Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Massacre jihadiste de Diallassagou: au Mali, les civils pris en étau

Au moins 130 civils ont été exécutés par des jihadistes dans la nuit de samedi à dimanche près de la frontière avec le Burkina Faso. Une attaque en guise de «punition collective» après que des habitants ont été accusés de «collaboration» avec l’armée.

Le bourdon des pots d’échappement a empli Diallassagou à la tombée de la nuit. Dans cette partie du Mali, ce son caractéristique est annonciateur de malheur. Un essaim de plusieurs dizaines de motos, transportant chacune deux ou trois combattants, kalachnikovs à la main ou en bandoulière, est entré dans le village du cercle de Bankass, dans le centre du pays. Samedi soir, les jihadistes ont traqué et rassemblé les hommes de Diallassagou. Ils les ont conduits loin des habitations, «à plusieurs kilomètres, à côté d’une grande broussaille, une forêt clairsemée que tout le monde connaît là-bas», selon un responsable local, avant de les exécuter. Le bilan officiel est de 132 morts. «Cela ne prend en compte que les personnes inhumées en présence de l’armée malienne, arrivée le lendemain, poursuit-il. En réalité, le nombre de victimes pourrait atteindre les 200. On découvre encore des corps.» La tuerie s’est étendue à deux autres villages tout proches : Dianwelly et Deguessagou.

Les autorités maliennes ont décrété un deuil national de trois jours. Le massacre a été commis à 40 kilomètres du village d’Ogossagou, à la frontière du Burkina Faso, qui fut, en mars 2019, le théâtre de la pire tuerie de l’histoire récente du Mali. A l’époque, les victimes étaient peules. A Diallassagou, elles sont dogons. Les deux comm…liberation.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct