Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Coronavirus : plus de 100 000 cas aux États-Unis, Trump paraphe le plan de relance

La barre des 100 000 personnes recensées comme porteuses du Covid-19 a été franchie vendredi aux États-Unis, où le président Donald Trump a promulgué un plan de relance de 2 000 milliards de dollars.

 

Les États-Unis ont dépassé vendredi 27 mars la barre des 100 000 personnes infectées par le Covid-19, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Les États-Unis ont dépassé jeudi l’Italie et la Chine et sont devenus le pays à compter le plus de cas déclarés d’infection au nouveau coronavirus. Ils dénombraient vendredi déjà près de 15 000 cas de plus que l’Italie et 20 000 de plus que la Chine. Le nombre de morts reste toutefois moins important aux États-Unis que dans ces deux pays, avec un total de 1 544 décès liés au coronavirus.

Le taux de mortalité de la maladie aux États-Unis, basé sur le nombre de cas recensés, est de 1,5 %. Il est de 10,5 % en Italie. “Nous avons réalisé plus de tests que n’importe quel autre pays au monde et notre capacité continue à croître”, a affirmé le président américain Donald Trump vendredi lors d’une conférence de presse depuis la Maison Blanche.

L’épicentre de l’épidémie aux États-Unis est situé à New York, l’État ayant enregistré plus de 500 morts et près de la moitié de la totalité des cas américains, et où les hôpitaux débordent.

2 000 milliards de dollars

Pour faire face aux conséquences économiques de cette crise sanitaire, Donald Trump a signé vendredi le plan de soutien de 2 000 milliards de dollars (1 842 milliards d’euros). “Je viens de signer le CARES Act, le plan plus grand plan de soutien de l’histoire des États-Unis, deux fois plus important que n’importe quel autre plan de soutien jamais mis en œuvre”, a-il écrit sur Twitter. “À 2 200 milliards de dollars, ce texte va offrir l’aide dont ont urgemment besoin la familles, les travailleurs et les entreprises de notre nation.”

Munis de gel hydroalcoolique et siégeant à distance les uns des autres, les représentants avaient auparavant approuvé ce plan après plusieurs heures de débats.

Contrairement aux vœux formulés par l’élu républicain du Kentucky Thomas Massie, les représentants ont adopté le texte par une procédure simplifiée, les votants se bornant à exprimer leur choix à haute voix. Thomas Massie réclamait un vote formel et enregistré, ce qui aurait contraint de nombreux élus se trouvant dans leur circonscription à regagner la capitale fédérale.

Cette suggestion a valu à Thomas Massie de s’attirer les foudres du président Donald Trump. “Il veut juste se faire de la publicité”, a estimé le président sur Twitter, en réclamant son exclusion du parti républicain. Thomas Massie a annoncé après l’adoption du texte qu’il pourrait contester la validité du vote.

Avec AFP et Reuters

SourceFrance 24

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct