Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Un évêque burkinabè a appelé la communauté internationale à cesser de fournir des armes aux groupes djihadistes

Un évêque burkinabè a appelé la communauté internationale à cesser de fournir des armes aux groupes djihadistes qui visent les chrétiens dans le nord du pays.

S’exprimant au nom de l’aide à l’Église en détresse, Mgr Laurent Birfuoré Dabiré, évêque de Dori, a déclaré: « Si le monde continue à ne rien faire, le résultat sera l’élimination de la présence chrétienne dans cette région et très probablement à l’avenir de l’ensemble du pays. »

En exhortant les gouvernements du monde entier à intervenir pour mettre fin à la fourniture d’armes à feu aux extrémistes islamistes, Mgr Dabiré a déclaré: « Les armes qu’ils utilisent n’ont pas été fabriquées ici, en Afrique. Ils ont des fusils, des mitrailleuses et tant de munitions, plus que l’armée burkinabè a à sa disposition: quand ils arrivent dans les villages, ils tirent pendant des heures ».

« Qui leur fournit ces ressources? S’ils n’obtenaient pas ce soutien de l’extérieur, ils seraient obligés de cesser. C’est pourquoi je lance un appel aux autorités internationales. Quiconque en a le pouvoir, peut-il cesser toute cette violence « .
Le dernier incident a eu lieu dans un village rural du diocèse de Ouahigouya le jeudi 27 juin – mais les informations communiquées par l’église ne sont parvenues que le vendredi 5 juillet.

L’évêque a déclaré: « Lorsque les habitants du village de Bani se sont réunis pour parler entre eux, les islamistes sont arrivés et ont forcé tout le monde à se coucher face contre la terre ».

« Puis ils les ont fouillé. Quatre personnes portaient des crucifix. Alors, ils les ont tuées parce qu’elles étaient chrétiennes. Après les avoir assassinées, les islamistes ont averti tous les autres villages que s’ils ne se convertissaient pas à l’islam, ils seraient également tués. »

Selon l’évêque, il s’agit de la cinquième attaque contre des chrétiens dans le nord-est du pays depuis début 2019, ce qui porte à 20 le nombre de chrétiens tués.

Mgr Dabiré a déclaré à ACN que les attaques des fondamentalistes islamiques se sont intensifiées depuis 2015. Il a déclaré: « Au début, ils n’étaient actifs que dans la région frontalière entre le Mali et le Niger. Mais ils se sont peu à peu déplacés vers l’intérieur du pays, attaquant l’armée, les structures civiles et les gens. Aujourd’hui, leur cible principale semble être les chrétiens et je crois qu’ils essaient de déclencher un conflit interreligieux.  »

Mgr Dabiré a ajouté que le Père Joël Yougbaré, un prêtre de son diocèse, avait été enlevé par des extrémistes le 17 mars et qu’il avait été contraint de fermer deux paroisses pour des raisons de sécurité.

Un certain nombre de mouvements islamistes ont été accusés d’avoir orchestré le nombre croissant d’attaques au Burkina Faso, notamment le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) et l’État islamique dans le Grand Sahara.

Source: ACN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct