Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dialogue national inclusif : faut-il croire à une sincère sortie de crise ?

Au Mali, la situation sécuritaire est toujours préoccupante, malgré la signature de l’Accord de paix issu du processus d’Alger en 2015. Pour mettre fin à la crise, le chef de l’Etat a organisé une conférence d’entente nationale en mars 2017.

Elle avait pour but de trouver un compromis à la problématique de l’Azawad, de dégager des éléments d’une solution permettant au Mali de transcender sa douloureuse épreuve, de promouvoir une véritable réconciliation nationale. Pour certains, cette conférence n’a pas répondu aux attentes des populations. Que restent-ils des conclusions de cette rencontre ? A-t-elle contribuée à la réconciliation nationale ?

Mais face à la situation de ni paix, ni guerre, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a opté pour un dialogue national inclusif. Mais encore les Maliens sont divisés sur la question.

L’opposition n’a pas accepté la main tendue du chef de l’Etat. Car pour elle, le Président de la République a montré à plusieurs reprises qu’il est difficile de lui faire confiance. Il en veut pour preuve, toutes les démarches menées par des personnalités et organisations nationales et internationales pour une sortie de crise. Vue cette crise de confiance entre les acteurs de la vie politique nationale de notre pays, l’on se demande si le dialogue politique est de nature à régler la crise que traverse le pays, pour aller à une vraie réconciliation nationale.

Pour faire bouger les lignes, il faudra d’abord arrêter le déni de la crise, parce qu’on sait que plusieurs acteurs font comme si le Mali n’était pas en crise et ensuite, ils font comme si nous sommes actuellement dans un pays normal. En plus l’absence de certains acteurs clés de la crise à ce dialogue national inclusif notamment les acteurs de l’opposition, dont le rôle actif dans la stabilité du Mali et dans l’approfondissement démocratique n’est plus à dénié, » pause le problème de la réconciliation entre les Maliens.  .

La crise politique est loin de s’apaiser au Mali. Et il est difficile de voir quels acteurs pourraient intercéder pour éteindre les « braises ». En tout cas, L’OIF, la CEDEAO, l’UEMOA, l’UA et ONU doivent revoir leur copie afin de réconcilier les deux parties. En effet pour l’instant, chaque camp, pouvoir et opposition, continue de camper sur ses positions. Une chose est sûre : le Mali doit être au-dessus de la mêlée. Désormais, c’est la voie du dialogue qui est privilégiée. Alors asseyons-nous et discutons !

Paul Y. N’GUESSAN

 

Source: Bamako News

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct