Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

J’ai couchée avec mon beau frère pour sauver l’honneur de mon mari

Je suis dame Konan Laurence, 55 ans mère de deux enfants et marié depuis 35 ans à Laurent. J’ai rencontré mon mari quand j’étais en première année à l’université ; lui également était étudiant. A l’époque, nous vivions dans une galère qui ne dit pas son nom, cependant mon mari  se battait tant bien que mal pour nous obtenir le minimum, en donnant des cours à domicile à plusieurs élèves.
C’était un battant et même après l’obtention de sa maîtrise il continuait à donner des cours dans des universités privée jusqu’à ce qu’il obtienne un emploi.

confidence confessions confidentialite fille sexe viol violence

Le changement de vie

Mon mari a finalement obtenu un poste de comptable dans une entreprise étrangère où

il était assez bien payé. Un an après sa prise de fonction nous avons célébrés notre mariage devant Dieu et les hommes.
J’étais la femme la plus heureuse du monde après le mariage. Mon mari me comblait de cadeaux et me faisait découvrir beaucoup de belles choses. Nous avons effectué des voyages dans différents pays, dormis dans des hôtels de luxe et mangés à la table de restaurants de renom.

Le triste constat

Mais une zone d’ombre allait venir ternir ce doux et paisible bonheur. En effet, une puis deux et trois années se sont écoulées sans que je n’ai eu un seul  retard dans mes règles. Cela m’inquiétait et ma belle famille commençait a murmurer. D’un commun accord nous avons donc décidé de faire des analyses pour voir ce qui n’allait pas. Les résultats obtenus on révélé que j’étais bien portante. Cependant, Laurent a été déclaré stérile. Lui qui adorait les enfants et voulait en avoir plusieurs était devenu malheureux et n’avait de cesse de réfléchir dans l’espoir de trouver une solution.
C’est ainsi qu’une nuit il me réveilla et me demanda au nom de l’amour que je ressentais pour lui de coucher avec son frère cadet François qui lui était également marié et vivait en Europe afin de nous assurer une descendance.
J’ai réfléchis à sa proposition et finalement je me suis dit « pourquoi pas ». Si C’était moi qui était dans cet état je lui aurais sûrement permis de coucher avec une autre femme pour avoir un enfant.

De la fécondation….

François a fait le déplacement pour la Côte d’Ivoire. Je fus suivi par un gynécologue pour savoir avec exactitude ma date de fécondation. Ce jour tant redouté par moi arriva, mon beau frère et moi nous nous sommes retrouvé dans la suite d’un hôtel. J’étais crispée, François a tenté de me détendre en me taquinant mais rien n’y fit j’avais un blocage dans ma tête. Nous avons finalement fait l’amour sans préliminaires. Le mois qui suivi je ne vit pas mes menstrues, à l’hôpital on m’annonça que j’étais enceinte.

A la naissance

L’annonce de cette nouvelle rempli mon mari de joie, il se transformait à vue d’œil et reprenait goût à la vie. J’étais sûr de l’amour qu’il aurait pour ce petit être. J’ai finalement accouché d’un garçon qui étrangement ressemble comme deux gouttes d’eau à mon mari. Toute ma belle famille était heureuse, je venais ainsi de sauver l’honneur de mon mari.
Cinq ans après nous avons à nouveau fait appel au service de François qui nous a permit d’avoir une adorable fille.

La vie reprend son cours normal

Les années passaient et nos enfants grandissaient normalement.
Mon mari et moi n’avons jamais parlé d’eux en les liants à François, c’était nos enfants et nous les aimions de tous notre cœur. François non plus n’a plus jamais évoqué ce sujet, il était l’oncle de nos enfants pour tout le monde.
Aujourd’hui nos enfants sont des personnes respectables qui occupent de haut poste dans leur entreprise et nous en sommes bien fières.

La rédaction 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct