Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Opération décrédibilisation des forces régulières

Le constat est d’évidence que la Mission multidimensionnelle des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), se gargarise des vices et délices de la guerre contre le terrorisme dans notre pays, dont elle contribue, en réalité, à la déstabilisation pour des raisons inavouées et inavouables Son fameux rapport final sur ‘’l’incident de Bounty du 3 janvier 2021’’ qui incrimine l’aviation française a fini par convaincre les plus sceptiques du dessein funeste de cette Mission régurgitée par la frange la plus importante de la population, notamment du centre du pays, mise au pilori par le chef d’état-major des armées de la France et vitupérée par le ministère de la Défense et des anciens combattants du Mali. Rarement un rapport aura été aussi ridicule par sa superficialité et sa partialité. Difficile dès lors de résister à la tentation de se demander si ce grand machin international n’entretient pas des liaisons ou tout au moins des sympathies et empathies dangereuses avec les djihadistes et leurs avatars.

 

Lors d’un Forum sur la paix à Ouallam (région de Tillabéri, au Niger) en vue de comprendre les dynamiques qui contribuent à atrophier le développement de la région et font le lit à l’insécurité résiduelle, le Général Mahamadou Abou TARKA, Président de la HACP, soutenait : ‘’le but des terroristes est de décrédibiliser l’Etat et ses démembrements, de provoquer des accusations d’exactions pour lier les mains des forces de sécurité, les neutraliser et ainsi les opposer aux communautés’’. Le Général a vu juste ; d’autant plus que les comparses des djihadistes, chez nous, épousent le même mode opératoire dans leur défense forcenée des causes perdues.
Dans la compétition avec les terroristes pour les cœurs et les esprits des populations, la MINUSMA semble avoir choisi son camp en accablant régulièrement les forces régulières.
Ainsi, après les FAMa laminées sous les coups de boutoir d’accusation d’exactions, d‘exécutions extrajudiciaires, ayant pris des galons dans les dénonciations calomnieuses, c’est le crâne dégarni de l’armée française que la MINUSMA veut à présent raser, avec le même objectif de décrédibilisation des forces régulières.
Face à une telle imposture, point besoin de s’encombrer de fioritures. Au Mali, la Constitution dispose (une spécificité bien malienne, parce que bien d’autres pays s’intéressent d’abord au Président de la République) dès son article 1er : ‘’personne humaine est sacrée et inviolable. Tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité et à l’intégrité de sa personne’’. La vie des séides de la Katiba Serma ne vaut pas mieux que celle des autres populations massacrées à longueur d’expéditions meurtrières, des FAMa qui ne comptent plus leurs charniers en raison des attaques lâches. De cette tragédie, les grands défenseurs des Droits de l’Homme ne semblent pas s’émouvoir outre mesure. Messieurs ressaisissez-vous en vitesse, parce que personne ne garantira que le peuple malien qui ploie sous le joug d’une guerre imposée acceptera de bonne grâce un comportement qui pourrait facilement trahir un pacte avec l’ennemi.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct