Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Marche du 22 Novembre 2018 : Les policiers risquent de se faire mater par les forces spéciales

En principe, certains éléments de la police malienne vont battre le pavé demain jeudi pour exiger l’amélioration de leurs conditions de travail.

Une marche à haut risque dans la mesure où ces agents des forces de l’ordre risquent de se faire mater par d’autres éléments en raison de son interdiction par les autorités.

Cette marche dite pacifique qui partira du Groupement Mobile de Sécurité (GMS) en passant par   le Monument éléphant   jusqu’au ministère de la sécurité intérieure  et de la protection civile fait l’objet de tous les commentaires, laissant place à des doutes et des interrogations. Elle est interdite par l’autorité compétente. Déjà, une copie de la lettre d’interdiction de la maire de la commune III circule sur les réseaux sociaux.

Selon des sources concordantes, cette marche divise la police malienne dans la mesure où certains syndicats se sont désolidarisés. Et pour preuve, 06 syndicats ne soufflent pas dans la même trompette que les autres. « Devant la presse ils font semblant d’être ensemble, alors qu’en réalité chacun a un agenda  caché », dixit un officier de police.

Un responsable syndicaliste rapproché par nos soins estime que «  les policiers qui veulent  marcher sont en train  de mentir à la population. Toute chose qui fragilise davantage les policiers. En somme, les policiers qui décident de marcher demain seront surpris par les gendarmes pour les mater comme ils l’ont fait avec d’autres manifestants pacifiques.

Des négociations en cours

« Suite à notre préavis de grève  en date du 27 Avril  2018,les négociations entamées avec la Direction Générale de la Police Nationale  avaient permis d’aboutir à un procès-verbal de conciliation, signé le 25 Avril 2018 sur 08 points de revendications.  A l’issue de cette rencontre,  nous avons eu 06 points  d’accords et  02 points d’accords Partiel », explique un syndicaliste. Il ajoute que le gouvernement dans le cadre de leurs revendications a montré sa bonne foi à travers la décision N°2018 -1108  MSPC-SG du 19 Novembre 2018 fixant les quotas et les critères de base pour l’accès aux corps des commissaires et des officiers à l’occasion des recrutements à la police. La décision  N°-3564  MSPC-SG-CT-BK du 19 Novembre 2018 relative à l’organisation d’un concours professionnel à la police national.

Une rencontre s’est tenue lundi 19 Novembre 2018 entre le DGA de la police nationale, Mahamadou Z Sidibé et les leaders syndicaux entre 17heures à 20heurs  dans les  locaux de la direction générale  de la police. Au cours de cette rencontre, les deux parties n’ont pu aplanir les divergences et elle s’est terminée en queue  de poisson. Selon notre source,  une négociation dite de dernière chance est prévue aujourd’hui. « Si elle échoue, les policiers vont battre le pavé demain », prévient notre source.

Que fera le gouvernement ? Le scénario  du 8 Avril 2014 va-t-il se répéter où une marche du Syndicat de la police National (SPN) affilié à la CSTM avait été réprimée par d’autres policiers avec à la clé des arrestations ? En tout, du côté du gouvernement  des gros  moyens seront déployés pour que  force reste à la loi.

Déjà des unités  de la police telles : la Brigades Anti Criminalité (BAC), la Brigade Spéciale d’Intervention (BSI), les Forces d’interventions de la gendarmerie, de la garde nationale et de la Police sont sur le qui-vive.

Affaire à suivre

Mohamed Kanouté

 mali24.info

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct