Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Terrorisme au Mali: Les guerres fratricides des groupes djihadistes

Pour beaucoup de diplomates et d’experts, la Mauritanie qui prend ce mardi la présidence tournante du G5 Sahel reste le bon élève de la lutte anti terroriste au Sahel. Une enquête de nos confrères de l’AFP.

À des kilomètres de la première ville, au fond de la seule tente d’un campement en plein désert de Mauritanie, trône une radio VHF. Qu’un étranger passe par ici, et les habitants actionnent l’appareil pour prévenir les autorités.

C’est un modeste mais efficace maillon du dispositif sécuritaire qui, mêlé à un travail sur les esprits, préserve la Mauritanie de la menace jihadiste alors que celle-ci ne cesse de s’étendre chez ses voisins sahéliens.

Tandis que le Mali frontalier compte ses morts à intervalles réguliers, la Mauritanie, quatre millions d’habitants, n’a pas connu d’attaque sur son sol, depuis 2011.

2005, la Mauritanie exposée

«Il faut remonter aux années 2005 pour comprendre», explique un diplomate occidental. L’expansion de groupes islamistes en Algérie, voisin du nord, touche alors de plein fouet la Mauritanie, théâtre de plusieurs attentats.

En 2008, l’ancien chef de la sécurité présidentielle, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, prend le pouvoir par la force. Un an plus tard, il est élu président.

Les partenaires occidentaux sont circonspects, mais pragmatiques: en raison du nombre substantiel de Mauritaniens dans les groupes jihadistes naissants dans le nord du Mali, «la France a très vite compris que la menace jihadiste pouvait s’étendre à la Mauritanie», selon un ancien coopérant français, tenu comme d’autres sources à cacher son identité.

Paris, et Washington dans une moindre mesure, envoient des formateurs encadrer les unités antiterroristes et renforcer le renseignement mauritanien.

Les autorités mauritaniennes investissent sur la formation et travaillent à fidéliser les soldats: budgets gonflés, nouveaux équipements, salaires versés à la banque, accompagnement social des militaires.

La bataille des idées

Aujourd’hui, des dizaines de checkpoints jalonnent chaque axe routier. Une immense région jouxtant le Mali a été classée «zone militaire», où les civils n’ont pas le droit de circuler. «Toute voiture qui y circulerait serait repérée et contrôlée. Cette mesure a permis le repérage de bandes armées de trafiquants de cannabis qui ont subi des bombardements de l’armée de l’air par le passé», souligne Hassane Koné, chercheur à l’Institut d’études de sécurité à Dakar.

Au même moment, Nouakchott engage la bataille des esprits. Un dialogue est organisé, en 2010, entre les principaux oulémas et environ soixante-dix (70) jihadistes en prison. Les leaders religieux en convainquent une cinquantaine de se repentir. Parmi eux, certains sont envoyés à la télévision, dans les mosquées, pour prêcher auprès des jeunes que le jihad n’est pas la bonne voie.

Plus de 500 imams sont recrutés, et les jeunes sortis des mahadras (écoles traditionnelles islamiques) se voient offrir une formation professionnelle.

«Nous avons vu à cette époque une forte baisse des recrutements jihadistes», explique M. Koné, par ailleurs ancien directeur des renseignements de la gendarmerie mauritanienne. «Les gens sont moins sensibles aux idées radicales, les populations collaborent plus avec l’État», continue-t-il.

L’actuel président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, ancien chef d’État-major et ex-bras droit du président Aziz, louait en janvier cette «ouverture spirituelle» fondée sur «l’ancrage des valeurs de tolérance et d’acceptation de l’autre pour déstructurer et détruire les fondements religieux de l’action des terroristes».

Au travail idéologique et sécuritaire s’est greffée la création de villes ex nihilo, synonymes d’activité économique et de services de proximité, quand les groupes jihadistes prospèrent dans d’autres pays sur l’absence de l’État. Ainsi sont nées en plein désert Nbeiket Lahwach, Termessa, Bouratt et Cham.

Un pacte secret?

«Il s’agit d’occuper le terrain, de dire aux populations nomades qui n’avaient pas de sentiment d’appartenance étatique: ‘‘Votre pays s’occupe de vous, vous protège, vous soigne, éduque vos enfants’’», analyse Isselmou Ould Salihi, journaliste mauritanien spécialiste des questions jihadistes.

L’immunité mauritanienne aux attaques ainsi que des déclarations américaines ont nourri les interrogations sur l’existence d’un pacte de non-agression secret entre Nouakchott et jihadistes.

Les États-Unis ont affirmé avoir trouvé, en 2011, dans la cache pakistanaise où a été tué l’ancien leader d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), Oussama Ben Laden, des documents faisant état d’une tentative de rapprochement entre le groupe et Nouakchott, en 2010.

«Rien n’a jamais permis de corroborer ces rumeurs, elles sont fausses», oppose une source proche du pouvoir.

Le diplomate occidental interrogé par l’AFP abonde: «Pas de deal mais des relations tribales évidentes et historiques entre habitants du Nord du Mali et de la Mauritanie».

La Mauritanie prend cette semaine la présidence tournante du G5 Sahel coordonnant la coopération de cinq pays de la sous-région sur la sécurité et le développement. «La Mauritanie est un acteur qui a pu venir à bout du terrorisme, en 2011. Nous attendons beaucoup de leur présidence», explique une source française.

Source: Mondafrique

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct