Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Jardin de Tarabangou (Tombouctou) : Un poumon de l’économie locale

Situé à environ trois kilomètres au Sud Est de la ville de Tombouctou, en allant vers le quai de Kabara, le jardin de Tarabangou est une oasis verdoyante au milieu du désert, entouré d’acacias, d’eucalyptus et de dattiers.

Cette réserve a longtemps fourni près de 80% des fruits et de légumes consommés à Tombouctou et dans les communes environnantes dont Ber, Salam, Bourem Inaly, Alafia et Lafia. Derrière cet exploit, 374 paysans qui ont décidé de faire de ce périmètre irrigué de 30 ha leur Eldorado. Quatre ans après avoir obtenu le soutien de la MINUSMA, le Jardin de Tarabangou continue de permettre à la Cité des 333 saints de respirer.

Un jardin symbole de la résilience de ses exploitants

En 2012, au plus fort de la crise politico-sécuritaire qui frappe le Nord du Mali, les paysans assistent impuissants à la destruction des équipements et installations du périmètre par des individus armés. Démunis, les exploitants et leurs familles n’ont plus d’espoir. Le quotidien difficile poussera la plupart d’entre eux à partir vers l’intérieur du pays ou vers des pays voisins, tandis que ceux qui sont restés ont dû faire face a l’extrême vulnérabilité. « Nous venions ici avec nos enfants et nos épouses pour être à l’abri, car nous n’avions pas d’autre endroit où aller. La nuit nous retournions dans nos familles. Tout cela, nous l’avons fait pour éviter d’être brimés par les occupants ou mêlés aux forfaits qu’ils commettaient, » se souvient l’un des chefs de famille.

Un soutien de la MINUSMA pour l’insertion socio-économique des femmes et des hommes

Après la reconquête des régions Nord en 2013, les maraichers reprennent les activités avec les moyens du bord. Pour tout soutien, ils n’ont qu’un groupe électrogène miraculeusement épargné de la destruction. Mais les conditions de travail sont difficiles, « nous avons alimenté les bassins avec un groupe électrogène qui consommait 70 barils de gasoil par campagne. Une fois, en pleine campagne, la machine est tombée en panne. Le temps de retrouver les pièces de rechanges nous avons presque perdu toute la production » raconte Alhad Ag Aldjoumagatt, Président de la Coopérative de Tarabangou.

En 2016, la Mission de l’ONU au Mali, à travers sa section de la Réforme du Secteur de la Sécurité et du Désarmement, de la Démobilisation et la Réinsertion (RSS-DDR), apporte un appui aux paysans à hauteur de 52. 125. 000 francs CFA. Cet appui fait dans le cadre des projets de la réduction de la violence communautaire permet la réhabilitation et l’équipement du périmètre.

L’ensemble de la canalisation du jardin est réparé et les pompes sont connectées à un système solaire permettant ainsi l’approvisionnement en eau des quatre bassins de 1000 m3 chacun. Cette nouvelle technique donne aux exploitants une possibilité de production sur toute l’année.

« Je travaille sur une parcelle où je fais pousser des tomates, des choux, des oignons, de la salade. Je n’ai pas encore commencé à les vendre mais je suis très content de l’évolution des cultures plantées. Pour moi, ce jardin maraîcher est une très bonne chose. Avant, je gagnais ma vie à vendre du bois que je coupais mais c’était une activité dure. Aujourd’hui, grâce à l’aide de la MINUSMA, je travaille tous les 12 mois de l’année. Cela a contribué au bien être de ma famille. L’apport le plus important de ce projet est la relation sociale qu’il a instauré entre les travailleurs de plusieurs communautés » Aguissa Cissé, exploitant.

Taljimit Walet Alidji est l’une des membres de l’association des femme vendeuses de légumes. Cette mère de famille de trente-cinq ans s’approvisionne chaque matin au jardin de Tarabangou. « Je viens chaque matin acheter des choses que je revends en ville : de la salade, de la betterave, des choux, de la pomme de terre, de la tomate, des goyaves, des papayes, des citrons ».

Elles sont une quarantaine des femmes au sein de l’association qu’elles ont formé. Toutes exercent cette activité pour répondre aux besoins quotidiens de la vie. Elles arrivent à s’entraider dans des cas sociaux grâce à un système d’épargne qu’elle ont mis sur pied. « Avant nous travaillions seulement 5 mois de l’année. Mais avec l’appui de la MINUSMA, même en saison morte les activités continuent à la fois pour les producteurs et pour nous. Après la vente de nos produits, une partie du bénéfice est versée dans la caisse de l’association et cela nous permet de gérer les cas sociaux de la vie, » explique-t-elle.

La MINUSMA n’a certes pas vocation à mener des actions de développement. Toutefois, à travers certains mécanismes comme les projets de Réduction de la violence communautaire, elle contribue à créer, maintenir et/ou entretenir la cohésion entre les communautés dans les zones touchées par le conflit. Outre l’appui au processus de dialogue politique, au pourparlers, au désarmement ou encore à la réforme du secteur de la sécurité, ces projets financés par la Mission des Nations Unies au Mali, participent aux efforts faits par les Maliens et leurs partenaires, afin que la paix soit consolidée et que le pays retrouve sa stabilité.

Source: Le 26 Mars

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct