Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

MOIS DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA : Le double appel de Diéminatou Sangaré à la population

Le Centre de santé communautaire de Banankabougou en commune VI du District de Bamako a servi de cadre ce vendredi 3 décembre 2021 pour la cérémonie solennelle de lancement des activités de la première semaine du mois de lutte contre le VIH et le Sida, édition 2021, couplée à la remise officielle de 90 motos du projet Epic aux agents socio-sanitaires.

Cette année, le thème retenu pour magnifier la campagne nationale de lutte contre ce fléau porte sur : « Elimination de la transmission Mère-enfant du VIH/Sida ». Placé sous le parrainage de Mme le ministre de la santé et du développement social, Sangaré Diéminatou Sangaré, l’évènement a enregistré la présence de la directrice de l’Usaid, Miriam Lutz, du Médecin-Chef du Centre de santé de référence de la commune VI, Dr Mama Sy Konaké.
Cette semaine thématique permet de mener des campagnes de sensibilisation et d’éducation afin de lutter contre efficacement le Sida. Révélateur, le thème de la présente édition vise à sensibiliser les femmes et surtout la jeune génération sur les désastres de cette maladie qui a fait des millions de mort et durement touché l’Afrique. D’emblée, le Coordinateur des chefs de quartier de la commune VI et le Maire délégué au centre secondaire d’état civil de Banankabougou Bakary Dembélé, ont pris l’engagement à mobiliser les populations pour l’atteinte des objectifs de cette campagne nationale de lutte contre le Sida et le VIH.

La principale cause d’infection à VIH chez l’enfant

Dans son discours, le médecin-chef du Csréf de la commune VI a rappelé que la transmission mère enfant du VIH (Ptme) est la principale cause d’infection à VIH chez l’enfant. C’est pourquoi, Dr Mama Sy Konaké a signalé que sans intervention, 30 à40% des nouveaux nés de mères séropositives contracteront le VIH. Selon elle, ce risque peut être réduit à moins de 5% avec des interventions efficaces de la Prévention de la Transmission mère-enfant du VIH (Ptme). A en croire la médecin-chef, la Ptme a démarré au Mali en 2001 avec le site IMAARV de l’hôpital Gabriel Touré (Initiative Malienne d’Accès aux Antirétroviraux) avec l’appui de l’Unicef. A cet égard, elle a soutenu que le ministère de la santé à travers sa cellule sectorielle de Lutte contre le Sida, la tuberculose et les Hépatites Virales a initié un plan d’élimination de la transmission mère-enfant du VIH. Dr Sy Konaké a ensuite lancé que ce plan Ptme (2019 – 2021), cherche à toucher toutes les femmes enceintes qui vivent avec le VIH ainsi que leurs enfants, depuis la grossesse jusqu’à la fin de l’allaitement. Cela, a-t-elle ajouté, dans le but de satisfaire les besoins des mères et des enfants en matière de prévention, de traitement, de soins et de soutien liés au VIH pour arriver à l’objectif d’élimination du Sida à l’horizon 2030 dira Mama Sy Konaké. La patronne de la santé au niveau de la commune a laissé entendre ceci : « L’élimination de la transmission mère-enfant est l’un des piliers de la réponse VIH/Sida ». Elle poursuivra en affirmant que le pays compte actuellement 1 149 sites PTME, qui ont permis de conseiller 592 911 femmes enceintes en consultation prénatale dont 441 014 ont fait le test et 1635 ont été diagnostiquées séropositives au VIH soit un taux de 0,37%. De son analyse 898 enfants ont bénéficié de la PCR1 dont 683 enfants de moins de 2 mois avec 51positifs soit 7,47% de positivité. Dans cette rubrique, Dr Sy a martelé que de janvier à octobre 2021, ASACOBAFA (Association de santé communautaire de Banankabougou) dans ces activités de CPN a conseillé et dépisté 3 736 femmes enceintes dont 42 positives soit 1,12% de séropositivité. En somme, elle a fait remarquer que pour une lutte efficace une synergie d’actions se pose. « Nous devons y arriver pour offrir aux futures générations un monde sans Sida », a confessé le médecin-chef du Csréf de la Commune VI. De son analyse, ces résultats interpellent tous à une plus grande implication afin qu’aucun enfant ne naisse avec le VIH. A ce titre l’accompagnement des partenaires techniques et financiers ne fera pas défaut comme rassure la directrice de l’USAID Miriam Lutz. Selon elle, les PTF continueront à soutenir le gouvernement du Mali pour lutter contre le sida. Selon elle, depuis 1990, un partenariat important s’est implanté entre le Mali et ses partenaires pour l’amélioration de la santé et de la qualité de la vie. Toutefois, elle a reconnu le difficile d’accès aux services de santé est une préoccupation dont les partenaires sont sensibles. A entendre Lutz : « c’est dans le but d’inverser cette tendance en approchant les agents de santé à la population que l’USAID et les autres partenaires viennent d’offrir des motos aux agents de santé. Ces engins roulants permettront à ces derniers de faire le dépistage de proximité à la population. Des motos qui permettront de faciliter la mobilité des agents de santé ». La ministre de la santé et développement a saisi l’occasion pour lancer un appel pressent à toutes à se mobiliser pour relever le défi du dépistage du VIH. « N’ayons pas honte du dépistage et de ses résultats. C’est le dépistage qui permet de faire face aux conséquences de la transmission cette maladie de mère à enfant. Cette situation interpelle tous », a-t-elle exhorté. Dans la même rubrique, Diéminatou Sangaré a rassuré que son département est fortement engagé à lutter contre la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH et le sida.
Jean Goïta

Source: La Lettre du Peuple 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct