Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

MINE D’OR DE « YATELA-SA » : Des interrogations de la société civile

La mine d’Or de YATELA SA est située à environ 50 km de Kayes. Elle était détenue à 40% par la société Canadienne IAMGOLD et à 40% par la Sud-Africaine AngloGold Ashanti. L’Etat malien y avait une participation à hauteur de 20%. Le 14 février 2019, La mine d’or de YATELA, (en fin) de production, est devenue une propriété exclusive de l’Etat malien, à travers une convention d’achat d’actions conclue avec les deux sociétés étrangères qui avaient la participation majeure. Mais les clauses de cette convention n’ont jusque-là pas été rendues publiques. Des organisations de la société civile s’interrogent de ce manque de transparence ?

Depuis 2001, la mine était en production par les deux firmes internationales (IAMGOLD et AngloGold Ashanti).  Après une suspension des activités en septembre 2013, le traitement du minerai extrait s’est poursuivi jusqu’en 2014. Aux termes de la convention d’achat avec Sadiola Exploration Limited (SADEX), la filiale du Groupe Sud-Africain Anglo-gold Ashanti et le Canadien IamGold, a passé 80% de capital social qu’il détenait à l’Etat Malien, qui n’en possédait que 20%.

Cette transaction, depuis son entérinement, suscite moult interrogations et inquiétudes. La coalition « Publiez ce que vous payez », active pour la transparence dans l’industrie minière, a profité d’une campagne internationale « disclose the deal » qui demande aux Etats de « publier les contrats miniers », pour remettre sur la table cette question qui suscite préoccupations et interrogations. La plateforme « Publiez ce que vous payez », s’interroge sur la convention d’achat de la mine d’or de Yatela par l’Etat malien, il y a deux ans.

Cette reprise a-t-elle été effectuée après une estimation des experts du ministère des mines et du pétrole ? L’étude de faisabilité de la nouvelle société d’exploitation de la mine d’or de YATELA SA prévoit combien d’années d’exploitation pour extraire les minerais ? Par quel mécanisme ou arrangement juridique la participation de l’Etat du Mali est passée de 20% à 100% et du coup l’Etat devient actionnaire unique ? Il y a-t-il eu cession gratuite au profit de l’Etat ? L’Etat « actionnaire majoritaire » a-t-il la capacité technique et financière nécessaire pour conduire les opérations d’exploitation du reste des ressources de la mine de YATELA SA ? Quel est l’intérêt de reprendre une mine qui n’est plus en production depuis 2015 ? La somme forfaitaire que SADEX compte payer à l’Etat servira à quoi ? Quel est le montant estimatif de ce fonds ? Et pourquoi le paiement de la somme forfaitaire à l’Etat malien, exempte d’office SADEX de toute responsabilité ?

La réponse à ces questions, pourrait établir la vérité autour de cette convention, qui ne garantit pas, selon plusieurs spécialistes miniers, une après mine sereine aux communautés avoisinantes de la mine de YATELA SA.

 Ousmane Tangara

Source: BamakoNews

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct