Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Scandale Financier autour de l’achat de l’avion présidentiel: À quel dessein SBM internationalise-t-il l’Affaire?

Visiblement impatient de retrouver la liberté,Soumeylou Boubèye Maïga, placé en détention provisoire depuis le 26 août 2021, avait demandé la clémence des juges de la Cour suprême et espérait obtenir une liberté provisoire avant le jugement au fond de l’affaire dite « achat de l’achat de l’avion présidentiel » dans laquelle de forts soupçons pèsent sur lui. Après analyse de sa demande, il se trouve que ses avocats chargés de sa défense n’ont pas réussi à convaincre les juges de la Cour suprême qui décident de le maintenir dans les liens de la détention.

   

Mécontents du refus des juges d’accorder leur clémence à leur client, ses avocats ont décidé de porter l’affaire devant la Haute Cour de Justice de la CEDEAO. Mais, cette fois-ci, pas pour demander à l’instance judiciaire de la Cedeao de constater la détention arbitraire de Soumeylou Boubèye Maïga (SBM), la violation par la République du Mali du droit de l’ex-Premier ministre. Ils s’attendent, par conséquent, à voir la Cour de justice de la Cedeaoordonner la libération immédiate de SBM jusqu’à ce qu’il ait droit à un privilège de juridiction, conformément à la loi et aux procédures pénales en vigueur au Mali.

À travers leur décision d’internationaliser cette affaire, SBM et ses avocats espéraient sans doute mettre davantage de pression sur les juges maliens dans une affaire judiciaire toujours en phase d’instruction. Qu’espéraient-ils ? Était-ce une tactique pour étouffer l’enfant dans le ventre de sa mère ? SBM serait-il lui aussi dans la dynamique de prendre les jambes au cou une fois sa liberté retrouvée comme l’a fait récemment Tiéman Hubert Coulibaly ?

En tout cas, ce dossier s’internationalise au moment où les citoyens et militaires maliens, principalement victimes du banditisme financier qui entoure cette affaire, sont assoiffés de connaître l’identité de ceux-là qui en sont les auteurs.

Pour rappel, les avocats du pensionnaire VIP de la prison centrale ont demandé sa mise en liberté par requête en date des 7 et 8 septembre 2021, formulée par Me Abouba Aly Maïga et le collectif des conseils constitué pour défendre la cause de Soumeylou Boubèye Maïga.

Sans doute, la réponse de la Chambre criminelle de la Cour suprême a été « Non ». Elle a rejeté la demande des avocats par ordonnance de refus de mise en liberté, en date du 15 septembre 2021 qui a été notifié aux conseils de l’inculpé.

La seule voie de recours étant donc la Cour de justice de la Cedeao, ses avocats n’ont pas hésité. Ils entendaient faire condamner l’État malien dans cette affaire pour violation des droits de l’homme parce que, argumentent les requérants, l’inculpation et le mandat de dépôt décerné par la Cour suprême du Mali contre SBM ne sont pas conformes aux articles 95 de la constitution du 25 février 1992, les articles 15 de la loi sur la Haute Cour de Justice du Mali et  613 du code de procédure pénale du Mali.

Cette décision des avocats de l’ancien Premier ministre d’IBK intervient après l’échec de la pression à travers les manifestations de son parti Asma.

Zeïd KEÏTA   LE COMBAT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct