Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Demande de limogeage du ministre Assétou Founé : Bouyé entrera-t-il en rébellion contre les autorités de la transition ?

Le Chérif de Nioro ne lâche pas prise malgré le retrait, selon des sources, de l’avant-projet de loi sur les Violences basées sur le genre. Vendredi dernier, il est revenu sur le sujet, cette fois-ci avec un forte exigence.

Depuis quelques jours, le Chérif de Nioro, Mohamed Ould Cheicknè Haïdara dit Bouyé, affiche son opposition à l’adoption d’un avant-projet de loi sur les Violences basées sur le genre (VBG).  Des hamallistes ont tenu un meeting dans la Zawia de la ville de Nioro pour apporter leur soutien au Chérif, en condamnant l’attitude du ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille d’initier un texte contraire aux valeurs de l’Islam.

Cette prise de position a cependant fait effet, selon plusieurs sources, parce que le document controversé a été retiré par les autorités de la Transition. En dépit de cela, le Chérif de Nioro ne décolère pas.  Ce vendredi 29 janvier 2021, il a durci un peu plus le ton, en mettant en garde les autorités de la Transition.

Sans langue de bois, Bouyé s’en est pris au ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. Ainsi, pour avoir osé porter cet avant-projet de loi, Mme Bouaré Bintou Founè Samaké est désormais dans le viseur du guide religieux. Pour le Chérif, la chose n’est aussi compliquée pour les nouvelles autorités qui se doivent de bâtir un Mali respectueux des valeurs culturelles et religieuses. « Nous ne demandons jamais l’impossible…Nous avons été les premières personnes à apporter notre soutien aux autorités de la transition pour un Mali meilleur et cela, sans poser une quelconque condition », a-t-il rappelé.

Il a ensuite exprimé sa colère suite au fait que sa demande de limogeage du ministre Bintou Founè Samaké n’ait pas eu un écho favorable auprès des autorités transitoires. « Cela fait quelques semaines que nous avions demandé le départ de Madame le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille suite à l’avant-projet de loi sur le genre. Chose qui, apparemment, semble impossible pour les autorités de la transition », a-t-il souligné. Avant d’ajouter : « Une chose est claire, à compter d’aujourd’hui, nous ne reviendrons plus sur cette question ».

Pour le Chérif de Nioro, la loi sur le genre reste une ligne rouge pour la préservation de nos valeurs sociétales et religieuses. Au nom de ces valeurs, il avait mobilisé des fidèles contre l’ex-président Amadou Toumani Touré dans l’affaire dite code de la famille. A l’époque, des milliers de musulmans se sont descendus dans la rue contre ce texte qui, selon eux, foulait aux pieds des valeurs religieuses et coutumières du pays. Puis, récemment contre l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga dans l’affaire dite manuel scolaire qui porterait le germe d’une légalisation de l’homosexualité.

« Nous avons combattu ATT et Boubèye pour la même cause et il n’est pas question que d’autres nous amènent la même chose et qu’elle soit tolérée. Si la transition décide de maintenir la dame, alors, qu’elle sache qu’à partir de cet instant-là, nous nous dressons contre elle», a-t-il affirmé. En clair, le Chérif menace d’entrer en rébellion contre les autorités de la transition, comme il l’a fait avec ATT et IBK.

Hamadoun MAHAMANE

  Source: Azalaï Express
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct