Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Bavure policière à Kayes: jusqu’où iront les manifestants ?

Une bavure policière, qui a coûté la vie à un adolescent, lundi soir aux environs de 21 heures, transforme Kayes, hier mardi, en champ de bataille. Si aucun bilan officiel des affrontements entre population déchaînée et Forces de l’ordre n’était encore disponible au moment où nous mettions sous presse, différentes sources faisaient état d’au moins 6 morts tombés sous les balles (réelles) des agents du maintien d’ordre.

Les faits n’ont rien d’extraordinaire dans un pays où l’incivisme est la règle : un adolescent qui se laissait aller à la ‘’mal vie’’, conduite consistant en inconduite sur la voie publique, est interpellé par un agent de Police. Qu’est-ce qui s’est passé pour que ce représentant de la loi sorte son arme et abatte ce jeune ? Seules les enquêtes nous le révéleront.
En attendant, la nouvelle de l’exécution du jeune homme a fait l’effet d’une traînée de poudre dans la ville de Kayes qui était déjà sur les dents depuis le couvre-feu qui s’est ajouté aux nombreuses promesses non tenues des autorités nationales. Cet incident s’est donc produit dans un contexte collectif explosif. Irrémédiablement, la ville de Kayes s’est trouvée hier sous très haute tension, avec des affrontements violents entre manifestants et forces de l’ordre qui auraient fait usage de balles réelles (pour le maintien d’ordre). Les sources locales font état de 6 morts et de plusieurs blessés dans les affrontements, de l’incendie du Commissariat du 2e Arrondissement de Police.
L’Association Kayes Pour Nous dénombrerait 9 morts.
Selon la Direction Régionale de la Police (DRP) de Kayes, le bilan des affrontements était de 3 morts et, 4 blessés, dont 1 cas grave.
De façon générale, il est question d’une dizaine de morts et de nombreux manifestants blessés.
Selon les mêmes sources, les manifestants ont interdit l’accès au pont et décrété Kayes ville sans marché. C’est donc toute la population qui était mobilisée pour dénoncer cette bavure policière que rien a priori ne pouvait justifier.
Face à l’ampleur du mouvement de révolte de la population, apprend-on, le Directeur régional de la Police a lancé un message radiodiffusé au calme, tout en donnant l’assurance que l’agent de Police incriminé sera radié des effectifs de la Police et mis à la disposition de la justice pour répondre de ses actes. Ce qui n’a pas conduit à une décrue du mouvement de protestation. Que veulent alors les manifestants ?
De son côté, le Syndicat autonome de la police (SAP) exige une sanction exemplaire contre l’agent à l’origine du drame qui met tout une ville en ébullition : ‘’nous SAP venons par le présent communiqué tout d’abord prier pour le repos éternel de l’âme de l’illustre disparu ensuite présenter nos condoléances à sa famille, à la population de Kayes et au peuple du Mali tout entier et enfin exiger des plus hautes autorités de la police de prendre toutes les dispositions idoines pour radier des effectifs de la police l’auteur de cet acte odieux qui n’honore points nos forces de sécurité et le mettre à la disposition de la justice pour fins utiles’’.
Pendant que le Directeur régional de la Police se démène comme un diable dans le bénitier, l’on sent peu ou prou la mobilisation des autorités politiques, administratives et coutumières qui sont pourtant chacun, autant qu’ils sont, responsables de l’ordre et de la discipline dans cette cité en proie à des cirses répétitives.

PAR BERTIN DAKOUO

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct