Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Orpaillage par dragage : la ministre Bah prise en flagrant délit de mensonge !

Toujours cloitrée dans son bureau, sa dernière sortie médiatique qui a vu la convocation de l’Ortm pour une supposée clarification suscite des indignations au sein de l’opinion. Pour ses détracteurs, de bonne foi, madame aurait simplement pu joindre son homologue Guindo pour faire ses observations concernant la société Lana-SA.


Malheureusement, sa logique d’en découdre avec le ministre de l’Environnement a pris le dessus. Pour se faire voir au JT et discréditer son collègue, elle s’est livrée à son exercice de charme favori. Une belle interview où, elle est habillée et maquillée dans son bureau pour ne rien dire. Seulement, elle cache mal son jeu. Car, la compétence ne se force pas. On reconnaît l’artisan à l’œuvre. Selon des indiscrétions, Lelenta Hawa Baba Bah n’a jamais porté les ministres de l’Environnement dans son cœur. Pour preuve, elle parvient toujours, comme par coup de baguette magique, à s’arroger une partie de leurs prérogatives régaliennes. Le Mali, c’est aussi cela : les pieds qui attachent les mains. Jusqu’à quand ce cinéma grotesque avec la ministre des Mines et du Pétrole comme actrice principale va continuer ? Sa sortie ratée sur Lana SA risque d’être la goute d’eau de trop. Même si le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable n’a pour l’instant pas réagi, il est clair que le mal est fait. Dans ses errements, la ministre Bah jette le gouvernement en pâture, en niant même l’évidence. En effet, dans ses errements, elle affirme qu’elle n’a pas connaissance d’un document liant le Gouvernement malien à Lana SA. Ignorance ou mépris ? Le Gouvernement malien a bel et bien signé une Convention d’établissement avec l’entreprise Golden United Group pour l’installation au Mali d’une ou de plusieurs unités de traitement des déchets de l’orpaillage traditionnel.

UNE MINISTRE EN DIFFICULTE

Visible seulement sur les sites des grosses mines, elle peine à répondre à ses missions régaliennes, comme en témoigne la lettre d’alerte lancée par la Chambre des mines concernant le danger du retour des dragues. Ayant en charge l’application de l’arrêté interministériel du 15 mai 2019 interdisant les dragues, notre charmante ministre brille par son absence. Entre la date de la signature de l’arrêté et aujourd’hui, les observateurs estiment que les dragues se sont multipliées par 10 sur le fleuve Niger. En tant que juge et partie, Hawa Bah ferme inexplicablement les yeux sur cette situation qui menace l’avenir des générations futures. En toute honnêteté, l’ex-Directrice générale de la géologie et des mines aurait dû convoquer l’Ortm pour faire le point sur l’application de l’arrêté interministériel. Au lieu de cela, elle s’attaque à Lana SA et au ministre Guindo, dont le seul tort a été de faire respecter les conclusions de l’EID à ce sujet. Comme il se dit dans son entourage, elle a peut-être eu raison d’Aïda Mbo, mais elle n’aura pas raison du ministère de l’Environnement.
Youssouf Diallo

Source : La lettre du peuple

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct