Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

19E concrès du PCC: les grandes orientations

L’Ambassadeur de Chine au Mali, LU Huiying, a offert, hier mardi, à l’ambassade, une réception à l’intention de certains organes de la presse nationale. Une occasion pour Mme LU et ses proches collaborateurs de présenter les principales recommandations du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), un aperçu sur la coopération Sino-malienne dans les domaines économique, commercial, et militaire ; et la politique de visa de la Chine pour le Mali.

huiying lu ambassadeur chine offre moto presse ligne bamada

Après avoir rappelé le contexte de la présente rencontre, à savoir appuyer la presse malienne dans son travail d’information et de sensibilisation de tous les jours, Mme l’Ambassadeur s’est focalisée sur les principales recommandations du 19e Congrès national du Parti communiste chinois, tenu du 18 au 24 octobre 2017 à Beijing.
Selon la diplomate chinoise, le Congrès a planifié et élaboré la feuille de route et la chronique pour la construction d’un grand pays socialiste ‘’beau, moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé au milieu du siècle’’.
Aussi, a-t-elle souligné, le Congrès qui a fondé la stratégie fondamentale caractérisée par la persistance et le développement du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, a fixé l’objectif et les demandes pour la diplomatie de ‘’grand pays à la chinoise de la nouvelle ère’’.
Par ailleurs, a fait savoir l’Ambassadeur, au bout d’environs 40 ans de développement, la Chine a atteint essentiellement son objectif de l’édification intégrale de sa société de moyenne aisance.
‘’Nous allons poursuivre nos efforts pour accomplir complètement notre tâche en 2020. Sur cette base, le 19e Congrès a envisagé un avenir pour 30 ans. Nous divisons en deux phases cette période de 30 ans : la première phase va de 2020 à 2035, la modernisation sociale sera réalisée pour l’essentiel. La deuxième phase va de 2035 au milieu du siècle, notre pays se transformera en un grand pays’’, a soutenu la diplomate.
Dans un autre registre, Mme l’Ambassadeur a magnifié la qualité de la coopération Sino-africaine, et en particulier avec le Mali.
A sa suite, le conseiller chargé des Affaires économiques et commerciales a fait la genèse et un bref aperçu de la coopération entre la Chine et le Mali dans ces deux domaines.
Remontant au lendemain des Indépendances, la coopération Sino-malienne a connu un développement rapide après la visite de l’ancien Premier ministre chinois ZHOU Enlai. Ainsi, dans les années 1960-70, en dépit d’énormes difficultés, la Chine a réalisé un grand nombre de projets industriels sous forme de dons au Mali, tels que l’Usine d’allumettes, la Tannerie, l’UMPP, la COMATEX, le SUKALA et l’Usine de thé de Farako.
Aujourd’hui, à Ségou, à Sikasso, ou à Bamako, ces projets subsistent encore malgré les vicissitudes de l’histoire, s’est-il réjoui.
Après l’application de la politique de réforme et d’ouverture sur l’extérieur depuis fin 1978, la Chine a entrepris successivement la réalisation de grands projets d’aide au Mali dans le domaine d’infrastructures, comme le CICB, le Stade du 26 Mars, l’Hôpital du Mali, le 3e Pont de Bamako et la première phase de la Cité universitaire de Kabala.
Selon les statistiques chinoises, la Chine a accompli 103 projets d’aide au Mali, dont 70 projets clés à la main ; 28 projets de coopération technique et 5 projets financés par des prêts concessionnels chinois.
Au milieu des années 1990, notre pays a bénéficié des prêts concessionnels à travers le financement de l’Autoroute Bamako-Ségou (1ère phase), la Centrale hydroélectrique de Gouina et le Réseau national de large bande.
Dans ce domaine précis, révèlent les statistiques chinoises, l’Eximbank de Chien a octroyé 4,3 milliards de Yuans RMB (soit 450 milliards FCFA) aux projets de coopération sino-maliens.
Par ailleurs, indique-t-on, chaque année, ce sont 300 Maliens de divers secteurs qui sont admis pour bénéficier des formations portant sur la gouvernance publique, le commerce, l’Agriculture, et l’éducation.
Selon les statistiques chinoises, jusqu’en septembre 2017, 2 536 Maliens ont participé aux différentes formations en Chine.
Sur le plan des échanges commerciaux, l’envergure s’est agrandie de façon considérable. Pour preuve, le volume d’import-export entre la Chine et le Mali, en 2016, est de 465 millions de Dollars US, avec une croissance de 27,67% par rapport à l’année précédente.
Quant à l’investissement direct chinois non financier au Mali, il s’élève jusqu’en fin 2016, à 340 millions de Dollars US, créant plus de 10 000 emplois. Ce qui fait d’elle le 7e pays investisseur étranger dans notre pays.
Sur le plan militaire, à la demande de la partie malienne, la Chine envoie chaque année au Mali un groupe d’experts militaires chinois de la communication pour aider notre armée à construire les infrastructures et la formation sur l’entretien des équipements. Cette année, la Chine a livré 2 avions de transport de type Y12 à l’Armée de l’air pour renforcer la capacité du Mali en matière de l’aéronef militaire.
Par ailleurs, en 2013, la Chine a envoyé dans le cadre de la MINUSMA un contingent de 395 Casques bleus qui a fini son déploiement en Janvier 2014 à Gao.
‘’C’est la première fois que l’armée chinoise envoie une unité sécuritaire pour participer aux missions de maintien de la paix de l’ONU’’, dira le 1er conseiller à l’Ambassade chinoise au Mali.

Par Bertin DAKOUO Et Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct