Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali/A peine rentré d’exil : Pourquoi ATT est retourné au Sénégal

Son séjour au pays n’aura finalement duré qu’une petite semaine. Celui qui a dirigé le Mali de 2002 à 2012 a mis à profit ce séjour éclair pour recevoir ses parents et ses amis, d’une part, et pour s’incliner sur la tombe de sa mère morte pendant son exil, d’autre part. Alors que ses nombreux sympathisants pensaient à son retour définitif, ATT est reparti au Sénégal, où il a fêté le nouvel an.

 

Un retour symbolique

C’était donc un retour symbolique que l’ancien président a effectué. En effet, il voulait rentrer au Mali juste pour montrer à ses concitoyens qu’il est désormais libre de venir dans son pays et d’en repartir à sa guise. Ce retour triomphal d’ATT, quoi qu’on dise, est une opération bien montée par l’entourage de l’actuel chef de l’État, Ibrahim Boubakar Kéïta (IBK). C’est lui qui a ordonné la fin des poursuites pour ”haute trahison” contre son prédécesseur, afin qu’il puisse regagner la mère-patrie. Son accueil en grande pompe et le dîner auquel il l’a convié participent de cette opération de charme de IBK, dont le premier mandat à la tête du pays tire à sa fin. Ce n’est un secret pour personne, le bilan de ce premier quinquennat de l’actuel président est mitigé. En cinq ans, il n’a pas réussi à mettre l’entièreté du pays sous le contrôle du gouvernement, ce qui avait coûté à ATT le renversement de son régime en 2012 et une accusation de ”haute trahison”.

 

ATT, une bouée de sauvetage pour IBK ?

Au plan sécuritaire, le pays est la cible de fréquentes attaques terroristes, une insécurité notoire qui dissuade tout investisseur. C’est dans ce conteste qu’IBK est allé pratiquement tirer par la main ATT pour qu’il retourne dans son Mali natal. Lui servira-t-il de bouée de sauvetage? En tout cas, cette soudaine magnanimité n’est évidemment pas dénuée de calcul politique. IBK en attend sûrement des retombées à 7 mois de la présidentielle, où déjà les candidatures s’enchaînent. Autre fait qui n’est pas fortuit, le cinquième premier ministre de Ibrahim Boubakar Kéita, Soumeylou Boubèye Maïga, était l’ancien chef de la diplomatie de ATT. Il a été nommé le jour même où l’ancien président retournait au Sénégal. Simple coïncidence ?

Cet homme qui a été plusieurs fois ministre et qui disposerait d’un puissant réseau relationnel serait-il au centre d’un éventuel deal entre l’ancien et le nouveau président? ATT, qui a répété à qui voulait l’entendre que son retour au pays n’est assorti d’aucune condition, n’a pour autant pas clairement déclaré s’il renonce ou non à la politique. A 70 ans cette année, il est plus jeune que l’actuel président, qui aura 72 ans le 29 janvier prochain. IBK sait donc que l’ancien locataire du palais du Mont Koulouba, le siège de la présidence malienne, est encore bon pour le service.

En effet, six ans après, nombre de Maliens se rendent compte que l’homme que le commandant putschiste Amadou Haya Sanogo et ses hommes ont bouté du pouvoir n’avait pas un aussi mauvais bilan, comparativement à ce qui a été fait par ses successeurs.

 

Charles d’Almeida

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

L’info drome

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct