Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

9ème Comité de pilotage du PCA-GIRE: le satisfecit des partenaires techniques et financiers

Le Programme conjoint d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau (PCA-GIRE) a tenu, hier jeudi, son 9e comité de pilotage. Il a fait le point de l’état de mise en œuvre des recommandations avant de valider le nouveau plan d’action 2020-2021 réorienté.

La cérémonie d’ouverture de cette réunion a eu lieu à l’hôtel de l’Amitié de Bamako, sous la présidence du ministre de l’Énergie et de l’eau Lamine Seydou TRAORE. C’était en présence du Premier secrétaire (Eau) de l’ambassade des Pays-Bas au Mali Antje Van DRIEL.
Une forte délégation des acteurs de la GIRE de la Guinée-Conakry conduite par Mme SOUMA Mariam DIANE était également présente à côté de leurs homologues maliens.
Cette rencontre, 9e rencontre du genre a permis aux acteurs de ces deux pays de faire le point de l’état de mise en œuvre des recommandations de la précédente réunion ; faire l’état d’exécution des activités du programme jusqu’à la fin de 2021. Dans le programme d’action révisé, il a été intégré notamment de nouvelles thématiques sur le genre, le conflit autour de la gestion d’eau.
En cours d’exécution depuis 2015, avec l’appui financier de la Suède, le Programme conjoint d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau mise sur la collaboration des acteurs du Mali et de la Guinée pour une gestion harmonieuse et rationnelle de l’eau dont ils ont en commun. La réunion périodique entre les acteurs s’inscrit dans le cadre du renforcement de cette concertation afin d’éviter les conflits de gestion de cette richesse.
La représentante de l’Ambassades des Pays-Bas a, dans son allocution, révélé la nécessité de concertation autour de la gestion en eau au sein du PCA-GIRE. Elle a félicité l’ensemble des acteurs pour les résultats obtenus au cours de cette année.
« A ce titre, je tiens à souligner quelques résultats qui sont très importants et sur lesquels nous travaillons depuis longtemps. Il s’agit, entre autres, de l’adoption de la politique nationale de l’eau ainsi que le code de l’eau, la création des agences de l’eau pour la mise en place des gestions à savoir : les clés, les comités du Bassin. Ces organes vont jouer un rôle de coordination et de gestion de la ressource », a-t-elle rassuré.
« Je demeure convaincue qu’on ne peut tout achever dans cette période de COVID. Il reste cependant constant de réaliser la fonctionnalité de 15 programmes clés entièrement fonctionnels avec un plan de développement et mesurer le taux de mise en œuvre », a-t-elle dit.
Reconnaissant les risques et les enjeux liés à ce secteur, elle a réaffirmé la disponibilité de son pays à accompagner le Mali dans la mise en œuvre de ce programme.
Quant au ministre TRAORE, il a indiqué que la gestion intégrée des ressources en eau demeure aujourd’hui une préoccupation majeure du développement socioéconomique et environnemental du Mali. Cette préoccupation s’affirme davantage avec la récurrence des phénomènes extrêmes liés aux changements climatiques, telles les sécheresses et autres inondations. Il s’est ainsi réjoui que le programme de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau reste la clé appropriée pour concilier les besoins et impératifs de développement socio-économique, ainsi que la durabilité des écosystèmes. Il, permet également, selon lui, de renforcer le lien Eau-Energie-Sécurité alimentaire Ecosystèmes.
Le Ministre des mines, de l’énergie et de l’eau aussi salué l’effort des acteurs de la GIRE, pour les résultats encourageants.
« De son démarrage en 2015 à ce jour, le Programme Conjoint d’Appui à la GIRE (PCA GIRE) a enregistré des résultats encourageants, notamment: la réalisation de l’étude d’impact des changements climatiques sur la quantité et la qualité des ressources en eau et leurs usages; le renforcement des réseaux de suivi quantitatif et qualitatif des ressources en eau; la réalisation d’infrastructures de séquestration du chrome au niveau des quatre tanneries de la zone industrielle; l’accompagnement des Comités Locaux de l’Eau; le renforcement des capacités techniques de la Direction Nationale de l’Hydraulique et de ses services déconcentrés ainsi que des Laboratoires de Qualité de l’Eau du Mali et de la Guinée et leurs démembrements ; l’élaboration du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) du Sourou, portion malienne ; la conception des outils d’aide à la décision; l’élaboration du Programme National GIRE 2019-2030 ; l’élaboration du Programme National Aménagements Hydrauliques 2019- 2030; la connexion de 100 ménages au réseau d’égout de la Station d’Epuration de Sotuba. Toutes ces actions ont contribué à n’en pas douter à l’amélioration du suivi des ressources en eau et au développement d’outils d’aide à la décision », a-t-il cité.

PAR CHRISTELLE KONE

Source: Info-Matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct