Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

ERADICATION DES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE : APPEM apporte sa contribution

Soucieuse de la recrudescence de la violence en milieu scolaire et universitaire,  les membres de l’Alliance des professionnelles de la presse écrite du Mali (APPEM) ont, en collaboration avec l’ONG ORFED, organisé  un forum sur « le rôle de la femme dans l’éradication de la violence à l’école ». C’était le samedi 20 mars 2021 à la Maison de la presse sous la présidence du ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Mme Bouaré Bintou Founè Samaké.

 

Eradiquer  la violence en milieu scolaire et universitaire, contribuer à l’apaisement du climat scolaire, éclairer les initiatives mettant en avant le rôle de la femme dans la lutte contre la violence dans l’espace scolaire, tels sont,  selon les organisateurs, les objectifs de ce forum.

Financé par l’ONG ORFED, à travers son programme Service Civil pour la Paix (SCP), le Forum s’inscrit dans le cadre des activités de la Journée internationale des droits des femmes (8-Mars). Une initiative soutenue par l’APPEM depuis sa création de 2012 à nos jours.

Ce forum a enregistré la présence de la présidente de l’APPEM, Dado Camara, directrice de publication du journal « l’Annonceur », Moctar Kamara, représentant de l’ONG ORFED, Sayon Doumbia, conseiller technique, chargé des questions  de développement  et d’autonomisation de la femme et du représentant du ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Dembélé Ouleymatou Sow, présidente de la Cafo et médiatrice de la crise scolaire, et Housseyni   Amion  Guindo, promoteur d’école et ancien ministre de l’Education nationale,  lequel a eu le privilège de partager son expertise à cette journée de réflexion.

Selon la présidente de l’APPEM, Dado Camara, en se référant sur le thème retenu par notre pays concernant les festivités du 8-Mars : «  Leadership féminin, pour plus d’égalité au Mali, dans le contexte de la Covid-19 »,  l’APPEM s’est penchée sur  le rôle des femmes dans l’éradication de la violence en milieu scolaire et universitaire.

Pour Dado Camara, c’est une manière de susciter un apport intellectuel et de recueillir les éléments d’analyse et de diagnostics  des problèmes  de violence en milieu scolaire afin d’inciter les acteurs de l’école à s’investir pleinement pour une école apaisée. Selon elle, l’éducation est un élément essentiel pour  l’avenir d’une nation et étant des femmes, mères et aussi journalistes de la presse écrite, elles apportent à travers l’APPEM leur contribution.

« Nous, en tant que femmes, mères et journalistes de la presse écrite, nous avons décidé de commémorer la journée internationale de la femme  en organisant ce forum. C’est pour parler de la violence en milieu scolaire sachant que, sans la paix et la quiétude dans le domaine scolaire, le développement est impossible », a-t-elle indiqué.

Moctar Kamara a,  au nom de la présidente de l’ONG ORFED, remercié et félicité  les initiateurs du forum pour le choix du thème qui est pertinent et  préoccupant, mais aussi  réitéré le soutien et l’accompagnement de l’ONG en faveur d’autres projets.

Au nom du ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Sayon Doumbia a également signalé l’importance du thème choisi qui, selon lui, préoccupe les autorités.  Selon lui, la multiplication d’une telle initiative permettra l’éradication des violences dans l’espace scolaire.  Pour lui, le thème est en phase avec les programmes de développement économique pour  l’autonomisation de la femme dans sa composante II, qui ajoute-t-il,  accorde une place de choix à l’amélioration du statut social, politique et économique  de la femme, à travers sa participation au processus du développement.

Le représentant du ministre  Mme Bouaré Bintou Founè a réitéré le soutien de son département à l’APPEM pour l’atteinte de ses objectifs.

Cependant, la journée de réflexion a été marquée par l’apport d’une expertise de Housseyni Amion Guindo, promoteur d’école et ancien ministre de l’Education nationale.

A l’entame de ses propos,  l’ancien ministre a indiqué tout d’abord les raisons  des violences en milieu scolaire. Comme première raison, dit-il, « la prolixité, c’est-à-dire l’abondance des élèves dans les établissements sont autant de facteurs qui favorisent la violence » sans oublier l’entassement des élèves dans les classes, les conditions pédagogiques. Amion Guindo a aussi souligné que la politique de l’Etat dans le secteur de l’éducation est source de violence en milieu scolaire. Selon lui, la politique gouvernementale  en rapport avec  l’AEEM à consister à faire en sorte que cette violence soit contenue à l’école.

Par ailleurs, en tant que promoteur et parent d’élèves,  Housseyni  Amion Guindo  a noté que l’éducation familiale, la tolérance au sein des familles, la pression des parents d’élèves sur les enseignants sont, entre autres, des facteurs qui sont à la base des violences au niveau de l’espace scolaire.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct