Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

La disparition du chef de l’ex-opposition Soumaïla Cissé suscite beaucoup d’émotions au Mali (SYNTHESE)

Le décès ce vendredi matin du leader politique malien Soumaïla Cissé à Paris des suites de COVID-19 est accueillie avec stupeur et a suscité beaucoup d’émotions dans son pays le Mali.

Agé de 71 ans, l’ancien ministre de l’Economie et des Finances est décédé dans la capitale française où il avait été transféré pour des soins après avoir été testé positif au COVID-19. Depuis l’annonce de son décès par sa famille et son parti Union pour la République et la Démocratie (URD), c’est un hommage unanime qui lui est rendu sur les réseaux sociaux, notamment par la classe politique malienne sans distinction aucune.

« Soumaïla Cissé s’en va à un tournant critique de notre évolution en tant que Nation. Nul doute qu’en ce moment le pays avait encore particulièrement besoin de son expérience et de sa sagesse pour relever les défis de l’heure », a souligné le président Bah N’Daw sur le site de la présidence malienne.

« En octobre dernier, j’ai eu le privilège de recevoir Soumaïla Cissé après sa libération. Il m’avait laissé l’impression d’un homme encore plus déterminé et engagé pour son pays. Son optimisme était demeuré intact et sa dure détention de plusieurs mois l’avait comme davantage aguerri », a rappelé le président de transition du pays.

Pour de nombreux observateurs, Soumaïla Cissé a été un leader « courageux et engagé toute sa vie » pour la démocratie. Le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) et ancien ministre, Tieman Hubert Coulibaly, a rappelé que l’illustre leader politique s’éteint après « une vie d’engagement, d’efforts et de combat pour notre démocratie ».

« Soumaïla a consacré les 40 dernières années de sa vie aux Maliens, à notre pays et à notre région ouest africaine. Partout où il a servi, il a laissé le souvenir d’un homme compétent et affable. Je peux en témoigner, l’ayant connu tour à tour comme ministre et président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA », a pour sa part indiqué l’ancien Premier ministre Moussa Mara.

« Aujourd’hui, c’est toute la nation malienne ainsi que le continent africain qui pleure un de ses valeureux fils », a déclaré le Premier ministre de transition, M. Moctar Ouane.

« En lui, le Mali perd un de ses plus illustres enfant. Ses compétences de technocrate, sa vision de politicien manqueront au pays. Brillant à tous les postes occupés, fin d’esprit et d’un humour désarmant, il aimait le Mali », a salué Tiegoum Boubèye Maïga, chroniqueur politique et ex-responsable de la Cellule de communication de la présidence malienne sous le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta.

Dans les rues de Bamako, ce matin, les Maliens continuent aussi à rendre hommage à celui que de nombreux interlocuteurs considèrent comme « l’un des dinosaures de la politique malienne ».

Pour Cheick Tidiane Diallo, un cadre de l’URD, « aucun mot, aucune phrase ne pourra exprimer la profondeur de la tristesse qui envahit toute une famille, tout un pays, tout un continent. Cette disparition est une tragédie pour le Mali ».

Homme politique malien, ancien ministre et ancien président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Soumaïla Cissé a été libéré le 9 octobre après plus de six mois de captivité. Il avait été kidnappé le 25 mars dans le nord du pays par des hommes armés en pleine campagne électorale.

Son enlèvement est considéré comme l’une des raisons principales de la vaste manifestation du Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) qui a ensuite déclenché la mutinerie militaire aboutissant à la démission du président d’alors Ibrahim Boubacar Keïta.

Source: Agence de presse Xinhua
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct