Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Les éclairages de deux membres du gouvernement sur la révocation du maire de la Commune VI

Le ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne non moins Porte-parole du gouvernement, Amadou Koita, et le ministre des Collectivités territoriales, Alassane Ag Moussa ont conjointement animé le point de presse hebdomadaire du mercredi 2 mai, au siège du Centre d’informations gouvernementales du Mali (Cigma) pour faire le compte-rendu des mesures phares prises lors du conseil des ministres. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, ils ont annoncé que le gouvernement a examiné et adopté trois projets de décret.

Prenant la parole, le ministre des Collectivités territoriales, Alassane Ag Moussa a annoncé qu’à la suite de  la suspension du maire de la Commune VI, le gouvernement a demandé à l’inspection de l’intérieur de mener une enquête sur le maire. « Nous avons constaté que les faits sont graves, il a donné 245 dispenses de paiement de taxe », a commenté le ministre. Certaines dispenses ont été faites après paiement.

Le ministre reproche aussi au maire d’être coupable de plusieurs irrégularités dont des passations de marché. Alassane Ag Moussa est également revenu sur l’affaire qui a conduit à la suspension d’Alou Coulibaly. Pour le gouvernement, le maire révoqué a mis le nom d’une dame sur une demande de visa au consulat de France au Mali comme conseillère de la mairie, alors que cette dernière ne l’est pas.

Pour Alassane Ag Moussa, il n’y a pas de dessous politiques à la suspension d’Alou Coulibaly de ses fonctions de maire. Le ministre a déclaré que ce sont des faits de corruption qui sont reprochés au désormais ancien maire. « On ne peut pas permettre à un maire de dispenser des citoyens du paiement de taxes. Le gouvernement a donc décidé de le révoquer purement et simplement », a-t-il expliqué.

Selon lui, sur rapport du Premier ministre, le conseil des ministres a adopté des projets de décret relatifs à l’organisation, aux modalités de fonctionnement et au cadre organique de la Direction nationale des archives du Mali.

Le ministre Porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, a expliqué que la Direction nationale des Archives du Mali est un service central créé par l’ordonnance n°02-041/P-RM du 28 mars 2002 avec pour mission d’élaborer les éléments de la politique nationale en
matière d’archives et d’assurer la coordination et le contrôle de sa mise en œuvre.

A ses dires, l’organisation, les modalités de fonctionnement et le cadre organique de la Direction nationale des archives du Mali sont fixés par des décrets de 2002. Après plus d’une décennie de fonctionnement, les décrets relatifs à l’organisation, aux modalités de
fonctionnement et au cadre organique de la Direction nationale des archives du Mali ont révélé des insuffisances qu’il convient de prendre en charge.

Les projets de décret adoptés visent à corriger ces insuffisances à travers, entre autres : la création d’un bureau d’accueil, d’orientation et de communication, d’un centre informatique, des services régionaux et subrégionaux et de nouveaux postes ; l’ouverture du cadre organique à d’autres corps et l’augmentation de l’effectif du personnel. Les projets de décret adoptés permettront à la Direction nationale des archives du Mali de disposer de ressources humaines qualifiées et diversifiées pour la mise en œuvre de ses missions.

De l’avis du porte-parole, sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté : un projet de décret autorisant et déclarant d’utilité publique les travaux ci-après : la construction et le bitumage de la voie de ceinture ouest de Koulikoro d’une longueur  de 13,56 km ; la construction et le bitumage de la bretelle Katélé (RN7)-Kadiolo-Zégoua d’une longueur de 32,5 km et l’aménagement de 4 kms de voiries urbaines dans la localité de Kadiolo ; l’aménagement de la voie de Kouloubléni, d’une longueur de 5 km dans la Commune rurale de Kalaban-Coro, cercle de Kati.

La réalisation de ces travaux s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des actions prioritaires de la Politique nationale des transports, des infrastructures de transport et du désenclavement. Elle empiète sur certaines propriétés privées qu’il convient d’exproprier pour cause d’utilité publique conformément aux dispositions du Code domanial et foncier.

Le présent projet de décret est adopté dans ce cadre.

Pour finir, le PPG a évoqué la visite du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga et certains membres du gouvernement au Sénégal.

Une visite qui a été très utile car, elle a permis à la délégation de s’imprégner de plus près de la population sur leurs préoccupations en vue d’y apporter des solutions concrètes, conformément à sa feuille de route et au Programme présidentiel d’urgences sociales.

Le ministre Koita a rappelé que le président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Kéïta a remis le mercredi 2 mai 2018, lors d’une cérémonie solennelle sur la place d’armes du camp militaire de Kati, des matériels et équipements aux Forces armées maliennes (FAMa). Ces engins roulants, financés sur le budget national, vont renforcer les capacités des vaillantes FAMa sur le terrain. En somme un travail de reconstruction des Forces de défense et de sécurité qu’il a initié.

Rééquiper l’armée et lui donner les moyens d’assumer ses fonctions de défense des biens et des personnes sur l’ensemble du territoire national.

La rédaction

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct