Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Gao, une ville toujours en quête de sécurité

Quatre ans après la visite historique de l’ex-président français, François Hollande, venu constater le départ des forces djihadistes qui l’occupaient, Gao, la principale ville du nord du Mali est toujours en proie à l’insécurité.

De l’aéroport au centre-ville, le visiteur ne peut se départir de ce sentiment. Ainsi en est-il quand à la descente de l’avion le transport se fait dans un bus blindé dépourvu de fenêtre. Direction : les bunkers  du vaste ‘’Camp Castor’’ où sont logés les contingents néerlandais et allemands de la MINUSMA, chargés de défendre Gao.

Sur place,  les premières consignes claquent comme un fouet : « restez impérativement dans les logements en cas d’attaque ou de signal de danger quelconquejusqu’à ce que la situation se normalise ».

Ils sont 1000 soldats allemands cantonnés à Gao où, à en croire leur commandant Johannes Derichs,  ils font principalement de la reconnaissance, c’est-à-dire du renseignement et des patrouilles en vue de prévenir tout danger.
Pour ce faire, ils procèdent de la sorte : 50% des effectifs restent dans le camp et l’autre partie est en dehors. Les soldats opérant hors du camp sont ainsi dispatchés : 25 pour cent rôde aux alentours pour faire la reconnaissance afin de protéger le camp et ses environs et 25 pour cent effectue de lointaines patrouilles en vue de sécuriser les localités dans le domaine de compétence de la force.

Aussi louable que soit ce dispositif, les habitants de Gao, ville située à quelques kilomètres de l’aéroport, sont loin de se sentir en sécurité. Trouvé dans son bureau sis non loin du marché « Washington », Ibrahim Touré, le président de l’antenne régionale de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM, la plus grande centrale du pays), est catégorique : «l’insécurité est le plus grand problème (à Gao) , une situation qui se traduit souvent par des enlèvements».

Très remonté contre la MINUSMA, il estime qu’elle « n’est pas très efficace » et qu’elle aurait mieux fait de s’en aller. En lieu et place, souligne Ibrahima Touré, il faudrait «une force  moinsimportance en termes de nombre de soldats et plus efficace sur le terrain ».

Plus alarmiste, Seydou Ibrahim Maiga, secrétaire général de Gao-Lama, une organisation de la société civile,  affirme qu’« Il y a maintenant plus d’insécurité qu’en 2012 pendant l’occupationdjihadiste du Nord et avant l’arrivée de la MINUSMA ».

Même son de cloche du côté des ‘’Patriotes’’, un regroupement de jeunes qui assurait, sous le nom des ‘’Patrouilleurs’’, la sécurité dans la ville pendant les neuf moisde l’occupation djihadiste.

Ils ont rendu leurs armes à feu en 2013 lorsque la ville de Gao a été reconquise par l’intervention militaire étrangère dirigée par la France. Depuis lors, ils  attendent en vain leur intégration dans le processus de paix à travers un cantonnement qui tarde à démarrer.

D’où cette menace à peine voilée de Moussa Boureima Yoro, le premier responsable des « Patriotes », : « si l’Etat et les forces internationale ne s’acquittent pas correctement de leur mission de ramener la paix, nous serons obligés de nous sécuriser nous-mêmes. On a encore des coupes-coupes, des machettes et autres bâtons.’’

Pour calmer les frustrations des uns et des autres, les forces maliennes, françaises de Barkhane et la MINUSMA ne cessent de réitérer leur engagement à tout mettre en œuvre pour sécuriser les populations qui ont vécu dans leur chair les rigueurs de la Charia,pendant l’occupation des djihadistes.

A ce propos, ils multiplient les signes de bonne volonté à l’endroit des populations et de leurs homologues soldats trouvés sur place. Ainsi, il y a peu, le commandant du contingent allemand a ordonné d’évacuer par hélicoptère vers un hôpital militaire français un soldat malien blessé lors d’un accrochage.

Pour être à la hauteur de la tâche de sécurisation qu’on attend de ses troupes, le commandant Johannes Derichs leur a interdit  l’usage de l’alcool à l’intérieur du camp.

« Il n’y a pas d’alcool ici dans le camp parce que qu’on a pensé que l’alcool n’est pas compatible avec le climat d’ici et les opérations que nous faisons », a-t-il clamé.

AD/od/cat/APA

SourceAPA

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct