Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Table-ronde sur l’OUGE et la validation de l’avant-projet des TDR des ANR : Les points saillants des résolutions et recommandations

Les travaux de la Table-ronde sur la création de l’organe unique de gestion des élections (OUGE) et la validation de l’avant-projet des TDR des Assises nationales de la refondation (ANR) ont pris fin ce dimanche 26 septembre 2021. L’objectif était de consolider la crédibilité et l’efficacité du système électoral au Mali ainsi que la préparation des ANR.

Dans son allocution le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga a, tout d’abord remercié l’ensemble du peuple Malien pour leur engagement et sa détermination pour la Refondation de l’État à travers le dialogue, l’inclusion et la force des arguments, guidés par l’intérêt supérieur de notre Nation. « Nous prenons ici l’engagement de poursuivre notre action soutenue de recherche du consensus national, d’aller à toutes les Forces vives, les partis et regroupements politiques, les organisations de la sociétés civiles et notabilités de toutes obédiences, les syndicats et corporations socioprofessionnelles, les groupements impliqués dans l’Accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger… », a-t-il rassuré.

Par ailleurs, le ministre Maïga souligne que l’État demeurera le garant de la bonne tenue des élections, « puisqu’il y va de la stabilité de l’État et des Institutions que d’œuvrer à la réussite du processus électoral, ainsi que d’ailleurs l’accompagnement des organismes d’observation et d’expertise électorale au Mali ».

En se référant sur les réformes constitutionnelles, le ministre Ikassa Maïga a souligné qu’il conviendra de s’interroger sur l’Institution « Président de la République » telle que conçue dans l’actuelle Constitution et mise en pratique depuis près de trente (30) ans. « Est-ce cela qui nous convient réellement : un Président de la République qui concentre tous les pouvoirs et prérogatives régaliennes, décide presque de tout et tout peut se faire en son nom et sous son couvert, mais qui en définitive n’est responsable de rien et devant personne », s’interroge-t-il. Il poursuit en indiquant par ailleurs, que les Assises seront l’occasion d’imprégner nos institutions constitutionnelles de nos valeurs et principes de vie de nos sociétés.

A cet effet, pendant trois jours au moins 750 personnes venus des institutions de la République, de l’Administration publique, des universités, des partis et regroupements politiques, des organisations de la société civile, des centrales syndicales, des confessions religieuses, du secteur privé ainsi que la diaspora ont pris part à la table-ronde sur la création d’un organe unique de gestion des élections et la validation de l’avant-projet des TDR des Assises nationales de la refondation. En effet, le débat était très houleux pendant ces 72 heures d’échanges sur la refondation du nouveau Mali.

Les recommandations

Cette table-ronde s’est déroulée en deux parties, notamment les travaux des groupes ainsi que le débat de la séance plénière. Aux termes des travaux une conclusion et des recommandations ont été formulées par les participants. Ainsi, il ressort de la résolution de synthèse des discussions sur la création de l’organe unique de gestion des élections et la validation de l’avant-projet des TDR des Assises nationales de la refondation lue par le rapporteur général et son assistant de la création de l’OUGE.

Par ailleurs, en ce qui concerne la dénomination du nouvel organe, il a été retenu « Autorité indépendante de gestion des élections – AIGE ». En effet, les participants ont demandé la prise en compte de cette décision lors de la prochaine révision constitutionnelle dont la tenue est recommandée avant la fin de la transition politique. En ce qui concerne les membres de la nouvelle structure organisatrice des élections, ils doivent être au nombre de 9 qui seront désigner à la suite d’un appel à candidature. Ils éliront par la suite, le Président de l’organe puis prêteront serment conformément à leur croyance. La durée établie est de 7 ans non-renouvelable. Quant au mode des élections législatives, il a été retenu, un scrutin proportionnel. En outre, en cas de vacance de siège à l’Assemblée nationale chaque candidat aura un suppléant comme tel sur la liste qui le remplacera.

Les Assises nationales de la refondation

En ce qui concerne la validation de l’avant-projet des Assises nationales de la refondation, il est ressorti de cette table-ronde de poser les bases de la refondation du Mali. Par ailleurs, il est demandé aux assises de faire la synthèse des conclusions des différentes rencontres, notamment les concertations nationales, le dialogue national inclusif – DNI afin d’obtenir la compréhension et de partager les enjeux et les défis de la refondation du Mali pour prendre en compte les recommandations de toutes les entités du pays, y compris celles de la Diaspora. Il est également demandé de prendre en compte, toutes les recommandations aideront l’État du Mali à se refonder en impliquant l’ensemble du peuple Malien.

Ibrahim Djitteye

Source: LE PAYS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct