Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Une présidentielle résiliente aux cybers attaques

Comme en 2016, le risque de cyberattaques a plané sur la présidentielle américaine. Mais selon les spécialistes de la sécurité de l’élection, elles ne sont pas à craindre.

Le 10 septembre dernier, le géant américain Microsoft a signalé une augmentation des cyberattaques en provenance de la Russie, de Chine et de l’Iran, visant ses clients y compris des groupes politiques et les équipes de campagne de Trump et Biden. Dans un article de blog, la firme américaine a détaillé les manœuvres de grands groupes de piratage étrangers pour cibler les campagnes, les organisations politiques, les individus et les groupes de pression.

Bien que les cibles ne soient pas des fonctionnaires électoraux, Microsoft a averti que les attaques concernent l’ensemble de l’écosystème et a clairement indiqué que les pirates ont intensifié les efforts pour cibler les élections présidentielles.

Et bien que les cibles de ces attaques ne soient pas des fonctionnaires électoraux, Microsoft a averti que les attaques concernaient l’ensemble de l’écosystème et a clairement indiqué que les groupes d’activités étrangers intensifiaient leurs efforts pour cibler les élections de 2020.

Cependant, des garanties ont été mises en place pour protéger les votes contre les cyber-attaques et les problèmes techniques qui pourraient survenir lors de l’élection. L’une de ces mesures a été la mise à disposition de relevé de papier dans presque tous les bureaux de vote. Le directeur de la division cyber du département du Homeland Sécurity, a récemment estimé que 92% des électeurs voteraient sur des bulletins de vote papier qui peuvent être vérifiés. Et même dans les juridictions qui utilisent des machines sans papier, une demande accrue de courrier dans le vote en partie à cause du coronavirus, conduira probablement à plus de vote par bulletin papier, explique David Levine, boursier pour l’Alliance for Securing democracy.

Autre indice, les électeurs des Etats clés n’utilisent pas de machines à vote sans papier. Les Etats pivots, ceux qui sont susceptibles de faire basculer l’élection votent avec un bulletin papier. Aussi, d’un Etat à un autre l’organisation du scrutin varie, laissant peu de chance à une menace de cyber-attaque de grange envergure.

Malgré toutes ces précautions et bien que les résultats officiels n’aient pas encore été dévoilés, le président sortant Donald Trump a martelé hier, dans une allocution controversée à la télévision, qu’il est victime de fraude électorale et qu’il saisira la justice.

Aly Bocoum

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct