Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Choguel à la Primature : Les indices d’un départ imminent

Hissé à la plus haute fonction de la République par la force des choses, les jours du Premier Ministre Choguel K Maiga seraient-ils comptés à la tête du gouvernement de transition ? La question est d’autant moins superflue que plusieurs indices de son départ pointent à l’horizon. Et ce n’est pas son bilan, des promesses mal tenues qui se résument aux seules préparatifs des assises dite refondation de l’Etat avec à clé la mise en place d’un organe unique de gestion de élections, qui est relevé par ses détracteurs, mais son incapacité à faire inclusivité autour de la transition. Une demande qu’avait formulé son employeur dans sa lettre cadrage. Ainsi, cinq mois après sa prise de fonction, l’ancien président du comité stratégique du M5, au regard des indices, risque d’être remercié.

Le premier indice qui laisse pensé que Choguel est isolé est le fait de voir les militaires devenus diplomates. En effet, les acteurs du putsch, du 18 aout 2020, semblent décider de prendre les choses en mains, à la veille de la réunion extraordinaire de la CEDEAO sur le Mali et Guinée. Les colonels Sadio Camara et Malick Diaw, respectivement ministre de défense et anciens combattant et Président du CNT, l’organe législatif de la transition, ont sillonné la sous-région. Si Diaw était chez le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Col Camara était pour sa part chez, Alassane Dramane Ouattara, doyen des chefs d’Etat de la Cedeao. Et si rien n’a filtré de leur entretien respectif, tout porte à croire qu’ils ont imploré la clémence de l’organisation sous-région qui s’apprêtait sans doute à sanctionner économiquement le Mali.

Les colonels vont sans doute tenter d’arracher une prorogation ne serait que 6 mois, le temps nécessaire d’organiser des élections et permettre à l’Etat malien de revenir dans le giron des Etats démocratiques. Toute chose qui va demander des garanties et même le sacrifice d’une tête en contrepartie. Et la Cedeao qui n’a pas apprécié les différentes sorties médiatiques du PM malien ces derniers temps, risque de mettre son départ dans la balance.

Autre indice qui fragilise Choguel est le départ de la CMAS du M5, la plus importante de ses composantes. En effet, la CMAS de l’Iman Mohamoud Dicko, avec d’autres organisations politiques et sociales, a lancé une nouvelle plateforme appelée « Uni Pour le Mali. » Dans leur premier communiquer, ladite plateforme a déploré « la flambée de prix des denrées de premières nécessité, l’insécurité galopante et un déficit d’injuste, » Toute chose qui laisse pensé que la CMAS ne porte plus Choguel dans son cœur. D’ailleurs un des membres influents, notamment Cheick Oumar Diallo était présents au meeting du cadre d’échanges des partis et regroupement politiques pour la réussite de la transition, le 6 novembre 2021.

En plus du départ de la CMAS les branches M5 liées à Cheick Oumar Sissoko, Mme Sy Kadiatou Sow et Clément Dembélé se seront plus prestes à aller au charbon aux fins de maintenir un Choguel à la primature. Le choix d’un PM et de ministres au sein du M5 lors de la formation du gouvernement II de la transition sont sans doutes passé par-là.

Autre indice est la montée en puissance du mouvement « Yerewolo débout sur les remparts » menace également le règne de Choguel à la Primature. En effet, choisi pour avoir une base sociale afin de pouvoir faire face aux extérieur, les militaires n’auront plus rien à perte à mettant un terme à une collaboration formée avec Choguel. Cette base sociale qui semble motivé sa nomination est désormais acquise avec « Yerewolo débout sur les remparts. »

Enfin, la position irrévocable des formations et regroupements politiques par rapport à la prorogation de la transition. Il nous revient de bonnes sources que la plupart des états major des formations politiques qui ne seraient pas contre la prorogation de la transition. Ils seraient mêmes déterminés à aller plaider la cause devant la communauté internationale. Mais il y’a un problème : Choguel à la Primature. Ces formations politiques qui sont pour la plupart issues du cadre d’échanges des partis et regroupement politiques pour la réussite de la transition, demandent le départ de Choguel de la Primature, sursoir à la tenue des assises nationales, abandonné la mise place d’un organe de gestion des élections et la mise en place d’un gouvernement d’union nationale avec à sa tête un PM apolitique.

Ainsi à moins un miracle Choguel risque d’être abandonné en pleine.

Amidou Keita

Source: Le Témoin

3 thoughts on “Choguel à la Primature : Les indices d’un départ imminent”

  1. Barou says:

    En quoi le PM dérange :Est il corrompu? Est il incompétent? Fait il autre chose que ce qui est prévu dans son programme approuvé par le gouvernement et le CNT?
    Peut on continuer avec des prédateurs à la tête de L État comme ce fut le cas depuis Mars 1991?
    Inclusivite veut elle dire partage de gâteau?
    Consensus est il synonyme d unanimité
    Peut il y avoir consensus entre destructeur et bâtisseur?
    Mr le journaliste choguel partira certainement un jour comme ses prédécesseurs.
    Choguel / Hassimi sont pour le moment une solution pour le Mali.
    Le problème c est bien les restaurateurs de l ancien système ennemis de l intérieur tapis dans l ombre et qui soutiennent les ennemis extérieurs pour détruire notre pays. 30 ans de chienlit cela suffit largement.

  2. Fofana says:

    Pourquoi voulez vous le départ de choguel?: Il vous dérange?, Vous avez peur de lui?, Ou par pure jalousie??

  3. Thera Seydou says:

    Je penses bien qu’au Mali nous avions perdu le sens de la compétence de l’honnêteté le sens du devoir bref la citoyenneté
    La culture malienne tend de plus en plus vers la médiocrité la complaisance la cupidité la haine
    Il suffit de sortir un peu dans cette doctrine de médiocrité pour être traité de tous les maux
    Qu’est qu’on reproche exactement au PM seulement parce qu’il est en tandem avec son Mentor le Président de la transition
    Ses actions pour la plupart sont appréciées par la population
    Malheureusement dans ce pays on honore pas les bosseurs
    Monsieur le journaliste trouvez mieux encore votre article est loin d’être convainquant et conséquent

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct