Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : Les États-Unis soutiennent les décisions de la CEDEAO

Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU a rejeté la proposition de transition de cinq ans au Mali par la junte au pouvoir, en soutien aux récentes sanctions imposées au pays, par le broc ouest-africain, la CEDEAO.

Le colonel Assimi Goïta, le chef de la junte malienne a trouvé un nouvel opposant à son calendrier électoral en la personne de l’ambassadeur américain aux Nations unies.

Mardi, des voix se sont élevées au sein du Conseil de sécurité, pour rejeter le projet de Bamako d’une transition de cinq ans avant les élections.

« Nous exhortons le gouvernement de transition à tenir son engagement envers le peuple malien de rendre son pays à la démocratie. C’est ce que le peuple malien a demandé. C’est ce qu’il veut. C’est ce qu’il mérite. Une transition de cinq ans n’est pas dans leur intérêt et étend la douleur du peuple », a déclaré Linda Thomas-Greenfield.

Le CSNU doit soutenir tous les efforts de MINUSMA, de la CEDEAO et d’autres pour aider les autorités de transition maliennes à mettre en œuvre la transition politique et l’accord de paix d’Alger. Les États-Unis exhortent le Mali à prendre des mesures urgentes pour démontrer leur attachement à la démocratie.

Ses remarques sont intervenues alors que les représentants du Conseil de sécurité discutaient de l’opportunité de soutenir les sanctions de la CEDEAO contre le Mali. Les États-Unis, le Royaume-Uni, la France se sont joints à quelques Africains pour soutenir les actions de la CEDEAO.

La Russie et la Chine ont, quant à elles, empêché le Conseil de sécurité de l’ONU de déclarer son soutien à l’embargo.

El-Ghassim Wane, l’envoyé suprême de l’ONU, a expliqué que “l’insécurité [avait] augmenté, la situation humanitaire s’est détériorée, davantage d’enfants [étaient] déscolarisés et le pays [avait] été touché par un cycle sans fin d’instabilité”.

Si le colonel Assimi Goïta a déclaré que Bamako restait ouverte au dialogue avec la CEDEAO, la junte au pouvoir a appelé vendredi à des manifestations nationales pour protester contre les sanctions imposées par le bloc régional de 15 membres.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct