Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Système de riziculture intensive au Mali peut-il être transformé en «or blanc»?

Lorsque les producteurs de riz au Mali ont commencé à avoir des rendements neuf fois supérieurs à la normale dans le désert malien, près de la célèbre ville de Tombouctou, il y a dix ans, un passant aurait pu confondre cette culture avec un autre mirage dans le désert.

C’est plutôt le résultat d’un exploit technique (Système de riziculture intensive)  qui a laissé les experts de ce pays  émerveillés – mais qui n’a pas encore été largement diffusé dans la communauté agricole malienne.

“Nous devons redoubler d’efforts pour engager les dirigeants politiques”, a déclaré à Reuters Djiguiba Kouyaté, coordinateur au Mali de l’agence allemande de développement (GIZ).

La faim étant une menace constante, les Maliens se tournent prudemment vers une technique agricole controversée, appelée système de riziculture intensive , pour s’adapter aux effets du changement climatique.

Cette méthode, mise au point à Madagascar en 1983, a fait naître l’espoir que les petits riziculteurs maliens pourraient être en mesure d’accroître leur productivité pour répondre à l’appétit gigantesque du pays pour le grain.

Selon les dernières données publiées par la Direction nationale de la statistique du Mali, la consommation de l’aliment de base représentait environ 72 kg de riz par personne en 2014, et la demande ne cesse de croître.

Système de riziculture intensive

Surnommé le Système de riziculture intensive ( acronyme en anglais SRI: System of Rice Intensification) , le nouveau procédé de production de riz consiste à planter moins de semences de variétés de riz traditionnelles et à en prendre soin selon un régime strict.

Les plants de riz sont transplantés très jeunes et largement espacés. Le sol est enrichi en matière organique et doit rester humide, bien que le système utilise moins d’eau que la riziculture traditionnelle. Selon l’Université Cornell, les plants de riz doivent être transplantés dès l’âge de 15 jours .

Le Système de riziculture intensive est utilisé à la fois sur des terres irriguées et non irriguées, ce qui signifie qu’il est possible de cultiver du riz même dans le désert du Mali, ont montré des projets pilotes menés par l’USAID

Norman Uphoff, conseiller principal au SRI International Network and Resources Center de l’Université Cornell aux États-Unis, utilise désormais le Système de riziculture intensive dans 61 pays, notamment en Sierra Leone, au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Les plants de riz cultivés selon la méthode vivent plus longtemps car, avec plus d’espace, plus d’oxygène et moins d’eau, leurs racines deviennent plus grosses et plus profondes, ce qui leur permet de mieux résister à la sécheresse et de ne pas se détériorer en cas d’inondation, a-t-il déclaré.

Malgré son succès, cette technique a été adoptée avec plus ou moins d’enthousiasme selon les pays. C’est parce qu’elle rivalise avec les variétés améliorées de riz hybride  que les sociétés agricoles vendent, a déclaré Uphoff par téléphone.

“L’agriculture d’entreprise a un intérêt énorme dans cela”, a-t-il déclaré. La nouvelle technique n’est «pas une bonne nouvelle pour les sélectionneurs de marques et les sociétés de semences».

Or Blanc

L’intérêt pour du Système de riziculture intensive a augmenté alors que les sécheresses et les précipitations irrégulières sont de plus en plus courantes, ce qui renforce l’urgence des efforts visant à créer un flux continu de nourriture depuis les terres agricoles jusqu’aux marmites.

Le Mali est le deuxième producteur de riz d’Afrique de l’Ouest, mais il importe toujours 18% de son riz par an, selon Abdoulaye Koureissi, coordinateur national de la plate-forme des producteurs de riz.

Les importations empêchent la production locale d’atteindre son plein potentiel, a-t-il déclaré.

Les autorités maliennes cherchent des moyens de réduire les importations et de devenir autosuffisantes en riz, a déclaré Kouyaté de la  GIZ.

Pour Faliry Boly, qui dirige une association rizicole, la perspective que le riz devienne un «or blanc» pour le Mali devrait inciter les autorités et les agriculteurs à adopter le Système de riziculture intensive

La méthode pourrait augmenter les rendements tout en offrant une alternative plus respectueuse de l’environnement, notamment en remplaçant les engrais chimiques par des engrais organiques, a-t-il déclaré.

De plus, le Système de riziculture intensive se prête naturellement au climat largement aride du Mali, a-t-il déclaré.

Kouyaté a déclaré que le  Système de riziculture intensive utilise jusqu’à 40% moins d’eau que les méthodes traditionnelles de culture du riz.

Une Nouvelle poussée

L’Union européenne et d’autres bailleurs de fonds internationaux ont soutenu des projets d’aide qui encouragent jusqu’à présent la pratique dans six régions administratives du Mali.

Cette année, une centaine de petits agriculteurs ont été formés à la méthode grâce à un effort soutenu par  GIZ (Agence Allemande de développement) , a déclaré Kouyaté, et des centaines d’autres ont été formés dans d’autres régions du Mali.

Cependant, le Système de riziculture intensive est resté largement expérimental, aucune politique gouvernementale n’ayant été mise en place pour encourager l’adoption de cette pratique, a déclaré Kouyaté.

Selon les experts, un autre obstacle est que de nombreux agriculteurs utilisant des techniques centenaires hésitent souvent à essayer de nouvelles méthodes de culture du riz.

Et le coût d’une machine pour transplanter le riz – un élément clé du système – est compris entre 2 100 et 2 900 dollars, soit plus que ce que de nombreux agriculteurs peuvent se permettre.

l’investissement et l’apprentissage

Koureissi, de la plate-forme des producteurs de riz, a déclaré avoir constaté que les agriculteurs étaient découragés par l’investissement et l’apprentissage de la nouvelle méthode, ainsi que la formation de  leurs ouvriers agricoles puis la mise en pratique.

“(Système de riziculture intensive) demande beaucoup de temps à la plantation de riz, car les semis sont plantés très jeunes, de 8 à 15 jours au maximum”, a-t-il déclaré.

Mais Sibiri Konaté, qui cultive du riz depuis près de trois décennies à Baguineda, une petite ville du sud du pays, a déclaré que cette nouvelle technique avait changé sa vie.

Konaté a parcouru le pays pour recevoir une formation sur le Système de riziculture intensive dispensée par un autre agriculteur il y a deux ans.

Sur sa ferme de quatre hectares, qui fait partie d’une allocation communautaire plus importante, Konaté a déclaré avoir vu sa récolte passer de 7 à 10 tonnes par hectare.

Même dans les mauvaises années, “je parviens toujours” à obtenir une récolte, a-t-il déclaré. «Mais il est difficile d’engager d’autres agriculteurs ici.»

intellivoire

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct