Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

CRI-2002 : Apogée et déclin

Cri-2002 a amorcé  sa belle ascension sous notre DEVOUE et DEMOCRATE 1er Président Maître SOW

Think tank associatif (appellation attribuée par le très connu et respecté  feu Dr Oumar Makalou) Cri-2002 était un melting pot de hauts cadres (avocats, notaires, commis de l’administration…) et de jeunes diplômés ambitieux dont je fais partie en tant que Secrétaire à l’Organisation. La contradiction et la reconnaissance réciproques étaient les maitres mots à la création de Cri-2002 le 24 avril 2000 sous la houlette de notre 1er Président SOW.

La forte personnalité de feu Maître A. S. SOW ajoutée à son aura d’ex-Premier ministre (les ex-premiers ministres ne courraient pas les rues en ce temps-là) ont contribué à façonner l’Objet, la Vision et les Missions de Cri-2002 pour le porter non seulement sur les fronts baptismaux, mais également sur le piédestal du Fronton national de la démocratie. Nul ne peut disconvenir de cela à moins d’être atteint de deux maladies incurables : rancoeur politique et cécité intellectuelle.

De tels faits élogieux au compteur de Cri-2002 sont sciemment cachés au public par l’actuel Président Sall dans l’unique dessein de se faire valoir aux yeux de tous, comme l’initiateur ou fondateur alors qu’il n’en est rien.  Il n’y a que le mot opportunisme pour qualifier Sall. Des membres fondateurs de Cri-2002 sont bien vivants pour

 

confirmer une telle assertion à l’encontre de Sall car nombreuses sont ses victimes.

Enfin, juste dire que Maître SOW fait partie de cette trempe de grands hommes dont leurs oeuvres leur survivent. Illustration : Cri-2002.

La présente crise est la rançon de l’hypocrisie et des calculs ignobles de Sall

Dès les premières heures de la création de Cri-2002, après analyse de personnalité des acteurs, sociétaires, je suis rapidement parvenu à la conclusion qu’il faut savoir dire non à Sall pour sauvegarder sa dignité. Car Sall est bien un cas atypique du point de vue comportemental. Tous ceux et toutes celles qui l’ont côtoyé vous le diront sans ambages. Sall se nourrit simplement des fruits d’un champ collectif qu’est Cri-2002. L’honneur  n’a plus sa place dans nos moeurs de maliens !

Là-dessus, ce n’est même pas le trio laudateur et suiviste j’ai nommé Modibo Koly l’exécuteur de basses besognes, Assétou Coulibaly l’obscure trésorière et Moussa Traoré le retraité arriviste très porté sur l’argent, qui dira le contraire.

Bref, l’opportunisme de quelques collaborateurs véreux couplé à l’égocentrisme de Sall font que Cri-2002 est devenu une honte associative, tant le népotisme et la corruption y règnent à ciel ouvert  faisant que les derniers sont devenus les premiers et vice versa.

Sall, en homme normal, doit avoir honte de sa présidence qui se résume au chaos, à l’exclusion des plus méritants et premiers acteurs pour faire place à ses amis, à sa famille et à ses proches. Ce ne sont pas là de vains mots, les preuves s’accumulent. Tenez bien ! le premier chèque du plan triennal 2010-2012 a été fait au nom de qui ? C’est tout sauf un membre de Cri-2002, encore moins un acteur de premier plan. Sall, Mme Bouaré savent de quoi je parle. Ce n’est là qu’une illustration de tout ce que je reproche à ce monsieur atypique et manipulateur au vrai sens du terme. Je n’ai jamais eu confiance en ce monsieur, d’où ma posture de méfiance et de prise de dispositions tout au long de notre collaboration.

A vrai dire, ni l’âge  ni les épreuves de  vie ne donnent de leçon à Sall. Seul compte pour lui l’argent, d’où son penchant notoire pour les coups bas et combines. Ah oui, l’homme s’affirme bien dans cette posture négative. Or aucune ressource financière empochée indument ne  peut égaler l’affront et la perte de crédibilité subie découlant de sa boulimie à rester vaille que vaille à la tête de Cri-2002.

Si Sall pouvait se passer de Cri-2002, il aurait quitté dès le lendemain de sa nomination comme ministre en avril 2011 comme l’a fait notre  1er Président Me SOW

Mais bon, tel homme, telles moeurs. Sall s’en fout des convenances et du bon sens. Sa personnalité est mouvante au gré de ses intérêts. Il fait un effort surhumain d’adaptation aux principes et valeurs démocratiques, mais hélas, chassez l’habitude, elle revient au galop, dit-on. Sall et les siens vivent bien, je le redis, aux crochets de Cri-2002.

Sinon, comment comprendre son entêtement, voire sa peur bleue de convoquer tous les anciens qu’il exclue progressivement à nos réunions et Assemblées générales si ce n’est son désir ardent de se soustraire aux règles de fonctionnement (transparence et redevabilité en tête) de toute organisation oeuvrant sur le terrain de la gouvernance comme Cri-2002.

Sall a cette tendance pathologique à trouver anguille sous toutes les roches se faisant éternellement passer pour une victime publique alors qu’il est l’unique bourreau de son destin  marqué au fer rouge à force de dénigrement, de manigance, de manipulation à l’encontre de l’autre avec le seul but de se faire valoir dans le cercle où il ne sait que dresser les uns contre les autres au lieu de rassembler, d’où mon qualificatif de leadership inique.

Tous ceux et toutes celles qui ont eu à collaborer avec Sall savent son penchant féodal. Il est un collaborateur terriblement repoussant et dominateur sur du faux.

Tenez, au soir de la fameuse AG, il s’est précipité à faire diffuser un communiqué lamentable et honteux sur les antennes de la télévision nationale pour dire qu’il a été reconduit. Or, tous ceux qui étaient dans la salle (ses affidés et amis invités par ses soins) savent qu’il n’y a pas eu d’Assemblée Générale ce jour-là. Sall seul a parlé, aidé par le zélé Modibo Koly dont le penchant est connu par tous. Et depuis ce 12 janvier 2019, 10 des 14 membres du bureau fantoche et frauduleux n’ont plus mis pied au bureau de Cri-2002 car ils ont été désagréablement surpris du sérieux de la contestation de Sall. Et sur place ils ont appris ! Appris sur sa gestion dénoncée, son leadership inique, son forcing à rester à la tête contre vents et marées. L’homme a été humilié et avec lui ses affidés. Cri-2002 se meurt, c’est le moins que l’on puisse dire.

Aperçu sur quelques faits notables reprochés à Sall

Cri-2002 sous Sall, e sont :

– l’exclusion progressive des membres fondateurs  pour faire main basse sur Cri-2002 ;

– la concentration de toutes les conventions de financement entre ses mains ;

– la monopolisation des deux véhicules de Cri-2002 sous prétexte que le premier véhicule acheté sur fonds coopération suisse lui est offert ;

– le recrutement abusif des proches et autres à Cri-2002 sans consultation des autres membres sociétaires, notamment les premiers dont je fais partie ;

– la gestion en singleton des fonds Cri-2002

Sa pratique d’exclusion des membres fondateurs pendant qu’il fait place à ses enfants. Tenez, outre son fils benjamin qui a fait un stage payé à Cri-2002, son autre fils occupe la salle de conférence Cri-2002, après avoir exécuté des marchés de kits, pictogrammes, casquettes et t-shirts.

Sall adore fouler au pied l’éthique et la morale à presque 72 ans de vie pour sauvegarder ses intérêts.

Mais qu’il se le tienne pour dit : sa visée impérialiste sur notre patrimoine commun qu’est Cri-2002  sera stoppée net. Plus rien ne sera comme avant à Cri-2002.  La veille et la quête de transparence seront au menu autant sur les ressources que sur les biens mobiliers.

La falsification de l’histoire de Cri-2002, jeu favori de Abdoulaye Sall

Etranger à l’initiation de Cri-2002 en janvier 2000, Sall tait sciemment les noms du trio initiateur formé d’un célèbre avocat et de deux notaires notoirement connus, notamment le nom de notre 1er Président, DEVOUE et DEMOCRATE feu Me SOW, ancien Premier ministre.

Sall n’écoute personne, n’a d’égard pour personne, d’où mon qualificatif de simple prétentieux.

Les enjeux auxquels Cri-2002 fait face sont majeurs depuis le 1er Président feu Me SOW ; enjeux qui, contrairement à l’apparence, se rapetissent sous Sall de part son goût prononcé pour sa petite personne et non pour  l’intérêt collectif.

Pour Sall, la collaboration est synonyme de confinement sous ses ordres bidons, voire d’assujettissement.

A regarder de près les agissements de Sall, il serait bien comme chef d’entreprise et non comme dirigeant d’association. Car il est dénué de tout trait de leader qui sied à une telle organisation. Un chef d’entreprise s’identifie à son entreprise et vice-versa ; ce qui est inadmissible dans une organisation sérieuse comme Cri-2002 fondée par de hauts cadres sous l’éclairage de feu Me SOW, DEMOCRATE ET DEVOUE à la consolidation de la démocratie au Mali, cause pour laquelle il a même fait la prison sous GMT, ancien dictateur que Sall glorifie, car ayant occupé le poste de PDG d’OPAM sous son règne.

Là, il sied de signaler qu’il est connu que les pseudo-intellectuels collaborateurs de dictateurs sont pires que les dictateurs eux-mêmes.

Bamako, le 16 octobre 2020

Mamadou F. Kéïta

Secrétaire à l’Organisation depuis août 2000

Secrétaire Permanent     depuis février 2010

Source: 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct