Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Azalaï Kayes-Kidal pour la paix et la réconciliation : L’ETAPE MOPTICIENNE DE LA CARAVANE

La caravane « Azalaï Kayes-Kidal pour la paix et la réconciliation » est initiée par le ministère de la Réconciliation nationale pour partager avec le plus grand nombre de nos compatriotes, le contenu de l’accord issu du processus de négociation d’Alger.

Zahabi Ould Sidi Mohamed ministre Réconciliation nationale caravane azalai kayes kidal
Lancée le 4 juin à Kayes, la caravane a entrepris de sillonner l’ensemble des régions de notre pays. Elle a bouclé, lundi, sa 4è étape dans la Venise malienne. En 5è Région, la caravane a visité les villes de Mopti et de Djenné. Dans ces localités, elle n’a pas mobilisé autant de monde que dans la région de Sikasso où la jeunesse s’était fortement intéressée aux messages de paix et de réconciliation apportés par les caravaniers.
La jeunesse de Mopti a quand même marqué sa présence lors du public-show et même de la conférence des cadres. Le public-show a eu lieu en soirée sur un grand terrain de football en face de la Maison de l’Alliance franco-malienne. Outre la prestation d’artistes comme Alou Sam et Leila Goby, des T-shirts et drapeaux ont été distribués au public. Côté message de sensibilisation, les membres de la caravane se sont efforcés de faire comprendre aux Mopticiens la nécessité de soutenir cet accord de paix qui est l’unique voie de sortie de la crise qui déchire notre pays depuis 2012.
La conférence des cadres a regroupé essentiellement les acteurs de la société civile (dirigeants d’associations de jeunes et de femmes, leaders religieux et coutumiers, presse locale) et les agents des services techniques de l’Etat. Elle était présidée par le gouverneur de la région de Mopti, Kama Kané, qui avait à ses côtés le maire de Mopti, Oumar Bathily, et le président de la caravane, Ousmane Ag Rhissa.
Dans son allocution de bienvenue, Oumar Bathily a tenu à saluer le Haut conseil islamique pour son combat afin que le Mali tourne cette page sombre de son histoire, que les Maliens puissent aller à la réconciliation des cœurs et des esprits. Il a ensuite remercié les caravaniers ainsi que le ministre de la Réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mohamed, pour cette initiative visant à partager le contenu de l’accord pour la paix et la réconciliation avec les habitants de Mopti. Pour l’édile de la Venise malienne, si ces populations dans leur grande majorité ne s’approprient pas cet accord, il risque d’être « plus laborieux et plus difficile à mettre en œuvre ». Oumar Bathily a, par conséquent, souhaité que les participants de la conférence soient des relais vers ceux qui n’ont pas eu la chance d’être présents à la conférence.
Le gouverneur de la région de Mopti a, lui, déploré la sécurité précaire dans laquelle vivent les populations. « La psychose est toujours là. Les populations de Ténenkou, de Youwarou, de Douentza, entre autres villes et villages, ont vécu dans leur chair cette crise que nous continuons de traverser. Mais nous avons bon espoir que la paix durable est toujours possible avec cet accord. Nous nous réjouissons donc de l’arrivée de la caravane dans notre région », a déclaré le chef de l’exécutif régional Kama Kané.
Pour sa part, le président du conseil local des jeunes de Koro, Youssouf Aya, a annoncé qu’il apportait le soutien et l’adhésion de la jeunesse de sa localité à l’accord. Il a suggéré la tenue de sessions de formation à l’intention des élus, des leaders de jeunes et de femmes sur la gestion des collectivités et la bonne gouvernance dans le cadre de la mise en œuvre de cet accord.
Avant de faire des prières pour le Mali, l’imam Abdallah Maïga a invité toutes les parties à respecter leurs engagements car c’est cela, dira-t-il, qui garantit la bonne réussite de la mise en œuvre de l’accord et partant l’essor du pays.
Après la région de Mopti, la caravane « Azalaï Kayes-Kidal pour la paix et la réconciliation » visite Ségou où elle boucle la dernière étape de la première phase de sa tournée. La seconde phase doit débuter après le mois de Ramadan et concerne les régions de Tombouctou, Gao et Kidal.
Envoyés spéciaux
A. A MAIGA
N. SAMAKE

source : L Essor

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct