Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sogoniko : Quand les populations contribuent à l’insalubrité

L’insalubrité envahit le quartier de Sogoniko en cette veille de l’hivernage. Certains habitants pointent du doigt le comportement des habitants qui sont aussi responsables de cette situation. D’autres appellent la mairie de la Commune VI à agir afin d’éviter le pire.

 

Situé en Commune VI du district de Bamako, Sogoniko demeure toujours un quartier insalubre avec des ordures partout. Les vendeurs d’aliments, faisant fi des caniveaux et des mauvaises conditions d’hygiène, s’installent partout.

En longueur de journée, il n’est pas rare de voir des conducteurs de taxis, bus et même des particuliers dans de grosses voitures jeter des peaux de bananes, d’oranges et des aliments dans la rue et sur la chaussée.

Quant à ceux qui se soulagent dans les rues, ils vous diront que c’est parce qu’il n’y a pas de toilettes publiques. Même si d’une part, ils n’ont pas tort, ce n’est pas une excuse non plus. Des pratiques qui peuvent entraîner de lourdes conséquences sur la santé des habitants en ces temps d’émergence des maladies virales telles que les hépatites, la fièvre typhoïde ou encore le paludisme.

Cette insalubrité est due en grande partie à une indiscipline, selon Sékou Traoré, stagiaire comptable à Sogoniko. « Les gens utilisent les rues et les fossés comme poubelles. Les agents de la mairie aussi ne sont pas réguliers dans le ramassage des ordures », analyse M. Traoré.

Pour Amadou Cheick, retraité, l’insalubrité à Sogoniko est un problème épineux. L’ancien banquier pense que c’est la mairie qui doit normalement s’occuper de ce problème. Cependant les gens doivent être également sensibilisés par rapport au bien-être de tous, dit-il. « Difficile d’aller voir nos rivières qui sont dans une situation de désolation totale. Comment peut- on se servir de nos canalisations comme des dépotoirs? Cela ne peut vraiment pas continuer. Il est temps qu’on ouvre les yeux », propose-t-il.

Badiallo Keita est femme au foyer. La mère de famille est convaincue que la charité bien ordonnée commence par soi- même. « Il faut vraiment que les gens entretiennent leur maison ainsi que leur quartier pour nous éviter des manques d’assainissement ainsi que les différentes maladies causées par l’insalubrité », explique-t-elle.

Pour Fana Coulibaly, sage-femme à Sogoniko, le cas de leur quartier est vraiment exagéré par rapport à d’autres. «  Les caniveaux sont tous remplis. C’est difficile de passer quand il pleut. L’odeur est vraiment dérangeante pour nous les habitants », se plaint-elle. En cette veille d’hivernage, elle appelle les agents du service d’hygiène et d’assainissement de la mairie de la Commune VI à agir vite.

Pour Sékou Traoré habitant de la Commune VI, il faut aussi beaucoup de sensibilisation pour que les gens utilisent les poubelles au lieu de mettre les ordures partout dans la rue.

 

Adam Traoré

(stagiaire)

Source : Mali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct