Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le Mali s’engage à intégrer 26 000 ex-combattants dans l’armée

Le gouvernement malien intégrera 26 000 combattants d’une ancienne rébellion du nord dans son armée dans le cadre d’un accord avec les dirigeants de l’ancien mouvement indépendantiste, ont annoncé les deux parties à l’issue d’une réunion vendredi. L’accord indique une nouvelle dynamique dans la mise en œuvre bloquée d’un accord de réconciliation signé il y a des années. La réunion de vendredi était présidée par le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga en présence de plusieurs partenaires du Mali, dont le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef de la mission de maintien de la paix au Mali, El Ghassim Wane, et d’autres ambassadeurs.

Le gouvernement malien intégrera 26 000 combattants d’une ancienne rébellion du nord dans son armée dans le cadre d’un accord avec les dirigeants de l’ancien mouvement indépendantiste, ont annoncé les deux parties à l’issue d’une réunion vendredi.

L’accord indique une nouvelle dynamique dans la mise en œuvre bloquée d’un accord de réconciliation signé il y a des années.

La réunion de vendredi était présidée par le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga en présence de plusieurs partenaires du Mali, dont le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef de la mission de maintien de la paix au Mali, El Ghassim Wane, et d’autres ambassadeurs.

« Le gouvernement du Mali ne ménagera aucun effort pour remplir ces engagements », a déclaré Maiga.

Aux termes de l’accord, la réintégration des ex-combattants se déroulera en deux phases, la seconde s’achevant en 2024. Une commission sera formée pour présenter des propositions visant à intégrer les officiers supérieurs du mouvement dans la chaîne de commandement de l’armée.

L’accord de paix initial, signé en 2015 entre le gouvernement et les groupes indépendants armés non extrémistes du nord du Mali, est resté au point mort.

« Les choses ont tendance à stagner et à ne jamais se faire, et c’est le cas depuis des années », a déclaré Rida Lyammouri, chercheur principal au Policy Center for the New South. « Mais si les décisions sont exécutées, c’est une bonne chose car dans le nord, la population souffre. »

L’accord de paix initial, signé en 2015 entre le gouvernement et les groupes indépendants armés non extrémistes du nord du Mali, est resté au point mort.

« Les choses ont tendance à stagner et à ne jamais se faire, et c’est le cas depuis des années », a déclaré Rida Lyammouri, chercheur principal au Policy Center for the New South. « Mais si les décisions sont exécutées, c’est une bonne chose car dans le nord, la population souffre. »

 

intellivoire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct