissement rapide de toutes les institutions démocratiques ».

« Nous fondons l’espoir que (la junte militaire) répondra favorablement aux mesures prises par notre communauté », a conclu le président en exercice de la CEDEAO.

Il s’agit pour les dirigeants ouest-africains de décider, au cours de la présente rencontre, « du maintien, de l’allègement ou du renforcement de ces sanctions », apprend-on de source proche du dossier. Fin

Source : NIAMEY, 7 septembre (Xinhua)

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct