Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Les transitions et les scandales politico-financiers au Mali • 19 novembre 1968. Les membres du CMNL se partagent 14 millions de FM au nom de la prime de risque de vie

  • 26 mars 1991. Affaire du Trésor: près de 7 milliards de F CFA volatilisés
  • 22 mars 2012. Des milliards de la construction de la route Bamako-Ségou disparus
  • 20 août 2020. Affaires de recrutement, concours et d’attribution de logements sociaux

C’est devenu une tradition au Mali. Chaque transition politique se donne un nom à travers des affaires ténébreuses. Et celle de 2020 n’a pas échappé à la règle. Elle va de scandales en scandales, compromettant d’ailleurs le slogan ‘‘Mali Koura’’. Comme une malédiction, les transitions hantent l’esprit des Maliens, depuis le 19 novembre 1968.

Sans qu’il ne sache leur projet politique et social, le peuple malien, à l’avènement de chaque transition politique dans notre pays, soupire, acclame, accueille les nouveaux dirigeants avec joie et bonheur. Ilse dit convaincu que les nouveaux venus aux commandes vont déchirer à jamais la page de la mauvaise gestion du régime déchu pour instaurer une vraie gouvernance. Obnubilé par leurs discours travestis et sensationnels, il ne récolte au bout du compte que déception, désespoir et frustration. Malheureusement, celle qui devrait mettre fin à cette série noire s’est déjà embourbée. La transition de 2020, qui incarnait tous les espoirs d’un nouveau départ pour le Mali, gère ses nombreux scandales qui jalonnent déjà son parcours en dents de scie.

S’il faut que chaque transition dans notre pays soit émaillée de pratiques de corruption, de népotisme, de favoritisme, de détournements de fonds publics, il serait bon que le Malien apprenne à aimer sa patrie, à être sérieux dans le travail à lui confié par la nation, à se respecter et respecter les autres pour qu’on évite à notre pays des situations désagréables. Sinon, les régimes d’exception seront toujours les bienvenus et avec les dégâts que nous connaissons tous.

Arrivés en ‘‘libérateurs’’, en ‘‘sauveurs’’ et appelés par leurs soutiens ‘‘hommes exceptionnels’’, ‘‘hommes providentiels’’, ‘‘hommes de la situation’’, les putschistes n’ont pas aussi été clean que leurs prédécesseurs dans la gestion de l’appareil d’État. Ils n’ont pas donné un bon exemple comme eux-mêmes se définissaient dans leurs premières déclarations pour rassurer le peuple du bien-fondé de leur acte. Ils se sont toujours caractérisés par des affaires ténébreuses, ouvrant la boîte de pandore. Le tableau du déshonneur de la transition au Mali continue, depuis le 19 novembre 1968 jusqu’à nos jours.

 

19 novembre 1968. Au nom d’une prime de risque de vie, 14 millions de FM volés par les membres du CMNL à la BDM

Venus libérer le Mali, selon la soldatesque qui a pris le pouvoir par effraction un 19 novembre 1968, les membres du Comité militaire de libération nationale (CMLN) ont donné le ton du pillage systématique des richesses nationales à leur profit. Un officier, un membre très influent du CMNL, lors du procès politique, en octobre 1978, de la ‘‘Bande des trois’’, auteur du coup d’État avorté du 28 février 1978, dit ceci: «Vingt- quatre heures après le coup d’Etat, chaque membre du CMLN a pris un million de franc malien à la banque». Ils ont appelé cette somme ‘‘la prime de risque de vie’’Pour eux, en faisant le coup d’État, ils ont risqué leur vie. En fait, beaucoup d’analystes ont trouvé parmi les raisons du coup d’État du 19 novembre 1968, l’enrichissement personnel de certains membres du CMLNN.

Ce vol crapuleux n’allait jamais se retrouver à la place publique, si les auteurs du putsch de 1968 ne s’étaient pas trahis. Comme dit l’adage, le bien mal acquis ne profite jamais.

La sécheresse des années 1973-1974 a été une autre chance pour les militaires au pouvoir de continuer leur politique d’enrichissement illicite et personnel. Les dons et les aides fournis par la Communauté internationale pour aider notre pays à faire face aux conséquences désastreuses de la sécheresse ont été détournés par des hommes forts de l’époque. Selon les opposants au régime militaire, l’argent issu de la vente de cette solidarité internationale a servi à construire des villas, appelées des ‘‘villas de la sécheresse’’.

Le régime d’exception a duré de 1968 à 1978. Il a été appelé ainsi à l’époque. Et à partir des années 1990, il a pris le nom de transition.

 

26 mars 1991. L’affaire de 7 milliards de F CFA du Trésor éclabousse la transition démocratique

Le coup d’État perpétré par le lieutenant- colonel Amadou Toumani Touré (ATT), le 26 mars 1991, contre le général Moussa Traoré, accusé de tous les noms d’oiseaux par des pseudo- démocrates, avait suscité l’espoir et l’enthousiasme chez le peuple malien. Mais avec l’affaire du Trésor, les gens ont compris que les maux dénoncés sous l’ancien régime ont été maintenus et renforcés par la transition qui devait traduire en acte concret le slogan de la contestation populaire: le Kokadjè (assainissement de la vie publique.

 

Que s’est- il passé ?

«Des opérateurs miniers ont fabriqué de faux documents (factures et bordereaux de livraison) attestant l’achat de carburant, et tissé une longue chaîne de complicité active et passive avec les responsables de certains services de l’État (Direction nationale de la géologie et des mines, Direction nationale des douanes, Service général de surveillance, etc.) pour se faire rembourser indûment des montants représentant des exonérations sur les quantités de carburant prétendument  achetés. Le Service du contentieux de l’Etat estime le montant des décaissements frauduleux à près de 2 milliards 500 millions de F CFA.

Le trou de 5 milliards 400 millions de F CFA causé par l’affaire du Trésor représente le coût d’aménagement de 2000 hectares de terre dans la zone irrigable de l’Office du Niger. Le décaissement frauduleux de près de 2, 4 milliards de F CFA dans l’affaire des exonérations représente les coûts de construction et d’équipement de 100 centres de sante communautaire.»

Ces informations sont tirées du livre de M. Ali Cissé «Mali: Une démocratie à refonder».

 

22 mars 2012. Le pillage en bandes organisées des maigres ressources de l’État

Contraint à la démission par l’homme fort de la junte militaire, le capitaine Amadou Haya Sanogo, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, est parti sans honneur à la tête du gouvernement de la transition, en août 2012. Mais cela n’enlève en rien aux mérites de l‘homme durant le peu de temps qu’il a passé à la primature. Parmi lesquels, on peut citer la maîtrise totale des prix des produits de grande consommation durant le mois de ramadan qui a coïncidé avec son passage comme chef de l’exécutif malien.

Ce départ précipité du Premier ministre, ‘‘plein pouvoir’’, a été une aubaine pour les militaires pressés de prendre d’assaut les caisses de l’État pour se faire une santé financière auprès de la gent féminine bamakoise et les hommes politiques qui ont fait leur entrée au nouveau gouvernement pour continuer leur sport favori: corruption, délinquance financière, prédation, gaspillage des richesses nationales, vol crapuleux des biens de l’État, détournements de deniers publics, surfacturation, népotisme, clientélisme, clanisme et spoliation des paysans de leurs champs. Ce duo (militaires et civils politiques au gouvernement) a profité de sa responsabilité au sommet de l’État pour mettre à sac les fonds publics destinés à la construction des infrastructures. C’est ainsi que des dizaines de milliards débloqués sous ATT pour la construction de la voie retour Bamako-Ségou ont été détournés. Ils ont servi à financer la campagne électorale du candidat du Rassemblement Pour le Mali (RPM), Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Cette affaire ne pouvait pas être sur la place publique parce que le représentant des membres du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État (CNRDRE) a été élu président de la République. Et les traces ne pouvaient que disparaître miraculeusement.

À cela s’ajoutent les reformes des véhicules neufs de l’État, des surfacturations, des malversations financières, de la ponction et  plusieurs autres affaires sales. Cette hémorragie financière a été possible avec l’arrivée des hommes politiques ministres à la tête des  fonctions stratégiques.

 

L’espoir assassiné avec des affaires sulfureuses de recrutement, de concours et d’attribution de logements sociaux

Le slogan trompeur ‘‘Mali Koura’’ n’a pas résisté à l’épreuve du pouvoir. Quelques mois de gestion des hommes de la rectification de la transition ont montré que les vieilles habitudes ont la vie dure. Comme pour dire que ceux qui ont produit le système des mauvaises pratiques et adopté comme mode de gouvernance ne peuvent en aucune manière lutter efficacement contre leur ‘‘chose’’. C’est ce qui s’est manifesté dans les recrutements, concours et d’attribution des logements sociaux. Il ne serait pas exagérer de dire que c’est pire que sous le règne d’IBK, chassé du pouvoir en août 2020 pour les mêmes pratiques.

Il a été constaté qu’à la place de nouvelles méthodes de gestion qui devaient créer les conditions nécessaires pour l’avènement d’un Mali Koura, c’était de la poudre aux yeux. Les mêmes mauvaises pratiques sous Ibrahim Boubacar Keïta ont servi à faire figurer beaucoup de proches, parents, alliés politiques sur les listes des admis, des recrues et bénéficiaires de logements sociaux. Il s’agit entre autres de clanisme, de népotisme, de favoritisme, de corruption, etc. Et pour tromper la vigilance du peuple afin de faire baisser la tension sociale, on se précipite à mettre en place des commissions d’enquête. Comme pour dire que rien ne sera comme avant. Ironie du sort, dans le cas du concours de la police, il est demandé aux gens de  d’énoncer des cas de corruption.

Ils (les auteurs des coups d’État) ont tous justifié leur arrivée au pouvoir par l’échec des régimes renversés, accusés de mauvaise gestion et de conduire le pays au bord de la faille. Mais derrière ce vernis se cache leur volonté de s’emparer des richesses du pays à leur seul profit. Coincé entre la mauvaise gouvernance des transitions politiques incarnées par les militaires et celle des démocrates prédateurs, le peuple malien ne sait plus à quoi s’en tenir désormais. D’un côté comme de l’autre, c’est la déception totale.

Face à ces échecs récurrents des Maliens à gérer leur propre pays, n’est-il pas temps, au nom de l’intégration africaine, de faire appel à d’autres compétences ?

Yoro SOW

Source : L’Inter De Bamako

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct