Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

A l’initiative du haut conseil islamique Une grande prière collective pour la paix et la réconciliation a eu lieu à la grande mosquée de Bamako

Une prière collective a été organisée, vendredi dernier, à la grande mosquée de Bamako pour le retour de la paix et de la réconciliation dans notre pays. L’évènement a réuni, en plus du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, les membres du gouvernement, le président du Haut conseil islamique, Chérif Ousmane Madani Haidara, certains responsables des groupes armés signataires de l’accord pour la paix. Ce moment de très forte spiritualité a été mise à profit pour prier et implorer la grâce de Dieu sur notre pays empêtré dans une crise sécuritaire depuis 2012.

 

Après la prière dirigée par l’imam de la grande mosquée Kokè Kalé, Maitre, Harouna Toureh, qui dit présenter la CMA et la Plateforme, deux principaux mouvements signataires de l’accord pour la paix, a indiqué que  » le plus important, c’est de se pardonner entre nous croyants « . « Nous demandons pardon à ce peuple qui a tant souffert depuis 2012. Je demande pardon au peuple au nom de tous les groupes signataires  » a-t-il ajouté.

Aussi faut-il préciser que cette sortie de Maitre Harouna Toureh représentant les groupes signataires, a été plus tard démentie par ces derniers dans un communiqué. Bien que saluant la démarche du Haut conseil islamique, ils ont déclaré «n’avoir pas mandaté Me Toureh».

Le président du Haut conseil islamique s’est félicité de la mobilisation des fidèles pour cette prière collective dédiée à la paix et à la cohésion sociale.  » Que Dieu le Tout-Puissant protège et préserve le Mali. J’exhorte l’ensemble des fils de ce pays, au-delà de nos divergences, de se retrouver et d’œuvrer pour l’unité nationale. Il y va de l’intérêt de nous tous » a-t-il lancé. Saluant cette initiative de retrouvailles des religieux, le président de la République d’épiloguer :  » C’est ça le Mali. Ce Mali qui n’est ni l’adversité, ni la haine. Entre frères du même pays, c’est la seule règle qui doit prévaloir. Tu m’as causé du tort, je te pardonne. Dieu qui nous a créé pardonne, pourquoi nous, êtres humains, nous ne nous pardonnons pas ».

A.DIARRA

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct