Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Festival HIP-HOP: C’est du 23 au 29 novembre à Bamako !

Du 23 au 29 novembre 2020, se tiendra à Bamako la 3ème édition du Festival HIP-HOP (RAPOU DÔGÔ KUN). L’information a été donnée par les organisateurs au cours d’une conférence de presse animée ce lundi 2 novembre, au Palais de la Culture de Bamako.

 

Placée  sous le thème : « Quelle justice pour un Mali meilleur », la 3ème édition du Festival HIP-HOP  communément appelé  « RAPOU DÔGÔ KUN » se tiendra du 23 au 29 novembre 2020, après un premier report dû à la maladie à Coronavirus.

Au programme : du 23 au 25 novembre : atelier de formation ; le 26 novembre : panel de discussion  et du 27 au 29 novembre : concours-concert& remise des attestations à Dialacorodji  en commune I du district de Bamako.

Selon Kalifa Tangara alias  Dony Brasco Co-initiateur  et Directeur du festival, l’objectif du festival HIP-HOP  est de renforcer la connaissance des jeunes rappeurs. Mais aussi de renforcer la cohésion de la jeunesse en général et particulièrement  les rappeurs tout   en créant un espace de d’échange et de collaboration.

Aux dire de Dony Brasco, la spécificité de cette 3ème édition est la participation des jeunes  rappeurs régionaux   présélectionnés  depuis fin 2019,  au cours des tournés effectuées  à l’intérieur du pays. Ils  s’ajouteront  à ceux de la capitale.

Pour l’artiste Master Soumy également Co-initiateur  de  RAPOU DÔGÔ KUN, l’initiative du festival est née à la suite d’une longue réflexion après avoir passé des années sur la scène nationale et internationale. En tant que aînés c’est de  créer un espace, afin de partager les expériences avec  des  cadets.  « L’Objectif est de promouvoir le RAP malien, pour  nous aussi en tant que aîné  apportés notre  contribution à l’édifice  et à l’épanouissement  du  RAP qui occupe aujourd’hui une grande place sur l’échiquier musicale au Mali» a-t-il   déclaré.

Ce qui est du thème retenu cette année « Quelle justice pour un Mali meilleur », il dira que le Mali souffre d’un problème de justice créant du coup un manque de confiance entre les populations et  la justice : « nous voulons établir la confiance entre les populations et  la justice »a-t-il conclu.

Jean Joseph Konaté,

Malijet

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct