Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Jugé pour » appartenance à un groupe de combat en relation avec une entreprise terroriste et financement du terrorisme » Boukari Houseini condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

Deux affaires étaient inscrites au rôle de la Cour d’Assises spéciale, d’hier mercredi. L’accusé du premier dossier, Ibrahima Djibo, a été acquitté. Pour l’affaire ministère public contre Boukari Houseini, jugé pour  »appartenance à un groupe de combat en relation avec une entreprise terroriste et financement du terrorisme », ce berger de 36 ans, à N’Tellit (Gao), a écopé de la réclusion criminelle à perpétuité.

 

Selon l’acte d’arrêt, le lundi 3 juin 2019, le nommé Boukari quitta la ville de Gao, à bord d’une mobylette de marque  » Apsonic « , avec des bagages suspects, en direction à Dahidi-joro, via Tessit, dans le cercle d’Ansongo. Chemin faisant, à son arrivée au Check point central de Tessit, il fut interpellé par une mission des Forces Armées Maliennes et la fouille minutieuse de ses bagages, aussitôt entreprise, permit la saisie de 522.000 F CFA, ainsi que divers autres matériels, notamment, un carton contenant dix radio  »Talkie-WaIkie 8800 » et une plaquette de piles et des chargeurs pour Talkie Walkie, deux caméras monoculaires électroniques de vision nocturne, une caméra de marque Waterproofs et accessoires, deux petits adaptateurs contenant des cartes mémoires et adaptateurs, une paire de chaussures Rangers de marque Rafale, probablement destiné à des groupes terroristes. C’est ce qui justifia son interpellation et l’ouverture d’une procédure d’enquête préliminaire par la Brigade Territoriale de la Gendarmerie de Gao, qui le mit à la disposition du pôle judiciaire Spécialisé. Il a été inculpé d’  » appartenance à un groupe de combat en lien avec le terrorisme et financement du terrorisme « .

Au cours des débats à la barre, l’accusé Boukari Houseini, a nié les faits à lui reprochés, comme à l’enquête préliminaire. Il dit avoir acheté des habits au marché de Gao. Mais ceux-ci n’ont pas été emballés en sa présence, ayant chargé un autre de le faire pour lui. La Cour lui demandera où logeait-il à Gao. En réponse : il relèvera qu’il était au 5e Quartier, chez un certain Diallo, où il a passé 7 jours. Un magistrat lui signifiera alors qu’il est dans une contradiction totale, puisque dans le dossier, il a passé tout le mois de carême chez le nommé Abdrahamane, membre de «  Ganda Izo « . Parlant des objets retrouvés dans son sac et de la somme d’argent, vraisemblablement destinée au financement du terrorisme, il a déclaré qu’il ne connait aucun groupe de terrorisme.

Dans son réquisitoire, le parquet rappellera le célèbre maxime de droit selon lequel  » nul ne peut se prévaloir de sa turpitude « . A cet effet, il dira qu’en toute évidence, l’accusé était en possession de plusieurs matériels dont la lecture a été succinctement faite par la greffière. A la question de savoir s’il peut apporter la preuve contraire, il n’a pas pu le faire tout au long de la procédure. Ainsi, il a requis de la Cour de le retenir dans les liens de l’accusation suivant les dispositions de l’article 13 de la loi portant sur le terrorisme.

Pour la défense, l’accusé ne doit pas être retenu dans les liens de la prévention, le parquet n’ayant pas pu établir, au cours des débats à la barre, le lien entre l’accusé et les groupes terroristes. Ajoutant que les suppositions ne peuvent pas prendre le dessus sur nos convictions. Et de demander comment un berger peut-il financer le terrorisme ?

La Cour, dans sa sagesse, a condamné  Bukari Houseini à la réclusion criminelle à perpétuité.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct