Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Insuffisance de résultats dans la gestion du pays: le RPM présente ses excuses aux Maliens

Après le départ d’IBK, le parti Rassemblement pour le Mali (RPM) a organisé, le samedi dernier, sa première rencontre. Cette rencontre du Bureau politique national, élargie à l’ensemble des structures nationales du parti, a été l’occasion pour les cadres de faire une autocritique et de se fixer un nouveau cap. Le président Bocary TRETA a saisi l’occasion pour présenter les excuses du parti aux Maliens pour les lacunes enregistrées dans la gestion du pays.

 

« Je voudrais, pour ma part, présenter tous les regrets du Bureau politique national. Je disais tantôt que nous avons tenté de faire tout notre mieux, tout ce qui était possible pour éviter ce qui s’est passé. Mais nous sommes des humains, nous sommes des mortels. Il est tout à fait possible que nous ayons été insuffisants. Nous sommes des mortels. C’est pourquoi je voudrais présenter à tous nos regrets, pour tout ce qu’on aurait pu faire et qu’on n’a pas réussi. Je voudrais vous présenter toutes nos excuses pour tout ce qu’on aurait pu éviter à notre Parti, à notre projet, à notre camarade ce qui n’a pas pu être fait ou évité. Mais pour l’essentiel, on a fait tout ce qu’on pouvait, dans les limites des espaces qui nous avaient été concédés », c’est en ces termes que le Dr Bocary TRETA a présenté ses excuses aux militants du parti et à tout le peuple du Mali.
Il a déclaré que l’engagement et la dignité avec lesquels le RPM s’est engagé à fonder l’appareil d’État, se mobiliser pour conquérir le pouvoir n’ont pas été au rendez-vous dans la gestion du pouvoir.
Le Dr TRETA a reconnu que l’euphorie dont l’élection d’IBK a enregistré en 2013 et récidivée en 2018, s’est transformée en une situation de crise où une partie importante du peuple s’est détourné du projet porté par le parti et son candidat.
« Nous avons eu le sentiment que le portage n’a pas été à la hauteur des attentes de notre peuple. Nous avons produit beaucoup de frustrations, beaucoup de frustrés, beaucoup d’insatisfaits. Notre gestion a connu beaucoup de lacunes alors que les hommes et les femmes qui ont porté ce projet, qui l’ont lancé, continuent encore à vibrer dans le cœur de nos compatriotes, dans le cœur des Maliens », a affirmé sans ambages le président du parti.
Il a soutenu que le parti a tenté au mieux ce qu’il pouvait faire, mais malheureusement, le projet concocté n’a pas satisfait les attentes des Maliens. Ce qui a été soldé par un coup d’État militaire.
« C’est un coup militaire qui a été perpétré contre nous, contre notre projet. Camarades, il n’y a pas de doute, assumons : c’est notre échec. Ce n’est pas l’échec d’IBK tout seul. Nous n’avons pas lâché IBK.
Nous prendrons le temps pour situer les responsabilités. Qui a fait quoi ? Mais je suis convaincu, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) dans ses profondeurs, dans son enracinement reste un Parti d’avenir, reste un parti d’hommes et de femmes qui ont décidé de dédier leur combat au Mali, pour le Mali, pour la promotion des Maliens et des Maliennes », a galvanisé le Dr Bocary TRETA.
Après la démission d’IBK de la présidence de la République, le RPM veut ouvrir une nouvelle page. Le parti des Tisserands se dit prêt à répondre OUI à tous les rendez-vous tant que c’est pour le Mali, tant que c’est pour le bonheur des Maliens et Maliennes.
Le président du parti a justifié cette position par la déclaration du CNSP qui s’engage à travailler avec toutes les forces politiques et sociales. Le président du RPM a salué l’engagement des militaires de se tenir à équidistances de toutes les forces politiques et sociales.
Cette position de la junte a amené le Dr Bocary TRETA a rassuré de l’engagement du RPM et des partis qui avaient accompagné le Président Ibrahim Boubacar KEITA à prendre une part active dans la mise en place des organes de la transition et la conduite d’une transition politique et civile.
Le nouveau cap étant dégagé, le premier responsable du RPM a invité les militants à un esprit de cohésion. Il a souligné que l’esprit collectif, s’est beaucoup effrité au sein du parti.
‘’Le pardon est la plus grande vengeance’’, dit un adage. Après le courage du RPM de reconnaitre et d’assumer les lacunes dans la gestion du pouvoir sous IBK, le peuple malien doit accepter les excuses. Aujourd’hui, tous les Maliens doivent s’engager comme un seul homme pour réussir bâtir un nouveau Mali. Déjà, le CNSP a posé les jalons en décidant de travailler avec tous les fils et filles du pays sans distinction. Ce qui vaille désormais est de tout faire pour éviter les erreurs du passé et donner au Mali un souffle nouveau.

PAR MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct