Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali: les forces françaises ont tué un commandant de l’ISGS impliqué dans une embuscade à Tongo Tongo

Tôt dans la matinée du 26 août, les forces d’opérations françaises Barkhane ont mené une opération air-sol combinée entre Infoukaretane et Labouta, à environ 30 km au sud de Ménaka. Deux avions de chasse Mirage 2000 ont effectué un raid aérien suivi d’actions sur le terrain par des commandos. 

L’opération a entraîné la mort d’un haut commandant de l’État islamique du Grand Sahara (ISGS), à savoir Mohamed «Atinka» Ag Almouner et l’un de ses corps de garde. En plus du surnom «Atinka», Ag Almouner était appelé «Le Réseau», un mot français signifiant le réseau. Le membre du corps de garde tué a été nommé Mouta, le fils d’un important marabout à Infoukaretane. Deux civils, dont une femme et un enfant, ont également été tués lors de la frappe aérienne, l’état-major français des armées a déclaré qu’il avait ouvert une enquête en raison des décès de civils. Deux autres civils et un militant ont été blessés au cours de l’opération, qui a ensuite été soignée par le personnel médical de Barkhane.

Ag Almouner de la fraction Idoguiritane de la tribu Dawsahak était l’un des plus hauts lieutenants d’Adnan Abu Walid al-Sahrawi, identifié comme ayant joué un rôle de premier plan dans l’embuscade du 4 octobre 2017 contre une force conjointe des Bérets verts américains et de l’armée nigérienne à Tongo Tongo, au Niger. Un article précédent du New York Times indiquait qu’Ag Almouner avait été tué à Tongo Tongo, citant des responsables militaires américains. De même, un autre article du New York Times a déclaré que le commandant nigérien de l’ISGS, Dando Cheffou, «pourrait être en détention». En fin de compte, aucun des rapports n’a été prouvé correct. Des sources locales ont confirmé qu’Al Mahmoud “Ikaray” Ag Baye, qui était un commandant supérieur d’Ag Almouner, est toujours en vie, contrairement à l’évaluation américaine selon laquelle il avait également été tué dans une embuscade à Tongo Tongo.

Fin mars de cette année, des gendarmes nigériens en patrouille de routine dans le petit village de Wedi Bangou, à Tillabery, ont arrêté un groupe d’hommes dont certains étaient armés, les gendarmes avaient les yeux bandés et les alignaient au sol près de la gendarmerie Au cours des interrogatoires, un jeune homme a attiré l’attention des interrogateurs qui soupçonnaient Ibrahim Ousmane, plus connu sous le nom de Dando Cheffou, incitant les Nigériens à alerter les Américains, estimant qu’ils avaient finalement mis la main sur l’otage américain Jeffrey Woodke. le concierge. Cependant, à l’époque, Cheffou voyageait en convoi avec son commandant en chef, Illiassou Djibo, également connu sous le nom de Petit Chafori, repéré en passant par un hameau dans une vallée non loin de la frontière malienne, qui sert de base à l’ISGS. militants.

Entre février et début avril 2018, l’ISGS a été la cible d’opérations contre-militantes intenses menées par Barkhane, aidées par une coalition de milices locales, notamment le Mouvement pour le salut de l’Azawad et le groupe d’autodéfense touareg et allié ( GATIA). Cependant, ces opérations ont été suivies d’une série d’atrocités de masse dans les zones frontalières entre le Mali et le Niger, les violences se sont rapidement étendues aux zones rurales de Gao, puis au Gourma et à Arabanda.

Les pertes subies par l’ISGS ont provoqué une quasi-rupture dans ses rangs. Le 11 août, le ministère algérien de la Défense nationale (MDN) a annoncé que le Sultan Ould Badi, le commandant de la composante de l’ISGS Katiba Salaheddine, s’était rendu aux autorités militaires à Tamanrasset, en Algérie. Selon un rapport de France 24, Ould Badi aurait été capturé fin juin dans le cadre d’une opération menée par l’armée algérienne, bien que Ould Badi se soit rendu dans le cadre d’un règlement négocié avec les autorités algériennes avec trois de ses associés. Ould Badi et ses compagnons ont été aperçus près d’Aguelhok au début du mois d’août alors qu’ils voyageaient de la vallée du Tilemsi vers la frontière algérienne.

http://menastream.com

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct