Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

EN UN MOT: Course aux per diem

Le Débat national inclusif, ouvert samedi au Palais de la culture, est une rare occasion pour restaurer l’Etat du Mali en perdition. En tout cas, les Maliens de tous les bords, qu’ils soient participants ou pas, l’espèrent en leur âme et conscience.

 

Mais, après un tour au CICB, lieu des débats de cette rencontre d’espoir, on ne peut être que déçu, voire révolté par l’attitude de certains qui se disent patriotes sincères, mais dont la principale préoccupation, ici, tourne autour des per diem qu’ils glaneront à l’issue de la rencontre. Ils se battent donc comme de beaux diables pour être sur les listes de présence et peu leur importe les débats. Tout y passe : reproches, cris, invectives…

Des gens qui nous cassent les tympans avec leur attachement à la patrie, ignorent en réalité d’un pied hautain une chance de paix et se préoccupent de leurs minables intérêts pécuniaires. Pourquoi tant de mépris pour notre pays profond qui souffre du manque de tout ? Nos chasseurs de per diem ont-ils oublié le martyre de nos militaires sur les théâtres d’opération ? N’ont-ils plus de compassion pour les veuves et orphelins créés par le conflit ? Et le regard de l’étranger ? La réponse à ces questions est facilement déductible au vu de leur agissement.

“La jarre trouée contient l’eau qui donnera au pays le bonheur. Si tous les enfants venaient, par leurs doigts assemblés à en boucher les trous, le liquide ne coulerait pas et le pays serait sauvé”. Une citation du roi Ghezzo qui n’a pas l’heure d’intéresser ces fous de per diem.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct