Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La France mène des opérations aériennes au Mali et au Burkina Faso

Les avions déployés dans le cadre de l’opération française Barkhane ont récemment mené des opérations aériennes au Mali et au Burkina Faso, a annoncé jeudi le 31 janvier le ministère des Forces armées.

Hélicoptères déployés après l’attaque à Tarikent, au Mali

Le 29 janvier, deux membres des Forces armées maliennes (FAMa) ont été tués et 10 autres blessés dans une attaque «complexe» contre une base à Tarikent dans la région de Gao.

Après avoir été informés par Fama, opération barkhane de la France a envoyé deux patrouilles en hélicoptère de son Battle Desert aérocombat Group (GTD-A), une patrouille Tigre-Gazelle et une patrouille Tigre-Tigre, ministère des Forces armées de la France a déclaré dans ses opérations de la semaine  mise à jour .

L’intervention n’était pas nécessaire, mais les hélicoptères ont fourni «des informations sur la situation opérationnelle dans la région».

Plus tard dans la journée, des hélicoptères Caiman et Cougar ont atterri dans le camp et évacué sept membres du FAMa à Gao, où ils ont été soignés par des équipes médicales et chirurgicales françaises.

Un groupe de commandos de montagne a sécurisé le site et plus tard, avec le GTD-A, «a mené une opération de recherche dans un village situé à environ 30 km au nord du site de l’attaque».

Des avions de chasse et des hélicoptères déployés après une attaque “majeure” à Nassaoumbou, au Burkina Faso

Le 28 janvier, au moins quatre soldats burkinabé ont été tués lors de l’attaque d’une base militaire à Nassoumbou, dans la province de Soum, dans le nord du pays.

Après la “grande attaque terroriste” et à la demande des autorités militaires burkinabé, la force Barkhane a d’abord envoyé une patrouille d’avions de combat Mirage 2000, qui “a effectué une démonstration de force”, suivie d’une patrouille du GTD-A Tigre, a annoncé le ministère m’a dit.

Une manœuvre de démonstration de force démontre une présence dissuasive en survolant à très basse altitude et à très grande vitesse.

Plus tard, quatre membres des forces armées burkinabé blessés ont été évacués par hélicoptère à Ouagadougou où ils ont été soignés par les services de santé locaux.

Début octobre, les  forces armées françaises ont confirmé que des hélicoptères étaient utilisés lors d’opérations dans la région de l’Est . Ce n’est que la deuxième fois que des forces aériennes françaises ont été utilisées au Burkina Faso.

Un avion français déployé dans le cadre de l’opération Barkhane a effectué 95 sorties entre le 23 et le 29 janvier, dont 36 sorties de chasseurs, 15 sorties de ravitaillement en carburant et de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et 44 missions de transport, a annoncé le ministère.

Les troubles récents au Sahel ont commencé au Mali en 2012 avec le soulèvement séparatiste touareg contre l’État, qui a été exploité par des extrémistes islamistes liés à al-Qaïda qui ont pris des villes clés dans le nord du désert.

La France a entamé son intervention militaire dans son ancienne colonie au début de l’année prochaine, dans le cadre de l’opération Serval, chassant les djihadistes des villes, mais les groupes militants se sont transformés en formations plus agiles opérant dans les zones rurales, conquérant parfois les populations locales en fournissant des services de base et en se protégeant des bandits. .

L’insurrection s’est progressivement étendue aux régions centrales et méridionales du Mali et aux frontières avec le Burkina Faso et le Niger voisins.

De larges pans du pays restent hors du contrôle du gouvernement, malgré un accord de paix de 2015 visant à isoler les islamistes.

La mission française a évolué pour devenir l’actuelle  opération Barkhane , qui compte environ 4 500 membres français déployés avec le mandat d’opérations de lutte contre le terrorisme dans la région. Trois hélicoptères de transport lourd Chinook de la Royal Air Force du Royaume-Uni  basés à Gao  soutiennent depuis le mois d’août 2018 les troupes françaises au Mali, et  50 soldats estoniens sont déployés à Gao  dans le cadre d’une capacité de protection de la force.

Les troupes déployées à Barkhane travaillent aux côtés de la  mission de stabilisation Minusma des Nations Unies  au Mali, qui a débuté en 2013 et compte environ 12 000 soldats et 1 750 policiers, ainsi que la force antiterroriste commune du  G5 Sahel  qui vise à former et à déployer jusqu’à 5 000 personnes.

 

Source: thedefensepost

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct