Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Projet d’appui aux investissent de la diaspora dans les régions d’origines : Le CSCOM de Badialan III bénéficie sa toute nouvelle maternité

Dans le cadre du projet d’appui aux investissements de la diaspora dans  les régions d’origines, le ministre des Maliens établis à extérieurs, Alhamdou Ag Ilyanne  a officiellement coupé le ruban de la nouvelle maternité du CSCOM de Badialan III. C’était hier lundi 30 mai 2022, en présence du chef de la délégation de l’Union Européenne résident Mali, SEM Bart Ouvry, de la représentante de l’Agence Française de Développement (AFP) et de plusieurs autres personnalités. 

D’une valeur de plus de 29 millions 500 mille franc CFA, cette nouvelle maternité  du Centre de Santé Communautaire de Badialan III, est le fruit du projet d’appui aux investissements de la diaspora dans les régions d’origines. Elle est composée d’un bloc de maternité, des sales d’attentes, des salles d’accouchements, des bureaux et autres infrastructures adéquates. Pour une des rares fois, ce projet d’appui aux investissements de la diaspora intervient en plein cœur du district de Bamako. Alors que depuis  sa mise en œuvre, il y’a plus  25, selon Dr Alou Barry, coordinateur de la cellule technique de co-développement, structure qui pilote le projet auprès du ministère des Maliens établis à l’étrangers, cette initiative a financé et réalisé  plus 200 projets à travers le Mali. Parmi ses réalisations figurent entre autres,  des écoles, des centres de santé, des marchés, des infrastructures maraichères, des forages etc. A travers ce projet, l’Union Européenne entend soutenir et accompagner la politique nationale de l’immigration au Mali. Selon Bart Ouvry, chef de la délégation de l’Union Européenne résident au Mali, « la diaspora est un levier majeur pour le développement du Mali », a-t-il rappelé tout en donnant des statistiques de l’année passée sur  les flux financiers drainés par les immigrés à l’étranger.

Près de 612 milliards de franc CFA soit  6% de toute la richesse produit au Mali en 2021.  « Un apport social pour le bien-être des populations » a déclaré l’ambassadeur de l’UE Bart Ouvry. Contrairement au volet tragique tout le temps souligné dans  l’immigration, le représentant de l’Union Européenne reste convaincu que  « la migration peut être une histoire positive, à condition de créer les conditions  pour une migration positive ».

C’est pourquoi, l’UE s’est engagé pour exploiter au mieux côté bénéfique  pour le Mali et les Maliens. Aussi souligne-t-il que ce projet de développement contribuera également à faciliter la  stabilisation du  Mali, un pays en crise depuis plusieurs années.  Surtout que cette maternité du centre de santé communautaire (ASACO BAKON) fait partie d’un ensemble de projets sélectionnés à travers le Mali.

De son côté,  le  ministre des Maliens établis à l’extérieur Alhamdou Ag Ilyenne, a mis l’accent sur l’impact positif de ce projet dans la vie des Maliens.

Au-delà des constructions d’infrastructures, le ministre  a rappelé que le projet a également appuyé  plus de 100 jeunes porteurs de projets d’investissement de la diaspora seconde génération à travers les incubateurs. Donc, un projet qui met également en exergue le rôle de la diaspora malienne dans le développement socioéconomique et la création d’emploi dans notre pays.

En ce qui concerne l’infrastructure de santé construite  en question, le ministre s’est  réjoui qu’elle soit en droite ligne avec la vision du chef de l’Etat et de l’ensemble du gouvernement d’offrir aux populations maliennes  des infrastructures et soins de santé de qualité. C’est pourquoi d’ailleurs, selon lui, son département a tenu à suivre de très prêt et avec beaucoup  d’intérêts les travaux de construction. Selon lui, cette noble initiative appuyée par les autorités locales  permettra sans nul doute à réduire  la mortalité maternelle, néonatale et infantile, l’amélioration  de la santé maternelle à travers le suivi régulier des consultations pré et post natales, l’amélioration des conditions d’accouchements.

La santé étant  une compétence transférée, les collectivités territoriales ne sont pas restées en marge. La Mairie de la commune III du district de Bamako  a contribué, selon la maire Mme Djiré, à équiper cette  infrastructure à hauteur de plus de 10 millions de franc CFA.

Issa Djiguiba

Source: LE PAYS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct