Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

6e congrès ordinaire de l’Adema/PASJ : La recette du Pr Tiémoko Sangaré pour sortir de la zone de turbulence

L’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice ADEMA/PASJ a tenu son  6ème Congrès Ordinaire les  16 et 17 octobre 202,  au centre international des conférences de Bamako (CICB). Une occasion pour cette formation politique de donner sa position et sa vision pour une transition réussie  au Mali

Devant les militants, sympathisants et amis de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice ADEMA/PASJ, le Pr Tiémoko Sangaré, président du parti,  a d’abord  rappelé  le rôle et  la place qui reste le leur dans scène politique malienne.

Malgré les nombreux  bouleversements de l’atmosphère politique à cause des différents coups-d’ état, le Pr Tiémoko a appelé à ses militants de ne pas céder au scepticisme.  Certes le parti a été impacté, à l’instar de toutes les autres forces politiques maliennes, ce congrès est selon lui, une occasion pour discuter de la vie et du devenir de ce Parti symbole de la démocratie au Mali. Il faut donc,  le doter de nouvelles orientations permettant de relever les nouveaux défis. Ce congrès a été  aussi une occasion pour discuter  de la vie de la nation, dans les circonstances  actuelles marquées par l’accentuation des crises sécuritaires, sociopolitiques, institutionnelles et sanitaires que connait le Mali. Concernant la crise sécuritaire,  il  trouve  que « cette guerre asymétrique, le tout militaire ne saurait être la seule réponse. C’est pourquoi, l’Adema-PASJ fait siennes les pertinentes résolutions du Dialogue National Inclusif, à savoir, le changement de paradigme, en prospectant la voix du dialogue, chaque fois que cela est possible sans, évidemment, renier les valeurs non négociables de la forme républicaine de l’Etat, de la laïcité et de l’unité nationale » a-t-il précisé.

Par rapport à la transition en cours, le président manifesté tout le  soutien de son parti, mais pourvu  que ça soit dans le cadre du respect de sa propre volonté et celle du peuple manifesté dans la charte de la transition. « Notre Parti, tout en condamnant ces coups d’Etat répétitifs, s’est engagé, néanmoins, auprès d’autres forces politiques, à soutenir les nouvelles autorités pour une transition inclusive et réussie dans le respect, bien entendu, de sa propre charte » a-t-il déclaré.

Au-delà de son parti, également, le Pr Sangaré a appelé les autres forces politiques du Mali à s’unir autour de l’essentiel, le Mali « dans un contexte d’incertitude sur le devenir de la démocratie au Mali, personne ne doit avoir comme agenda l’exclusion, la récupération politique, la diversion » a-t-il précisé et d’ajouter : « Ce qu’il nous faut pour sortir de la zone de turbulence, c’est l’inclusion, le rassemblement de toutes les forces vives de la nation, l’union sacrée des maliennes et des maliens autour des valeurs positives, républicaines et démocratiques, c’est aussi le soutien indéfectible à notre armée qui se bat nuit et jour pour défendre notre pays et sécuriser ses populations ».

Par ailleurs, cette force politique n’a pas manqué de signaler  que certaines démarches des autorités de la transition sont un obstacle au respect du délai de la transition. Il s’agit notamment des  réformes politiques et institutionnelles. Concernant les assises nationales de la refondation, il note que sont assises de trop. Par contre, la création de l’organe unique de gestion des élections bien que nécessaire, ne pourra  pas, selon lui, respecté le délai imparti à la transition.

Issa Djiguiba

Source: LE PAYS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct