Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sahel: Les djihadistes gagnent de plus en plus de terrain

L’avancée imparable du djihadisme au Sahel depuis une décennie n’a pas seulement causé des milliers de morts, trois millions de déplacés et une grave crise humanitaire. Elle érode également les gouvernements de la région et génère une énorme instabilité politique et sociale : les coups d’État au Mali ou la chute récente du gouvernement du Burkina Faso sont une conséquence de la crise sécuritaire qui s’exprime également dans des manifestations spontanées contre les autorités. Profitant de ces faiblesses, la stratégie des radicaux est de gagner de plus en plus de terrain et d’avancer vers les régions du nord des pays du golfe de Guinée comme la Côte d’Ivoire, où les attentats ne sont plus une nouveauté, ou du Bénin et du Togo, qui ont souffert. de graves raids au cours du dernier mois.

Dimanche 14 novembre. A l’aube, des dizaines de djihadistes à motos et camions pick-up Ils font une descente au poste de gendarmerie d’Inata, dans le nord reculé du Burkina Faso, et tuent 53 policiers. Des rapports ultérieurs révèlent que les agents manquaient de tout, y compris de la nourriture. Après des semaines d’attaques constantes et un demi-millier d’agents tués en six ans, Inata est la goutte d’eau. Des milliers de Burkinabés ont manifesté dans les principales villes pour dénoncer l’inaction des autorités dépassées par la menace terroriste et, sur fond de rumeurs d’épuisement des forces armées et même de coup d’État, le président Roch Marc Cristian Kaboré a limogé l’ensemble du gouvernement pour tenter de sauver son propre tête.

La propagation de l’activité djihadiste menace non seulement la démocratie, mais l’existence même de l’État au Burkina Faso, prévient Gilles Yabi, directeur du centre d’analyse Wathi. « Cela s’est déjà produit au Mali depuis 2012, où la dégradation de la sécurité et l’incapacité de répondre ont ouvert la porte aux coups d’État. Ce scénario doit être évité par tous les moyens au Burkina Faso », assure-t-il.

En mars 2012, des militaires maliens, furieux du manque d’armes et de munitions pour faire face à l’insurrection radicale qui commençait à éclater dans le nord du pays, se sont soulevés contre le président de l’époque Amadou Toumani Touré. Huit ans plus tard, en août 2020, un groupe de colonels las de voir leurs soldats mourir dans le nord et le centre du pays a sauté dans le train du mécontentement populaire pour réaliser un nouveau coup d’État qui a renversé Ibrahim Boubacar Keita.

« La déstabilisation des gouvernements du Sahel est une conséquence palpable de l’activité des groupes armés », explique Ornella Moderan, chercheuse à l’Institut d’études de sécurité (ISS). « Au Burkina Faso, on assiste à une lutte entre le Groupement de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM) et l’État islamique du Grand Sahara (EIGS) pour contrôler une partie du territoire burkinabè, qui sert en même temps de couloir. vers les pays côtiers ». Ces deux groupes terroristes, soutenus par les katibas Local (groupes de combattants) sont principalement responsables des attaques et attentats constants dans toute la région. Le dernier, jeudi dernier dans le nord du Burkina Faso, a fait 41 morts.

« Les terroristes profitent de l’instabilité », reconnaît le chercheur Bakary Sambe, directeur de l’Institut de Tombouctou. « Derrière l’incroyable quantité d’attentats que subit le Burkina Faso, il y a une stratégie des groupes djihadistes pour affaiblir la présence de l’État pour poursuivre son expansion vers les pays du golfe de Guinée », ajoute-t-il. Avec une grande partie du Mali et du Burkina Faso déjà hors du contrôle de l’État, ce progrès est une réalité. Le 9 novembre, un poste militaire au Togo a subi un attentat terroriste, le premier de son histoire, et début décembre deux bases de l’armée béninoise ont subi le même sort. Les escarmouches sont courantes dans le nord de la Côte d’Ivoire. Dans tous les cas, les assaillants venaient du Burkina Faso voisin.

« Les pays du golfe de Guinée ont eu le temps de travailler sur la prévention et ils ne l’ont pas fait parce qu’ils sont installés dans le déni du problème, comme s’il s’agissait d’une affaire lointaine, ou dans une approche exclusivement militaire au lieu d’essayer de combattre les causes. Profond. Tôt ou tard, comme cela s’est déjà produit dans le centre du Mali ou le nord du Burkina Faso avec l’ethnie peule, cette approche accentuera les conflits et la stigmatisation communautaire », explique Sambe, pour qui la faiblesse des États non préparés à un conflit asymétrique comme celui-ci « manifeste profite aux djihadistes pour poursuivre leur avancée.

La propagation du djihadisme vers le golfe de Guinée a été l’une des principales préoccupations du récent Forum sur la paix et la sécurité qui s’est tenu à Dakar. Le président sénégalais Macky Sall, hôte de la rencontre et prochain président de l’Union africaine en 2022, a parlé de « métastases ». Les chercheurs s’accordent à dire que ces pays sont déjà une source d’approvisionnement et de financement pour les groupes terroristes, mais cela va beaucoup plus loin. Un récent rapport de l’ISS souligne comment l’exploitation artisanale de l’or, très difficilement contrôlable par les États, génère déjà des revenus pour les groupes armés et met en garde contre l’existence de risques de contagion djihadiste vers le Sénégal, à la frontière sud avec le Mali de plus en plus d’incidents liés à la sécurité étant répété.

Dans ce contexte d’avancée du djihadisme, le retrait partiel des troupes françaises de l’opération Barkhane, qui passera d’environ 5 100 soldats à 3 000 l’été prochain et qui a déjà cédé le contrôle de trois bases militaires à l’armée malienne, a suscité l’inquiétude de les pays du Sahel. « C’est une période de grands changements. Barkhane a été l’axe sur lequel pivote toute la stratégie antiterroriste dans la région et on assiste à un redimensionnement de cette force militaire. C’est un mystère de voir comment les armées nationales ou le G5 du Sahel s’adaptent à ce changement », assure Moderan.

La polémique russe
La révélation de l’existence de négociations entre le gouvernement du Mali, contrôlé par les militaires, et la société privée russe Wagner pour le déploiement éventuel de mercenaires dans la lutte contre le djihadisme a suscité une grande réaction internationale. Jeudi dernier, 15 pays européens, dont l’Espagne et la France, et le Canada ont condamné ce déploiement, assurant qu’ils étaient au courant de l’implication du gouvernement russe dans le soutien matériel au débarquement de Wagner au Mali. Des sources gouvernementales françaises ont informé les médias qu’elles avaient détecté la mise en place d’un camp d’accueil à l’extérieur de l’aéroport de Bamako, la capitale malienne, pour accueillir les mercenaires et qu’il y avait eu une forte rotation des avions de transport russes.

Cependant, les autorités maliennes ont démenti vendredi dernier par un communiqué qu’aucune entreprise privée russe ne se déploie sur leur territoire et ont assuré qu’elles sont des formateurs. « Au même niveau que la Mission européenne de formation (EUTM), des formateurs russes sont présents au Mali dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des Forces nationales de défense et de sécurité », précise le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’Administration territoriale et porte-parole du gouvernement, dans ladite déclaration. Dans le même temps, il demande à ses partenaires européens de juger l’exécutif malien sur des faits et non sur des rumeurs et exige qu’ils fournissent des « preuves de sources indépendantes » d’un tel déploiement.

Mardi dernier, le président français Emmanuel Macron a demandé au président russe Vladimir Poutine des « éclaircissements » sur la situation au Mali lors d’une conversation au cours de laquelle ils ont abordé différentes questions. Macron avait prévu de se rendre à Bamako la semaine dernière pour visiter les troupes françaises qui y sont déployées et rencontrer le président malien, le colonel Assimi Goïta, afin de réduire les tensions entre les deux pays, mais ce voyage a été officiellement suspendu en raison de la crise sanitaire provoquée. par le rebond des cas de covid-19.

APS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct