Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

RÉCRUTEMENT TRUFFÉ DE MAGOUILLE À LA POLICE NATIONALE : UN DISCRÉDIT SUR LE RÉGIME EN PLACE

S’il un fait de corruption et de favoritisme flagrant qui jette le discrédit sur le deuxième mandat d’IBK, c’est le dernier recrutement des fonctionnaires de policiers dont les résultats les plus tripatouillés de l’histoire viennent d’être publiés par la Direction générale de la police sous la haute du Contrôleur général de Police Mohamed Ag Infahi.

Pour Rappel, c’est à la faveur de la Loi de PROGRAMMATION de la Sécurité, d’une enveloppe de 453 milliards de frans C.F.A sur 5 ans, votée à l’assemblée nationale, sur une initiative du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, que les recrutements contraignants 2017, 2018 ont été lancé pour répondre aux manque d’effectifs de police dans notre situation d’insécurité généralisée. En outre de la construction de nouveaux commissariats de cercle et de grande localités, des postes de sécurité et des véhicules, la LPS prévoit le recrutement de plusieurs milliers de policiers dans les différents corps.

Lire aussi : le-ministre-salif-traore-sur-kledu-ll-faut-que-nous-soyons-au-devant-de-notre-situation-et-ne-pas-trop-esperer-sur-quelquun-dautre

Si l’opération de 2017 a connu moins de bruits, celle de 2018 qui vient de connaître son épilogue ce mois décembre fait grincer des dents tellement que la fraude, le népotisme et le clientélisme ont été trop flagrante dans ce concours.

Un collectif des victimes du concours de 2018 s’est même mis en place et commence à se faire entendre car les 5 étapes du concours à savoir les épreuves sportives, les visites corporelles, les épreuves écrites, la visite médicale et l’épreuve oral ont vu des candidats échoués aux premières épreuves mais miraculeusement admis aux épreuves suivantes et aux épreuves finales.
Par exemple, un candidat exclus à la première épreuve sportive se retrouve admis à l’épreuve final la cinquième qui est l’oral.
C’est le comble.

Lire aussi : bamada.net/mali-des-recales-au-concours-de-la-police-denoncent-une-magouille-de-la-direction-general

LA MAGOUILLE A CIEL OUVERT ET DES RESPONSABLES DE LA POLICE MOUILLÉS JUSQU’AU OS.

Sekon nous informations, des responsables de la police ont fait du recrutement un véritable fond de commerce et de proxénétisme.
Tenez vous bien, nous apprenons que le chef personnel de la Direction générale de la Police M. Ali Doumbia, aurait fait passer sa femme Mariam Kassambara comme commissaire dans ledit recrutement sans compter plus de 32 personnes protégés dont il aurait reçu d’eux des sommes allant de 500.000 à 750.000 francs FCFA moyennant une admission.
Nous apprenons aussi que Le commissaire du 5ème Arrondissement de Mariam Doumbia aurait pris de l’argent avec 27 personnes en raison de 750.000 par personnes en complicité avec le Directeur du personnel Mamoutou Dembele pour les permettre de devenir policier. Vous ne rêvez pas, c’est patent et certains témoins qui ont donné sans être admis comme promis commencent à broncher.

Quand au Directeur Général de la police lui-même, Mohamed Ag Infahi aurait au vu et au su de tout le monde fait passer aussi son neveux Mohamed Diakite (le fils de sa sœur de lait) comme commissaire dans la division ressources Humaines au détriment de fils des pauvres.
Pour le DRH M.Soumoutera,recrutement-a-la-police-une-grosse-magouille-se-prepare-a-la-direction-de-la-police-dans-le-dos-du-general-salif-traore son cas de favoritisme crève les yeux et dépasse tout entendement. Il aurait aussi fait passer sa propre fille, la nommée Aissata Soumoutera comme commissaire et l’inspecteur en Chef du Ministère Samba Keita a aussi fait passer 4 de ses propos enfants dont sa fille Kadiatou Keita, aussi comme commissaire. Les fils des pauvres peuvent aller paître. Ils s’en foutent éperdument de l’éthique et la déontologie encore moins de l’honneur.

Le conseiller technique, Bakoun Kanté, homme à tout faire du Ministre aurait aussi fait passer plusieurs personnes dont le nommé Djibril Sanou né le 19 Mars 1997 donc 22 ans comme commissaire. C’est la loi du plus fort et du plus offrant.

Pour résumer, de la DRH à l’inspection de la police passant par la Direction générale chacun des éléments en service au sein de la Commission de Recrutement n’a pas moins de 60 personnes protégées et défendus soit moyennant de l’argent, soit par relations parentales ou amicales, et ce en raison de 500 mille francs par candidat. Une grosse mane financière. Le hic, par gourmandise, ils ont pris trop d’argent que de places disponibles. Certains ont déjà même verser les frais mais n’ont pas encore pu être recruté.
Paradoxalement à cette mascarade, certains responsables de certains services centraux de la police qui sont honnêtes intègres et proches de la retraite, n’ont pas pu faire recruter un seul de leur propre fils comme relève à la police. C’est le comble.

Lire aussi : malijet.co/politique/corruption/magouille-au-concours-dentree-a-la-police-nationale-a-quand-la-fin-de-latavisme

Quand le fiasco a éclaté, le DG avait demandé aux syndicats de proposer 30 de leurs candidats pour faire taire les bruits car ces différents responsables syndicaux avaient aussi déjà pris de l’argent avec les candidats mais se sont retrouvés floués par la Commission de recrutement. Il n’y a pas eu d’accord sur ce principe fallacieux car des syndicalistes ont exigé que tous ceux qui ont fait la dernière étape du concours soient déclarés admis et que l’ont considère ces recalés comme admis au titre du contingent de 2019. Mais pour l’heure nous apprenons que le Ministre de la Sécurité, le Général Salif Traoré hésite à accéder à cette proposition car son honneur et sa crédibilité sont en jeux.
La seconde option qui s’offre à lui est aussi l’annulation pure et simple des résultats publiés pour donner la chance égale à tous les fils du pays.

Lire aussi : politique/corruption/recrutement-a-la-police-une-grosse-magouille-se-prepare-a-la-direction-de-la-police-dans-le-dos-du-general-salif-traore?fbclid=IwAR3Nh34gRCBQKBufE2MTobAJszRddv4dg6WyPS4QwjHTVha3Ajs2KCH1N_Y

En attendant, l’image du Président de la République, vient sérieusement de prendre un coup. Il faudra agir de façon juste et équitable et aussi sanctionner les fautifs du sommet à la base.

Source: Seydou Oumar Traoré, journaliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct