Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La campagne ‘’Fail-fair’’ : partir de l’échec pour réussir

La Maison de la femme de la Commune V a abrité le samedi, la première édition de la campagne‘’Fail-fair’’, une initiative de l’ONG d’Accountability Lab Mali, qui a pour objet d’inciter les jeunes à ne pas baisser les bras après quelques mauvaises expériences.

Appuyée par l’ONG Voice, cette initiative vise à sensibiliser les personnes vulnérables, à savoir : celles affectées par le handicap, ou démunies qui ne croient plus à leur chance de réussir.

En effet, il s’agissait au cours de cette journée, de démontrer que l’échec fait partie intégrante de la réussite ; de rendre l’échec acceptable, à travers nos actions ; de célébrer l’échec comme marque de leadership et d’innovation ; prouver que l’échec est un processus d’apprentissage.

Selon les explication de Abdoul Salma TOURE, représentant de l’ONG la VOICE, l’échec doit être célébré comme marque de leadership, d’innovation et de prise de risques en repoussant les limites de ce qui est possible pour faire passer les idées. « Il est très utile d’examiner nos erreurs et de tirer des leçons de nos échecs, car nous allons au-delà de la facilité et de la simplicité », a-t-il dit.

La journée a été animée par un panel de speaker de 5 à 6 personnes. Ces personnalités inspirantes ayant beaucoup d’expériences, de notoriété ont parlé de leur échec comme

processus d’apprentissage.

Ainsi, Mme Niama KONE, inspectrice de poste, le célèbre kinésithérapeute non voyant, le Dr Amadou DIALLO, la restauratrice Fily SANGARE, communément appelé Lobo et Mme Kadiatou COULIBALY, dite Katioucha, toutes ces personnesatteintes de handicap ont expliqué aux jeunes comment ils ont atteint le sommet malgré les difficultés.

Signalons qu’au Mali Voice travaille avec troisgroupes qui sont des personnes en situation d’handicap (handicap physique, déficience mental, déficience intellectuelle, les personnes atteintes d’Albinisme, les personnes de petites tailles, etc.) ; les femmes en risque d’exploitation d’abussexuelle et de violence ; les jeunes et les personnes âgées.

L’ONG travaille aussi avec 19 partenaires qui mettent en œuvredivers approches pourpermettre à des groupes de faire entendre leurs voix, réclamer leurs droits, de lutter contrela marginalisation et la discrimination dont ils sont victimes.

Par Christelle KONE

Source: info-matin.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct