Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dr. Bakary Sambe : « l’heure est aux partenariats qui ne peuvent plus exclure ni le Sénégal et encore moins les pays du Golfe de Guinée »

La menace terroriste gagne du terrain en Afrique de l’ouest. A partir du Sahel, l’insécurité descends de plus en plus vers le golfe de Guinée, poussant les dirigeants de la région ouest africaine à multiplier les initiatives de mutualisation des efforts pour en venir à bout. Dans cet entretien, Dr. Bakary Sambe, Directeur de Timbuktu Institute livre son regard sur cette situation et se prononce sur la création éventuelle d’une force conjointe Cedeao.

 

Les chefs d’États-majors de la Cedeao viennent de consacrer, les 5 et 6 mai à Accra, une réunion extraordinaire à la lutte contre le terrorisme dans la région. Quel est votre regard sur ces réunions qui se multiplient sur la question du terrorisme  sur le plan sous-régional.

Dans le principe, c’est une initiative à saluer au regard de la montée des périls dans la sous-région et plus particulièrement au Sahel dont les pays les plus touchés se trouvent dans l’espace communautaire. Il y a urgence dans une région où on note une augmentation de 1000% (mille pour cent) du nombre de morts depuis 2007 alors que le Sahel concentre 43% du nombre total de victimes du terrorisme en Afrique subsaharienne. Selon les organisateurs, cette réunion des 5 et 6 mai 2012 à Accra visait surtout à réfléchir sur comment travailler au renforcement de la coopération entre États afin de lutter contre l’insécurité grandissante en Afrique de l’Ouest au moment où l’Afrique est effectivement devenu le nouveau point chaud du terrorisme international selon les dernières données du Global Terrorism Index qui consacre malheureusement l’Afrique subsaharienne comme le foyer de repli du terrorisme mondial après la déroute de Daech (EI) en Orient et sa perte de vitesse même en Europe où il n’arrive même plus à mobiliser des « loups solitaires ». Il était donc temps que la CEDEAO impulse une nouvelle dynamique à son action anti-terroriste surtout que l’organisation sous-régionale semble avoir été dépossédée de cette question sécuritaire, ces dernières années, au profit du G5 Sahel, partenaire favori des partenaires internationaux.

Selon vous, pourquoi malgré l’existence depuis 2017 de l’initiative d’Accra qui a permis de mettre l’opération « Koundalgou » renforcée plus tard et élargie au Mali, au Niger et à la Côte d’Ivoire, la menace terroriste semble tout de même gagner du terrain dans la région ?

Malheureusement, on ne compte plus les initiatives dans notre région devenue l’espace de redéploiement des groupes et favorable à une nouvelle vie au terrorisme global auquel elle offre une nouvelle opportunité d’expansion. Il est vrai que les États du Golfe de Guinée ont plusieurs fois répondu par des opérations militaires, soit conjointement, soit individuellement. Par exemple en novembre dernier, une opération militaire conjointe entre plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest a pu mobiliser environ 6 000 soldats et aurait même permis l’arrestation de 300 terroristes présumés. Le déploiement militaire, baptisé Opération Koundalgou, s’inscrivait dans le cadre de l’Initiative d’Accra, un concordat signé en 2017 entre le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo pour lutter contre la menace croissante dans la région. Et il faut dire que ce n’est pas le premier cas d’opérations militaires bilatérales contre les groupes déjà actifs dans la région : En 2018, une opération conjointe entre les forces armées du Mali et du Burkina Faso avait permis de démanteler une cellule terroriste présumée à Ouagadougou. Mais à vrai dire, ce ne sont pas les initiatives militaires qui manquent mais une approche globale du phénomène multiforme du terrorisme. L’approche jusqu’ici adoptée n’a pas empêché que l’Afrique subsaharienne concentre la moitié des décès dus au terrorisme en 2021. D’ailleurs, le Général Lassiné Doumbia de la Côte d’Ivoire n’a pas manqué de souligner cette faille en soutenant ouvertement, lors de cette rencontre d’Accra, qu’« indépendamment de l’action militaire, plusieurs autres actions doivent être menées dans ces zones de vulnérabilité, … que ces groupes jihadistes peuvent exploiter pour enrôler les populations locales ». Depuis des années, dans le cadre des travaux et recommandations du Timbuktu Institute, nous appelons une approche différenciée et complémentaire : lutter efficacement contre le terrorisme en gérant les urgences sécuritaires mais ne pas oublier la prévention de l’extrémise violent en s’attaquant aux causes structurelles, souvent instrumentalisées par les groupes terroriste à la recherche d’ancrage sociopolitique et surtout de ce que j’appelle les « couveuses locales ». Hélas, on semble persister dans une approche traitant les symptômes en négligeant les racines du mal déjà profondes.

Au-delà des opérations militaires conjointes entre ces pays de la Cedeao et de la mutualisation des renseignements, la création d’une force conjointe des pays de la Cedeao serait-elle plus efficace ?

La mise en place d’une telle force qui devrait être la plus inclusive possible n’a jamais été aussi opportune au moment où la problématique de la lutte contre le terrorisme dans la région semble de plus en plus parasitée par les passes d’arme politico-diplomatiques. La Cedeao a pourtant eu, avec le leadership du Nigeria, des expériences à faire valoir comme ECOMOG et ses « casques blancs » mais aussi d’autres formes de synergie et de mécanismes qu’il suffit de réactiver comme c’est déjà le cas pour le renseignement et l’alerte précoce. Toutefois, il faudrait qu’au niveau communautaire, la volonté politique soit non seulement réelle mais accompagnée des efforts financiers nécessaires. Surtout que l’organisation sous-régionale devient de plus en plus sollicitée pour divers partenariats dont la Cedeao aura bien besoin au regard de l’ampleur des interventions nécessaires. Malheureusement la brouille actuelle entre Bamako et Paris, est en train de nuire à l’esprit de sécurité collective. Aujourd’hui, malgré cette situation qu’il faudra vite dépasser, – les deux pays étant deux maillons essentiels de la chaîne de solidarité Sud-Nord- la coopération sécuritaire, même si elle doit être repensée et élargie à tous les acteurs conventionnels, reste une priorité stratégique. La volonté d’européanisation de Takuba, qui était une nécessité, marquait un changement de paradigme. Il faut prendre conscience du fait que l’Afrique, le Sahel en particulier, et l’Europe, qui partagent la même vulnérabilité et font face à des menaces communes, restent intimement liées par la contrainte de la sécurité collective, malgré toutes les conjonctures diplomatiques.

L’échec relatif du G5 Sahel constitue-t-il un frein à la mise en place éventuelle de cette nouvelle force conjointe ?

Il serait excessif de parler d’un échec du G5 Sahel bien qu’il faille reconnaître tous les écueils de cette organisation qui, auparavant, n’a jamais eu les moyens de son ambition alors qu’aujourd’hui elle est rudement affectée par la situation de crise politique que traverse la majorité de ses Etats-membres. Mais, il faudrait faire de cette crise, une nouvelle opportunité de la redresser et de restaurer l’équilibre qui lui faisait défaut dans une complémentarité logique avec la Cedeao vu le partage de priorités stratégiques : 3 de ses cinq membres sont dans la Cedeao qui depuis la conférence de Lomé en juillet 2018 discutait déjà avec la Ceeac dont fait partie le Tchad, de l’impératif d’une coopération interrégionale pour lutter contre le terrorisme qui secoue ces deux régions. On connaît aussi toute la place de la Mauritanie dans ce schéma depuis le processus de Nouakchott. L’heure est aux partenariats qui ne peuvent plus exclure ni le Sénégal et encore moins les pays du Golfe de Guinée partageant les mêmes préoccupations sécuritaires. Vous conviendrez avec moi que la force conjointe initialement pensée devrait s’élargir. Dans ce contexte où s’imposent les synergies, la Cedeao qui doit renforcer sa présence au Mali, peut jouer le rôle de catalyseur qui lui renvient tout en prenant la pleine mesure, avec un nouveau départ, de la nécessité d’urgentes réformes et d’un inéluctable changement de paradigme. L’idéal serait, toutefois, que la Cedeao puisse disposer d’une force d’imposition de la paix aux regards des multiples défis politico-sécuritaires dans la région.

Propos recueillis par Mohamed Kenouvi

Source : Journal du Mali

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct