Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Front politique : Les militants de la section MIRIA de Kadiolo menacent de claquer la porte

Rien ne va plus entre les militants de la section MIRIA (Mouvement pour l’Indépendance, la Renaissance et l’Intégration africaine) de Kadiolo et le bureau exécutif national du parti dirigé actuellement par Mamadou Keïta. Selon Diakalia Sogodogo, secrétaire général de la section MIRIA de Kadiolo, conseiller communal à la mairie de Fourou (Kadiolo), Professeur d’enseignement secondaire général, tous les militants de la section de Kadiolo sont sur le point de démissionner. Les militants de la section de Kadiolo, par la voix de Diakalia Sogodogo, pensent qu’ils sont méprisés et délaissés par le comité exécutif national du parti qui refuse de les rencontrer. Diakalia Sogodogo a fait savoir que la section MIRIA de Kadiolo va déterminer sa démission en assemblée générale, le 5 décembre 2020.

« La section MIRIA de Kadiolo va déterminer sa démission en assemblée générale, le 5 décembre 2020. Si le Comité exécutif national du parti nous revient, je ne vois pas une raison de rendre notre démission. Mais, à ce stade, on estime qu’on est méprisé. On n’est pas d’accord  qu’un parti comme le MIRIA qui occupe la 4ème force politique dans la localité de  Kadiolo méprise ainsi ses militants», a déclaré Diakalia Sogodogo, secrétaire général de la section MIRIA de Kadiolo, contacté par le Républicain, hier, mercredi 25 novembre 2020, dans l’après midi. Selon le Secrétaire général de la section MIRIA de Kadiolo, tout est parti quand, en 2019, les responsables de la section ont décidé d’écrire au Bureau exécutif national du MIRIA l’invitant à Kadiolo afin  d’apprécier l’évolution de la section et discuter avec les militants des stratégies à adopter pour affronter les élections prochaines. « Trois lettres ont été adressées à cette fin à la section régionale de Sikasso. Elles sont malheureusement restées sans suite. Nous avons ainsi adressé une autre lettre au bureau exécutif national qui n’a pas non plus réagi. Pour me convaincre que les lettres sont parvenues aux responsables du Bureau exécutif, j’ai tenu à rencontrer, en octobre 2020, le président du parti en personne, Mamadou Kéïta, auprès de qui j’ai exprimé le vœu cher à la section de Kadiolo d’accueillir le Bureau exécutif national chez elle. Sur place, le président a donné l’assurance de satisfaire ce vœu de la section de Kadiolo en promettant d’évoquer la question avec les autres responsables du parti lors de la réunion du bureau exécutif. Cette réunion du bureau a eu lieu, mais jusqu’au moment où je vous parle nous n’avons pas reçu de retour de la part du président Mamadou Kéïta. Nous avons pris cela comme un manque de considération», explique Diakalia Sogodogo. A Kadiolo, dit-il, le MIRIA a trois conseillers nationaux. « Le parti nous est cher, c’est la raison pour laquelle nous agissons ainsi », a-t-il dit. A l’en croire, la section MIRIA de Kadiolo compte 10 sous-sections. « A Kadiolo, il y a 9 communes, dans chaque commune, il y a une sous-section. Le MIRIA n’est pas un petit parti à Kadiolo compte tenu de l’engagement des milliers de militants à la base. Le parti est un bien commun, c’est le lieu de dire aux militants et au comité exécutif de ne pas accepter ce divorce. C’est un divorce parce que quand tu adhères à un parti, il y a un partenariat qui est là, mais dès que le bureau national ne fait pas face aux militants, on se dit qu’on est délaissé », a déploré le secrétaire général de la section MIRIA de Kadiolo.

A.S

Source: Le Républicain- Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct