Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Frappes Françaises au Mali: La France insoumise dénonce les «mensonges» de Parly et Le Drian

Des élus de La France insoumise appellent, le mercredi 31 mars dernier, les ministres Florence Parly des Armées et Jean-Yves Le Drian des Affaires Étrangères, «à se récuser» et dénoncent des «mensonges» du gouvernement à propos d’une frappe aérienne française au Mali, survenue en janvier.

Les députés LFI ont fustigé, le mercredi 31 mars dernier, les «mensonges» du gouvernement à propos des «victimes» d’une frappe aérienne française au Mali, en janvier 2021, appelant les ministres Florence Parly (Armées) et Jean-Yves Le Drian (Affaires Étrangères) «à se récuser».
Une enquête des Nations Unies a conclu que cette frappe aérienne française a tué dix-neuf (19) civils, réunis pour un mariage, début janvier près de Bounti, dans le centre du Mali. «L’enquête fait voler en éclat la thèse intenable » du gouvernement français «selon lequel aucune faute ou erreur n’aurait été commise», réagissent les Insoumis dans un communiqué.

«Les ministres qui ont menti doivent se récuser»
«Les ministres qui ont menti doivent se récuser», lance le groupe LFI à l’Assemblée.
«Une enquête est nécessaire pour déterminer si un dysfonctionnement est à l’origine de ces morts. Le groupe La France insoumise déposera une demande de commission d’enquête» parlementaire pour «rechercher les responsabilités», indique-t-il.
«Un plan de fin de mission au Mali doit être soumis au Parlement au plus vite», réclament encore les insoumis, qui avaient déjà demandé à plusieurs reprises un débat sur le retrait des troupes françaises déployées au Sahel.

Le Ministère des Armées a récusé toute bavure
Le Ministère des Armées a récusé, le mardi 30 mars dernier, toute bavure. Le ministère «maintient avec constance et réaffirme avec force» que «le 3 janvier, les forces armées françaises ont effectué une frappe aérienne ciblant un groupe armé terroriste identifié comme tel».
Il «émet de nombreuses réserves quant à la méthodologie retenue» dans l’enquête et «ne peut considérer que ce rapport apporte une quelconque preuve» contredisant sa version.
Le rapport publié, le mardi 30 mars dernier, par la Mission de l’Onu au Mali (MINUSMA) constitue la plus grave mise en cause d’une opération de la force anti-jihadiste Barkhane par les Nations unies depuis le début de l’engagement français au Sahel, en 2013.
Source: Ouest-France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct