Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Région de Sikasso : les ambassadeurs de l’UE satisfaits des réalisations dans la zone

Des diplomates européens se sont rendus jeudi dernier dans la Région de Sikasso pour visiter des projets de développement en cours de réalisation dans la zone. La délégation, composée notamment des ambassadeurs de l’UE au Mali, Bart Ouvry, de la Belgique, Jurgen van Meirvenne, du Danemark, Rolf Holmboe, de l’Espagne, José Hornero Gomez et du chef de la Mission Eucap Sahel Mali, en a profité pour échanger avec les autorités locales et les représentants de la société civile.

C’est ainsi que Bart Ouvry et sa délégation ont, aussitôt arrivés, eu une séance de travail avec le gouverneur de région, Sinè Dembélé et son équipe. À cette rencontre tenue au gouvernorat succéderont des entretiens au Conseil régional et à la mairie. Elles ont permis aux visiteurs de s’enquérir des défis auxquels la région est confrontée.

Il s’agit des questions relatives à la sécurité et à la décentralisation, des priorités pour l’Union européenne et ses États membres au Mali. Après ces étapes initiales, la mission visitera le Tribunal de grande instance (TGI) de Sikasso, financé par l’UE dans le cadre du Projet d’appui à la justice (PAJM). Des débats au TGI, il est ressorti que 90% des affaires civiles ont trait au foncier. Bart Ouvry a noté que cela sera certainement un sujet de discussions avec les autorités à Bamako.

Précisons que le TGI a également bénéficié de matériel informatique et bureautique, de mobiliers et d’ouvrages juridiques. L’intervention du PAJM a aussi permis la rénovation de l’ancien bâtiment pour en faire des logements pour les juges. Le TGI de Koutiala (ex-Région de Sikasso), les tribunaux d’instance de Kignan et de Yorosso ont été construits et équipés dans le cadre de ce programme.

L’après-midi autour d’un déjeuner, les diplomates et la société civile ont échangé sur la situation socio-politico-sécuritaire de la région. Intervenant à l’occasion, Bart Ouvry a rappelé que l’UE accorde un intérêt particulier à la société civile notamment à travers le projet Harmonisation et innovation au bénéfice des initiatives de la société civile d’utilité sociale (Hibiscus).

Ce programme vise le renforcement et l’implication, de manière durable et structurée, d’une société civile représentative de la diversité du Mali dans l’action publique au niveau national et local. Doté d’un budget de 4.750.000 euros (environ 15 milliards de Fcfa), il a démarré en mai 2018 et prendra fin en mars 2022. En la matière, 80 projets portés par des Organisations de la société civile (OSC) de base et en lien avec les Plans de développement des collectivités territoriales ont été financés ou sont en cours de financement. Dans le Cercle de Sikasso, huit OSC de base et six Organisations non gouvernementales (ONG) et faitières, ont bénéficié de formations et d’un appui en matériel de la part du projet Hibiscus.

En fin d’une journée, la mission a visité le bas-fond aménagé de Molasso (située dans la Commune rurale de Kapolondougou), ses ouvrages et périmètres cultivés dans le cadre du projet Irrigar. Ce programme a permis la réalisation de deux micros barrages hydro-agricoles qui contribuent à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire des populations de la région. Cela à travers diverses activités de riziculture, maraîchage, pêche/pisciculture, production de bananes et abreuvement du bétail. Le coût d’exécution est estimé à 175.447.047 Fcfa avec 1.469 bénéficiaires.

Le périple a pris fin sur un échange avec les bénéficiaires du projet. Bart Ouvry a déclaré que ses collègues et lui étaient venus s’imprégner des réalités du terrain en rencontrant les populations et décideurs à la base. «Nous voulons être actifs et aller sur le terrain, contribuer à la prospérité des Maliens et à la stabilité du pays. Comprendre quels sont les enjeux économiques, sociaux et sécuritaires», a-t-il révélé.

Le diplomate s’est dit satisfait des résultats obtenus et a réitéré la disponibilité de l’Europe à œuvrer davantage pour la prospérité des Maliens. «Les populations se sont appropriées de cette nouvelle manière de travailler. La production a été multipliée par 10 avec de nouvelles cultures. Cela a créé la prospérité et permis d’envoyer les enfants à l’école. Cette année nous allons investir plus de 38 milliards de Fcfa dans tout ce qui est sécurité alimentaire», a annoncé Bart Ouvry.

Le maire de la Commune rurale de Kapolondougou a exprimé la gratitude de la population de sa Commune pour la réalisation des deux ouvrages et une piste rurale, cofinancés par l’Allemagne, l’UE et le Mali pour un montant de 200 millions de Fcfa. «Grâce à vos appuis, la population a amorcé un développement local certain dû à l’exploitation des aménagements réalisés et à la valorisation des produits issus des installations. La gestion de l’aménagement par un Comité de gestion procure un élargissement de l’assiette fiscale à la Commune», a souligné l’ancien ministre Salikou Sanogo.


Envoyée spéciale
Aminata Dindi SISSOKO

Source: Essor

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct